Ca y est ! Je l’ai fait ! Je suis enfin MARATHONIEN
3h48m42s de bonheur. 😆

Ma préparation :

Je me suis basé sur une VMA de 17.3 déterminé à partir d’un test de 4mn fait en décembre.
Avec le recul, je me demande si la valeur trouvée n’a pas été un peu surestimée. J’ai effectué ce test juste après un plan 10 km (303). A vérifier.
Je suis monté peu à peu en puissance en début d’année en suivant un plan semi (502) en préparation de la foulée des monts d’or (25km) puis en attaquant réellement la préparation spécifique avec le 604.
Je suis donc passé de 3 à 4 entrainements par semaine en course à pied mais en laissant tomber une sortie longue en VTT pour compenser …

La préparation s’est globalement bien passée. J’ai noté quand même les points négatifs dans celle-ci :

  1. Tendance à être plutôt autour de 80% FCM pour les footings … il faut vraiment que je me force à rester sous les 130.
  2. Difficulté à respecter les allures à 80% et 85% VMA au sein des sorties longues.
    77,5% et 80% VMA pour la S2J4 et 78% et 84% VMA pour la S3J4
  3. Mauvaise récupération des sorties longues J4 car je faisais le lendemain les sorties J1 de la semaine suivante.

Bref, une sensation de fatigue en fin de plan. Confirmé par le fait d’une perte de poids 3kg et d’avoir choppé une bonne crève la dernière semaine.
Il faudra que je fasse plus attention à la récupération la prochaine fois surtout au niveau du manque de sommeil.

Coté alimentation, pas de régime particulier la dernière semaine (rds ou autres). J’ai juste ajouté des pâtes à chaque repas à partir de mercredi. Coté hydratation, mes 1.5l habituel en dehors de repas et environ 2.5l mercredi et jeudi.


Le jour J :

Réveil à 5H30, petit déjeuner consistant, respect des 3h00 pour la digestion.
Oublié le rhume, la forme est là.
Je pars vers 7h00 avec l’idée de trouver une place pas trop loin du départ.
Ca sent l’organisation bien rodée dès l’arrivée au parking, des bénévoles partout …
Je fais un petit tour pour essayer de repérer glimm. Pas de glimm en vu. Pas grave, je suis sensé l’attendre à l’arrivée.
Je vais me changer, il fait déjà doux, j’ai opté pour le débardeur. Première erreur de la journée, j’aurais du me tartiner de crème solaire. J’ai les épaules rouge vif ce matin. 😆
Deuxième erreur, je pensais que cela ne servait à rien de se protéger les bouts de sein. Quel âne. La prochaine fois je teste le sparadrap. 😉
Pas de casquette malgré le soleil, j’ai peur d’être gêné à la longue.

Je me contente d’un échauffement très court, 5mn, juste de quoi réveiller un peu les muscles.
J’ai la surprise de découvrir qu’il y a un sas pour les licenciés. D’un coté c’est sympa, car je suis rentré dans le sas 10/15mn avant le départ, par contre un sas par objectif c’est quand même plus cohérent … Du coup je me suis retrouvé un peu trop devant à mon gout.

Départ à 9h00, objectif à 3h45. C’est parti, pratiquement pas de bousculade, les premiers kilomètres sont effectués sur des routes assez larges. Chacun arrive très rapidement à prendre sa place. Les ballons jaunes (3h30) sont déjà loin (allure trop rapide du meneur disent certains coureurs).
Je me sens bien, très bien même niveau souffle. Un peu trop bien quand même, je passe le 5ième en 24’29 et le 10ième en 49’27. Trop rapide pour mon niveau. Troisième erreur. 😀
Je vais quand même ralentir un peu volontairement à partir du 10ième.

Les kilométrages sont bien indiqués à la différence du semi.

Traversé du pont pasteur, les coureurs du 10km traverse le pont dans l’autre sens. J’essaye de voir si Biscotte est dans le lot. Je ne suis plus vraiment motivé pour calculer si j’ai une chance de le croisé à ce moment là. 😆

Les postes d’épongeages alternent avec les ravitaillements. Je m’inonde littéralement dès que possible. La température est l’ordre de 24 degrés. Je marche tranquillement à chaque ravitaillement sur quelques mètres. Pas peur des crampes d’estomac, lenteur de vidange gastrique ou autres galères du même genre, j’ai opté pour des ravitaillement light. 1 morceau de sucre et de l’eau.

