L'Hivernale des Coursières

Voilà … une première course effectuée pour cette nouvelle année 2009.

Je n’avais aucun objectif pour cette compétition si ce n’est de passer un bon moment avec l’ami Taz et d’ajouter à mon carnet d’entrainement une sortie longue avec un peu de rythme. Il n’était pas question de trop se lâcher au risque d’être un peu entamé pour la suite du programme. Je vais patauger dans la neige du Haut-Pilat la bagatelle de 42 bornes la semaine prochaine à l’occasion du Raidlight Trail Trophy. Il faut un minimum de fraicheur pour ce genre d’exercice.

L’Hivernale des Coursières est une course nature qui emprunte chemins de pâtures et routes de campagne pour une boucle unique de 15 km au départ de St-Martin-en-Haut. Le dénivelé positif est raisonnable : 500 m annoncé pour 465 m constaté avec l’altimètre de ma montre Polar. Je n’ai pas vérifié la distance, je n’avais pas pris l’accéléromètre avec moi.

Une balade fort sympathique qui nous a emmené en direction du sud à proximité de La Bruyère et de Chavagneux avant de revenir par La Bertrannière en laissant sur notre droite Saint-André-la-Côte.
Pour ceux qui ne connaissent pas, nous sommes dans les Monts du Lyonnais, une région de basse montagne appartenant aux contreforts du Massif Central. C’est vallonné, couvert de pâtures, il y a quelques bois, de beaux points de vue et les chemins sont boueux comme il se doit à cette période de l’année. Nous avons quand même moins souffert de la boue que pour la SaintéLyon car le terrain était encore bien gelé malgré le redoux. Un peu trop gelé même par endroit : il y avait quelques plaques de verglas et de givre pour ajouter un peu de piment.

J’ai eu quelques douleurs sur la face externe du pied droit cette semaine. Suffisamment pour me faire abandonner une séance de fractionné vendredi soir mais il en aurait fallu bien plus pour me faire renoncer à prendre mon dossard ce dimanche matin. Pour le coup, je suis arrivé plus frais que prévu, la condition idéale pour intégrer un peu plus de rythme à ce footing compétitif.

Nous sommes arrivés avec une heure et demie d’avance sur le lieu de départ. De quoi donner suffisamment de temps à Taz le Diable pour se préparer … Toujours aussi rapide le compère. 😆
De mon côté, j’ai pris plaisir à profiter de l’accueil du club organisateur en buvant du café et du thé. De quoi réchauffer le bonhomme avant le départ. On se dit que l’on va jouer la gagne pour déconner … On ne risque pas, il y a de la pointure dans le peloton mine de rien, Jérôme Trottet par exemple. De quoi calmer directement toute vaine prétention !

Hivernale des Coursières
Taz est chargé des photos … j’ai oublié mon portable dans la voiture.

Allez hop, c’est le départ …
On est parti tranquillement en queue de peloton. Il y a deux avantages à cela quand vous n’avez pas d’objectif chrono sur une course. Vous êtes sûr de ne pas partir trop vite d’une part et d’autre part vous avez la certitude de pouvoir assouvir votre vice de compétiteur en doublant tout un tas de coureurs moins forts ou moins en forme que vous. Ben oui quoi, faut se faire des petits plaisirs … D’ailleurs, j’ai eu l’occasion d’enfumer gentiment l’illustre Bicshow au début du parcours … Petite vengeance, la la lère … c’est vrai quoi, c’était pas humain d’arriver deux heures avant moi à la CCC. Me faire ça à moi … 😯 😆

Je me suis fait plaisir en accélérant dans les quelques portions descendantes. Comment voulez-vous résister à un petit chemin campagnard lorsqu’il vous tend les bras ? Dans les montées, nous avons été beaucoup plus raisonnables puisque nous avons opté régulièrement pour le mode marche à des endroits qui auraient pu être passés en courant ou du moins en trottinant. J’avais mon compère pour me rappeler ce que c’est qu’un footing … « Arthur, on est en footing là ! » « Oui m’sieur. »

Bon, on est peut-être en footing mais il ne s’est pas privé pour me mettre une mine de derrière les fagots dans les derniers 500 m du parcours. Il faut dire que j’étais un peu sur mes gardes dans cette ultime descente sur bitume. Je n’avais pas envie de me fâcher avec mon postérieur à cause d’une plaque de verglas. J’avais déjà bien assez de mes démêlées avec mon pied droit. Les douleurs se sont réveillées après une heure de course. C’était à prévoir. La douleur était supportable mais bien présente. J’espère que le problème va se résorber de lui-même dans les jours à venir. 😕

A part ce petit pépin, j’ai constaté avec plaisir que je me sentais près à faire beaucoup plus long. C’est un bon signe pour la suite. J’étais à l’aise sur le plat et dans les descentes mais curieusement un peu à la peine dans les montées. J’en saurai plus la semaine prochaine. Le Raidlight Trail Trophy sera une bonne occasion pour faire le point sur mes qualités et mes faiblesses du moment.

Hivernale des Coursières
Non, je n’ai pas perdu mon peigne … J’ai juste enlevé mon bonnet un peu plus tôt.

Bon, la course, c’est bien beau, mais on était venus avant tout à St-Martin pour le vin chaud offert à l’arrivée. Une alternative à la traditionnelle bière de fin de course somme toute intéressante et parfaitement adapté au climat actuel. Pour les coureurs difficiles (Taz n’aime ni le café, ni le vin chaud), il y avait un délicieux bouillon aux vermicelles avec quelques morceaux de légumes verts, le comble du raffinement pour coureurs frigorifiés.

L’occasion de papoter avec Jeanmik, nouvelle recrue pour le G.C.O. (je suis en-dessous de tout, je n’ai pas pensé à regarder s’il avait tout le matériel requis pour en être), avec Sébastien, rencontré à l’occasion du Grand Duc 2008 (le monde est petit), avec Bicshow et avec mon compère Taz le Diable bien entendu.

Voilà une bonne façon de débuter sa saison sportive. Une course à taille humaine, plaisante et bien organisée. L’équipe des Coursières des Hauts du Lyonnais est bien rôdée et l’accueil chaleureux.
Merci.

Récapitulatif :
Temps : 1h27’50 »
Distance : 15 km
D+ : 465m

Classement général : 110/192
Classement Catégorie : 36/55

Le site : L’Hivernale des Coursières
Le cadeau : Un saucisson … pas de photo, on l’a mangé !

Share This