lesfouleessanpriotes2008_00.JPG
Et de une … 😀

La première compétition de cette saison 2008 « no bitume » était on ne peut plus bitume … Mais bon, l’objectif était de reprendre un peu de vitesse après la SaintéLyon pour repartir sur de bonnes bases. J’ai toujours entendu qu’il fallait travailler sa vitesse en début de saison alors je suis un gentil garçon et je ne compte plus les tours du stade de la Rhodia effectués depuis le début de l’année. Je vais l’user leur bitume … vous me direz il n’est pas de toute première fraicheur. Il manque quelques plaques de goudron par ci par là. On va dire que ça fait travailler la proprioception … Mais bon c’est mon stade alors je lui passe ces p’tits défauts.

Le truc c’est que je suis persuadé que je descendrai un jour en-dessous de 40′. Bon il y a encore un bout de chemin à faire mais je suis une vraie teigne. Je l’aurai cette dizaine. En attendant, les séances à 90 % VMA du plan ont été là pour me rappeler gentiment mais fermement mon niveau actuel … 41′ c’est bien le maximum possible pour le moment, d’ailleurs madame soleil était encore plus pessimiste en me créditant d’un temps probable de plus de 42′ … Quelle sale bête ! 👿

Coté plan, le passage à 5 séances n’a pas été évident. Les trois premières semaines se sont bien passées mais j’ai dû faire sauter une séance dans les deux dernières du fait d’une petite contracture aux ischios de la jambe droite. C’est de ma faute … Oh la cinquième séance n’est pas forcément en cause. Par contre il y a dans ce plan 307a des séances piégeuses que j’ai courues beaucoup trop vite (116 % VMA au lieu de 105) et qui ont laissé des traces …

Je pense au 30′ + 5x100m à 105% VMA. Le pire c’est qu’en les faisant je me disais : tu es en train de jouer au con … tu es en train de jouer au con … et que j’insiste … et voilà tu a joué au con …

Bref la veille de la course je ne visais plus que mon « record » de Caluire (41’52). Ben oui, je vais quand même pas me lever aux aurores et me geler les gambettes pour faire de la figuration.

Faut dire que ce n’était pas les grosses chaleurs et que les tenues de pas mal de coureurs n’auraient pas choqué dans le peloton au départ de la SaintéLyon.

[youtube aoZ8gLNabXg]

Je suis arrivé à Saint Priest avec près d’une demi-heure d’avance sur l’heure du rancard prévu avec mes accolytes. C’est que cette course est à classer dans la catégorie gros rendez vous Athlète Endurance. Le noyau dur du Team Lyonnais aura été presque complet. Presque car Yannick (Nours) n’a pas pu se joindre à nous du fait de problèmes de santé. J’en profite pour t’envoyer plein de bonnes ondes positives et te souhaiter un prompt rétablissement. Taz et moi bien sûr sommes là. Biscotte en qualité de photographe officiel du Team. C’est ça les puristes trailers, ils ne vont quand même pas s’élancer sur un 10km ! Pensez vous ma bonne dame, une course avec seulement 80m de dénivelé et pas la moindre trace de motte de terre … c’est pas humain. 😆

Et puis pleins de nouveaux visages, jean-yves, oslo, yan42 et son pote fred … une sacrée équipe qui est en train de se former là.

Tout le temps pour boire un petit café, faire la pause pipi règlementaire, retirer le dossard et choisir le t-shirt du p’tit tazounet en retard. Pas bien sérieux çà … 😉

Taz a fini par arriver. Il est grand temps de se changer. T-Shirt et short, c’est facile de faire le kéké la veille devant son clavier mais après il faut assumer le choix de la tenue de crosseur quand la température a du mal à se détacher de la barre du zéro. On prend le temps de s’échauffer le minimum requis. Peut être pas assez quand même … il leur faut du temps aux vétérans pour démarrer la machine. Le temps de prendre un p’tit gel et c’est le moment de rejoindre le départ.