Je vois des extra-terrestres déboulés en face, ils arrivent au 30ième km, je ne suis pas encore passé au 21ième. 😯

21ième km en 1h47mn49s. 2h00mn53s le second semi. 1 super positiv’split 😉

C’est sympa, il y a pas mal de spectateurs pour encourager tout au long du trajet. Il faut bien cela. Au parc de la tête d’or, une petite baisse de moral, je suis en train de visualiser le parcours qu’il me reste à parcourir. C’est loin Gerland … J’essaye de me focaliser uniquement sur la distance qui me sépare du prochain ravitaillement. C’est mieux …
J’ai trop bu au dernier ravitaillement, j’ai un début de point de coté. Je me décide à contribuer à l’arrosage collectif des arbres du parc (il fallait bien choisir son arbre).

Passage du 25ième en 2h09mn48s. Pas de Biscotte à la sortie du parc pour encourager son coéquipier. Tant pis, il n’a probablement pas eu le temps après son 10km.

30ième, encouragement du vendeur/entraineur du magasin spode (non je ne travaille pas chez eux) bien connu des coureurs lyonnais genre « allez les gars, c’est ici que çà commence ».
Effectivement à partir d’ici, j’ai commencé à voir des coureurs en déroute.

Le passage le plus difficile moralement et physiquement a certainement été cet allez retour le long des quais de Saône autour du 35ième. Surtout l’aller d’ailleurs … Impossible de se protéger du soleil, la route monotone à souhait, 29degrés, 10km/h, l’impression d’être à 8.
Ma garde rapprochée m’a bien encouragé à ce moment la. Ca fait du bien.

Lyon Marathon 2006
Aller retour sur le Quai des Etroits

J’essaye de me relancer un peu à partir du 37km mais sans jamais pourvoir atteindre mon rythme de départ. La fin m’a vraiment paru longue. Pas de crampes mais les muscles des mollets très durs. J’ai envie d’aller plus vite, mais j’ai l’impression que si je force mon allure je vais casser quelque chose.
J’arrive au stade de Gerland. Il faut le contourner … Horreur … c’est grand un stade. Dernière ligne droite, j’entends ma fille qui m’appelle, mais je n’ai pas le courage de tourner la tête. Ca y est, c’est fini, je passe la ligne. Le plus drôle c’est que je me dit « déjà ». Et puis après, tout d’un coup la grosse chape de plomb.

Lyon Marathon 2006
De plus en plus proche de l’arrivée … de moins en moins frais.

Un vrai zombie, j’ai pris une bouteille et des bananes au ravitaillement et je suis allé m’assoir pendant une quinzaine de minutes pour récupérer.

Il était prévu que je t’attende à l’arrivée glimm. Désolé, impossible de rester en plein cagnard à t’attendre. 😳 Je sentais venir l’insolation. Pas cool. Je suis revenu quand même deux fois sur l’aire d’arrivée entre 4h00 et 4h20 après le départ mais pas de glimm en vu. Un peu déçu de ne pas avoir partagé ce moment avec toi.

Lyon Marathon 2006Lyon Marathon 2006

Repos bien mérité. En pleine recharge d’énergie avec une partie du staff arthurbaldur : Claire ma pitchoune 1 et Elodie ma pitchoune 3.

Bilan :

C’est dur mais c’est bon et quelle fierté de l’avoir fait. Déjà une grosse envie d’en refaire un.
Coté course elle-même, j’ai trouvé l’organisation nickel, tee-shirt, médaille, bouteille de vin, pâtes, ravitaillements, épongeages, indications des kilomètres, multitudes de bénévoles.

J’ai hâte de savoir comment ça s’est passé pour glimm et biscotte.

Coté récupération, je l’ai bien débuté dimanche après-midi avec une bonne sieste. Le repos du guerrier. Ma moitié m’a autorisé le farniente complet. 😀 Merci. Merci. J’ai quand même pris un peu de paracétamol rapport aux courbatures. J’ai eu le droit aussi à une ampoule. Il faudra que j’essaye les Run 900. 😉
Aujourd’hui les courbatures sont bien là, je pense que je vais y avoir droit pendant quelques jours. Mais bon c’est rien, petit bobo de coureur.

Cadeau Lyon Marathon 2006
Le t-shirt …

Récapitulatif :

3h48’42 »
Rang Gen. 1322/2782 Rang Cat. 512/944 VH1

Le site : Lyon Marathon

Share This