A quoi consacrer un dimanche matin pluvieux ?

A rester au sec sous la couette avec sa moitié pour un repos hebdomadaire bien mérité … option cocooning ?
A se lancer enfin dans la rénovation de notre chambre … le plaisir d’arracher le papier, enduire, poncer le parquet, tapisser … option je prends mon courage à trois mains ?


Biscotte et Taz défrichent le terrain …

Ben non, quand il pleut, on en profite pour faire de la thalasso dans les Monts du Lyonnais avec ses compères Lyonnais. Hummmm ! … courir sous une pluie battante dans la fraîcheur d’un sous-bois, profiter de l’amortis incomparable d’une boue bien profonde, dévaler les chemins … euh les ruisseaux à la poursuite de mes compères, deviner à travers la brume épaisse les points de vues qui s’offrent à vous au détour d’un chemin … que du bonheur. :mrgreen:

Qui était dans la boue ce dimanche ? Le GO Taz le Diable qui nous accueillait sur son terrain de jeu, Biscotte notre mentor traileur et moi-même dans le rôle du 4×4 balai cueilleur de champignon pour le parcours long à savoir environ 35 bornes pour 1100m de D+.
Sur le parcours court, Jean-Yves et Nathalie qui nous rejoindront pour un bon bout de chemin après le col de la Luère. Euh le col de la Luère ? Enfin quelque part quoi … Vraiment sympa une petite sortie en groupe … on n’a pas le temps de penser à ses cuisses et à ses mollets.


Le GO Taz le diable.

Biscotte, notre mentor traileur.

Au programme du jour, une bonne grosse sortie histoire de préparer les guiboles et la tête à la durée d’effort estimée du Grand Duc. Une petite promenade de 14 heures qu’il ne faut pas trop prendre à la légère. Après un rendez vous matinal avec Biscotte à Gorge de Loup , 7h00 quand même, nous prenons la direction de l’Arbresle où nous attend notre troisième acolyte.

Petite retrouvaille du trio lyonnais puis nous nous préparons tranquillement avec Biscotte pendant que Taz assume sont statut de GO en emmenant de quoi remplir nos poches à eau à mi-parcours. Pour ne pas rallonger inutilement le parcours nous nous rendrons sur le lieu de départ en voiture. Il ne faut pas abuser des bonnes choses. Il faut garder un peu de fraîcheur pour la suite du programme.

Après la pause pipi réglementaire, c’est le départ de la balade …

Quelles différences y a-t-il entre un chemin boueux en sous bois et un chemin boueux en sous bois ? Ben, je n’ai pas encore trouvé … Ce n’est pas mon sens inné et particulièrement développé de l’orientation qui vont m’aider (vous avez dit Course d’orientation, mais qu’est-ce que c’est ?!). Bref, je suis incapable de vous narrer en détail notre parcours dominical. A priori, c’était en France, dans les monts du lyonnais certes et quelques lointains souvenirs de balades familiales me sont revenus en mémoire à l’évocation du col de Malval, de St Bonnet le Froid, du Col de la Luère ou de la Croix de Ban mais pour le détail ??? Un grand vide. Un chemin boueux dans la mélasse reste un chemin boueux dans la mélasse …

Il faut dire que je n’avais pas besoin de me creuser la cervelle, Taz le diable, en bon organisateur de cette sortie spéciale Grand Duc avait bien préparé son affaire. Cartes avec le tracé du parcours (un joli parcours en huit, enfin un huit typé grande section de maternelle), ravitaillement en eau/coca sur le parcours … et même un petit aller-retour non prévu, élément obligatoire d’une sortie réussie.


Une petite éclaircie …

Le premier quart du parcours s’est effectué sans la pluie, ce qui nous a permis de rejoindre rapidement Jean-Yves et Nathalie mais par la suite il a fallu se résoudre bien vite à sortir les scaphandres … L’occasion d’étrenner ma Veste Diosaz Raid … Impossible de me perdre seul dans les bois avec ça sur le dos. Purée, elle flash trop … Battues à plates coutures les chasubles de sécurité … (oui, vous savez les trucs obligatoires à partir du premier juillet).

[youtube 97REWYPRVd0]Une petite vidéo de Jean-Yves.

Bilan plutôt positif. Je m’attendais à un équivalent du sauna portatif relooké Quechua … Et bien pas spécialement. Le tissu en maille aéré sous les bras assure une bonne ventilation. Au besoin il est possible d’ouvrir largement la veste sur les côtés … c’est judicieux d’y avoir placé des fermetures à glissières. Une mention spéciale plus mieux bien pour le réglage de la capuche. Un réglage derrière la tête pour la profondeur de la capuche et deux réglages de part et d’autre de la fermeture au niveau du cou. De quoi trouver finement son bonheur.
Le tissu est parfaitement imperméable (à voir dans le temps toutefois) et les coutures étanches mais il ne faut pas compter se protéger du froid avec car trop fin. Avec une micro polaire dessous vous avez un truc qui doit tenir suffisamment la route pour affronter les pires conditions pour une SaintéLyon.
Il vaut mieux oublier la fenêtre de visualisation pour la montre … ou alors il faut prévoir les options désembuage, essuie-glace et liquide lave-glace qui vont bien.
Côté rangement pas de problème, pas besoin de beaucoup d’espace … elle trouvera facilement sa place dans un petit sac. Je n’ai pas essayé mais la poche arrière doit pouvoir servir de sac de rangement.

Revenons à nos moutons, nous avons quitté Jean-Yves et Nathalie à mi parcours après une petite pause. Il ne fait pas bon passer en mode statique trop longtemps sous la pluie vue la chaleur de ce début de mois de juin ! Nous sommes donc repartis rapidement pour la seconde partie du parcours.

Même si les rencontres ne sont pas des plus fréquentes, il y a finalement pas mal d’autres fêlés dans les Monts du Lyonnais, des cavaliers, des vttistes courageux, quelques promeneurs et un coureur égaré sorti d’on ne sait où et qui allait je ne sais ou … 😉


La chapelle …

Nous avons eu en guise de plat principal la chapelle de, de … je ne sais pas, située sur une hauteur ce qui nous a permis de profiter d’une vue magnifique … et dégagée à 360° avec un point de mire notamment sur Sourcieux-les-mines. Taz nous aura déniché quelques beaux passages aidé en cela par un représentant de la mémoire collective locale (par un p’tit vieux quoi). Un beau petit single notamment.

Les meilleures choses ont une fin … une accélération progressive et un bon sprint final avec Taz nous a ramené devant chez lui … Ca nous a valu un « des vrais gamins » ou un truc de ce genre de ce cher Biscotte. Ouais, t’étais fatigué sinon tu aurais fais pareil … :mrgreen:

Taz nous a proposé une bonne douche histoire de reprendre un aspect plus présentable … Ca laisse des traces de sauter à pieds joints dans les flaques. 😆
Et puis nous l’avons déposé vers sa voiture laissée au point de départ avant de rentrer sur Lyon avec Biscotte. Il ne fallait pas que je sois trop à la bourre … un bon dessert m’attendait mais c’est une autre histoire.

D’autres photos ici.

Bilan : j’ai adoré … même les guiboles sont contentes ! 😀

Récapitulatif :

4h44′
D+ 1070m
35,6 km

Share This