Bon allez, quelques mots pour vous raconter ma promenade dominicale :

Dimanche, réveil 6h00 … 6h01 pleine forme. J’appréhendais un peu le réveil. La veille j’étais tombé dans un traquenard en allant chercher ma fille à un anniversaire. Un traquenard anisé, ils appellent çà l’Ouzo en Grèce. De la bonne fabrication maison, difficile de refuser. Le but du jeu était de classer les bouteilles suivant le parfum … 😳

Direction cuisine pour le petit déjeuner. Pas trop faim mais je prend quand même les céréales du week-end (une habitude pour les sorties longues en vtt), tartines, jus d’orange.
Suffisamment de temps pour cogiter sur mon grand dilemme du réveil : nike skylon avec ses semelles bien lisse idéales pour se vautrer avec le premier flocon de neige sur la route ou adistar cushion avec un peu plus de grip mais presque pas de km au compteur … 😕

7H00, bon ça fait 15 minutes que je suis prêt … vous êtes vraiment sur qu’il faut 3 heures pour digérer ? Allez, hop départ pour Saint Didier au Monts D’or. Bon je n’ai toujours pas tranché pour les chaussures, je prends les deux paires. 🙂

L’avantage d’être en avance, c’est que l’on trouve facilement de la place pour se garer. Organisateur ou coureur ? Coureur. A ben non alors, ce parking n’est pas pour vous … réservé aux organisateurs. Courageux bénévoles aiguillant les voitures à la frontal, merci pour votre dévouement. 8)

Il y a déjà pas mal de monde dans le gymnase. Ca papote pas mal. L’ambiance est sympa. Tout est concentré dans cette grande salle. Inscription, retrait des dossards, vestiaire, buffet. Sympa ce buffet d’ailleurs. C’est bien de pouvoir attendre le départ au chaud.
Ca va je suis bien inscrit, j’ai mon dossard. A Caluire mon inscription était égarée …
J’en profite pour regarder le numéro de dossard de biscotte. De toute évidence il n’est pas encore là.

Je retourne à la voiture me changer. Fin du dilemme matinal, va pour les adidas, on verra bien.

Quelques verres de thé plus tard, Biscotte arrive enfin, il n’a aucun respect pour ma vessie cet homme là. Il va se changer à son tour. J’en profite pour faire un micro échauffement histoire de vérifier que je n’ai pas oublié comment on coure.

Le départ à lieu sur la place de l’église à St Didier. Ca trottine dans tous les sens. Je me rends compte qu’il y a des plaques de verglas au sol. Ca va donner …

Bon ça y est, c’est parti. Un peu la pagaille le premier kilomètre, en fait jusqu’à la première grimpette. Biscotte est sympa, il ménage son coéquipier vétéran. Je lui jette un regard interrogateur en me disant « pas encore chaud le biscotte ». Il n’a peut-être pas d’objectif biscotte, mais moi j’ai envie de passer sous la barre des 2h15. 😈

La première partie du parcours alterne petites descentes et montées. Les sensations sont bonnes. On remonte tranquillement la colonne de coureurs. Il faut dire qu’on est parti plutôt à la fin du troupeau.
Premier ravitaillement, biscotte m’indique que l’on a passé le panneau des 5km. Je doit être miro je n’ai rien vu. Je ferai plus attention les suivants.
La route est finalement bien dégagée, quelques traces de neige par moment mais rien de bien pénalisant.

Nous n’avons pas traîné aux ravitaillements, mais ce que j’en ai vu était tout à fait sympathique. Eau, boisson énergétique, une mention spéciale pour le thé tiède. Je n’ai pas fait attention aux solides, j’évite en général mais j’ai remarqué au moins du pain d’épice.

Entre le 10ième et le 15ième, on attaque une des seules parties planes significatives du parcours. Tiens un des premiers coureurs à nous passer, le bougre. Ou du moins le premier auquel je fasse attention.
On est au plus bas du parcours et on a une superbe vue sur ce qui nous attend … tout la haut.

la Foulée des Monts d’Or 2006

Bon, fallais que ça vienne, première grimpette sérieuse, le chemin des carrières. Je connais très bien pour l’avoir pratiqué en VTT. Pas la peine de vous faire un dessin, ça grimpe fort et c’est tout blanc. Un peu de mal à trouver mes appuis, je glisse. Biscotte se met à marcher. Cool, je m’adapte très bien à cette nouvelle situation. Elle n’a pas durée longtemps d’ailleurs. Un panneau « photo à 100 mètres » nous invite à faire une jolie risette et à nous bouger un peu plus violemment. 😀

On prend finalement le rythme, mécaniquement, un peu comme un automate et on finit par passer la difficulté pour arriver à Poleymieux au cœur des monts d’or. Certainement mon village préférés dans les communes des monts d’or.
Après être passé devant la tour Risler, on attaque la descente dans le village. J’ai particulièrement appréciée cette descente rapide. Certainement le passage ou j’ai eu la sensation d’aller le plus vite … 😛

Le dernier ravitaillement est enfin là. Je pensais le trouver à Poleymieux même. En fait la montée vers le col entre le mont Thou et le mont Verdun est déjà bien entamée. Cette petite pause est la bienvenue. Et la surprise, le parcours emprunte à nouveau un chemin dans les bois. C’est chouette les chemins enneigés, c’est bien pour les poètes comme biscotte. Moi je commence à en avoir plein les quilles et le style s’en ressent. Je ne suis pas le seul d’ailleurs, la deuxième féminine a bien failli se rétamer également. 🙂

Le retour sur Saint Didier au Monts d’or a été plus laborieux, j’ai des douleurs aux ischios de la jambe droite. En plus la miss m’a piqué mon lièvre … pas cool. Je fais le reste du chemin tout seul, je commence à trouver le temps long. 🙁
Enfin, la place de l’église est en vue, ou est l’arrivée ? Zut l’arrivée se fait au gymnase, encore un petit effort avant d’apercevoir le chrono officiel … 2h13. 😀
Biscotte est là. Ca a été très motivant de courir à deux. Il faudra remettre cela.

Si vous avez l’occasion de faire cette course, pas d’hésitation. Le parcours est vraiment varié et ludique et l’organisation sans faille. A classer dans la catégorie course plaisir. 😀

Ce matin, réveil 6h30 … 6h40 sortie de la première jambe, puis l’autre, premiers appuis au sol … un peu raide.
Test de mise en place du shorty. Ou là, très moyen le levé de jambe pour l’enfiler !
Second test, descente par les escaliers … pas si mal finalement. Je m’en tire avec quelques courbatures.

Aller vivement la prochaine.

Récapitulatif :

2h13’37
Rang Gen. 168/439 Rang Cat. 72/178 VH1

La Foulée des Monts d’Or 2006
Le t-shirt …

Le site : La Foulée des Monts d’Or

Share This