Biscotte est là avec Xavier que j’avais rencontré lors du Semi de Lyon. Il viens juste de se remettre d’une bonne grippe et vient se faire un p’tit footing de reprise.

C’est le départ … merde je ne l’ai pas vu venir. C’est un peu la bousculade comme à chaque fois. Faut trouver son allure, éviter les coureurs, les plots au milieu de la chaussée … plutôt casse gueule. Je suis Taz pendant les deux premiers kilomètres. Il est parti d’un bon rythme le bougre. C’est pas vrai … il est infernal ! Il a repris l’entrainement depuis 5 semaines seulement, avec un p’tit foncier, il se fait mal au genou … et il part comme une flèche. Laisse tomber, je lâche prise au premier virage, je commence à avoir l’habitude et puis il me faut un moment pour être chaud et commencer à apprécier.

lesfouleessanpriotes2008_01.JPG
Alors c’est pas vrai que ça tournicote ?

Quelques tournicotis dans le centre de Saint Priest et c’est Xavier qui me passe tranquillement … Je m’accroche, je vais quand même pas me laisser distancer par un grippé ! Ben finalement, un Xavier grippé ça avance quand même pas mal. J’ai du mal à suivre mais je le garde en point de mire.

Le premier ravitaillement est là. Xavier s’arrête, je suis un peu surpris. Je zappe, j’ai tout ce qu’il faut avec moi. Un tube de gel dans un gant et une petite bouteille d’eau. J’accélère un peu en me disant que je vais essayer de tenir le maximum de temps avant de me refaire passer devant.

Biscotte est sur le coté de la rue avec … un camescope ! J’appréhende de découvrir le style … je sens que je vais perdre quelques illusions … 😆

Bon la première boucle à dominante urbaine est terminée, on attaque maintenant la seconde un peu excentrée par rapport au centre ville. Je suis surpris de ma forme. Je remonte progressivement des petits groupes de coureurs. J’attends un coup de pompe qui ne vient pas. Le parcours me semble moins long que l’année dernière. Et j’ai l’impression d’arriver très rapidement au second ravitaillement qui ne me sert que de poubelle … Je me débarrasse de l’emballage de mon second gel à la volée et j’accélère … enfin j’ai l’impression d’accélérer.

J’ai rattrapé un p’tit groupe de coureurs qui accompagne une féminine aux couleurs de chez Spode.

C’est agréable de se laisser mener mais je ne veux pas me laisser piéger et je me force à accélérer un peu pour passer ce groupe. C’est quand même bien pratique de connaitre les lieux. Je sais que le reste du parcours est un faux plat descendant, on passe sous la voie rapide, virage à droite, la traversée des abords du stade et c’est le sprint final sur la dernière ligne droite qui mène à l’arrivée sous les encouragements de mes acolytes.

lesfouleessanpriotes2008_02.JPG
Hé ! Je me suis donné à fond là … merci Biscotte. 😆

41’29 au compteur. 23 secondes de gagnés depuis Caluire ce mois d’octobre et 48 secondes depuis la dernière édition des foulées. Bon c’est pas 40′, ni même 41′ mais en gagnant une vingtaine de seconde à chaque course je vais bien finir par y arriver. 😛

Que du bonheur en tout cas et l’occasion sympathique de faire connaissance en sirotant une p’tite mousse (merci Jean-Yves).

Le dimanche aura été d’autant plus réussi qu’il a été l’occasion de se retrouver avec Biscotte, Taz, nos familles respectives ainsi qu’une charmante parisienne en visite sur Lyon autour d’une raclette histoire de bien reconstituer les réserves en lipides ! 😆

C’est tellement bon que je vais remettre le couvert dans 15 jours pour les Foulées Tassilunoises. 😛

Tiens, madame soleil me crédite d’un temps probable de 41’10 … elle remonte dans mon estime !

Récapitulatif :

41’29
Rang Gen. 128/502 Rang Cat. 45/127 VH1

Cadeau Les Foulées San Priotes 2008
Le t-shirt …

Le site : Les Foulées San Priotes

Share This