La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLe Château de Joux.

Qu’est-ce qu’un Arthur peut bien faire lorsqu’il est en villégiature aux Longevilles Mont d’Or petit village du Haut Doubs ? Hé bien, il se ressource au cœur de ses racines familiales … heures de sommeil en retard, stress qui s’accumule peu à peu … A chaque fois, il y a du boulot pour évacuer tout cela ! S’immerger dans un océan de vert, faire le plein de nature. Quel meilleur moyen pour remonter son tonus à son niveau maximal ?

Cette alternance de pâturages, de bosquets, de forêts et de clairières est un régal pour l’œil. Apaisement de l’âme, sérénité. La faune n’est pas en reste. Il n’est pas rare de croiser quelques chevreuils, une harde de chamois ou de lever la tête tandis qu’un milan ou une buse vous survolent.

Alors qu’est-ce qu’il fait Arthur ? Hé bien, il va courir pour en profiter au maximum. Et ça tombe bien parce qu’il a grandement intérêt à accumuler un peu de dénivelé …

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauDimanche 12 avril 2009

Je veux éviter la neige encore bien présente sur les sommets. Je décide de faire une sortie au départ de la Cluse-et-Mijoux. Le village est situé à proximité de la cluse de Pontarlier à une altitude un peu plus basse que celle des Longevilles Mt d’Or. Il est dominé d’un côté par le château de Joux et de l’autre par le fort Malher (un bastion avancé du fort du Larmont). Mon objectif du jour est de relier le Grand Taureau, le sommet de la montagne du Larmont.

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLa Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau

A gauche, le sentier qui part en contrebas de fort (côté falaise) est désormais interdit du fait du risque de chutes de pierre. A droite, à proximité de Chasal du Creux.

Un sentier balisé (GR5) s’élève rapidement en lacet en direction du fort. La montée offre de beaux points de vues sur le Château de Joux. Il est bien dommage que le sentier qui part en contrebas du fort (côté falaise) soit désormais interdit au public du fait du risque de chutes de pierre. Il avait de la gueule et tout plein de marches d’escaliers pour le fun.

Ca commence fort dès le départ, 150m de D+ avalé pour 1500m parcourus. J’ai un vttiste en point de mire pour me motiver. Je gagne du terrain inexorablement sur lui pourtant je ne vais pas bien vite. Quelque chose comme 7km/h. Je l’ai doublé avant d’arriver au fort. Un mec en vélo, ça n’aime pas trop se faire doubler par un piéton … enfin moi je n’aimais pas ! On a eu le temps d’échanger quelques mots avant que je le lâche « Bon allez, j’y vais. Salut. » :mrgreen:

Bon de toute façon, il allait forcément finir par me reprendre un peu plus tard.

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLa forêt de Grand Bois.

Une portion un peu plus plate m’amène au lieu dit Les Jantets. C’est un lieu de promenade pour les habitants de Pontarlier. Il faut slalomer de temps en temps pour éviter un groupe de personnes mais ce n’est pas gênant. Après avoir coupé la route qui mène au Larmont, il faut traverser la cour d’une ferme avant de poursuivre en direction de Chasal du Creux. Très « campagne » cette cour. Le sol est un mélange de boue et de fumier dans lequel je m’enfonce … Le chemin qui suit n’est pas des plus secs. C’est même franchement humide dès lors que le chemin est dans une zone peu exposée aux rayons du soleil.

Au niveau de Chasal du Creux, je rejoins le Sentier montagnard du Grand Taureau. C’est tout du moins le premier panneau que je rencontre faisant mention de ce sentier. C’est un circuit en boucle sur le Larmont. J’aurais dû regarder la carte avant. Arrivé au sommet je me suis contenté de rentrer par le même chemin qu’à l’aller. Je n’avais pas envie que la balade s’allonge inconsidérément au risque d’y laisser quelques plumes. Le jardinage n’était pas au programme du jour.

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLa Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau

A gauche, les crêtes du Larmont. A droite, l’arrivée du GR5 à la Cluse-et-Mijoux.

Il y a quelques plaques de neige transformée pour apporter un peu de variété dans mes appuis en amont de la Grange Ferry. Je rentre dans la forêt du Grand Bois. Elle porte bien son nom.

La pente n’a pas été bien forte depuis les Jantets. On suivait plus ou moins les courbes de niveau en contrebas des crêtes du Larmont. Il va falloir les rejoindre maintenant. Droit dans la pente ou presque. Il y a beaucoup de neige par ici et ça ne facilite pas ma progression. Heureusement que j’ai pris les bâtons. La température a chuté sensiblement. Les rayons du soleil n’atteignent pas le sol par ici et la masse neigeuse accentue cette impression de fraîcheur. L’effort physique s’accentue aussi. Ca compense !

La Cluse-et-Mijoux – Grand Taureau

J’atteins enfin la crête. Je retrouve le soleil mais il n’est pas tout seul. Le vent s’est invité, un peu envahissant à mon goût. Le sommet ne doit plus être très loin maintenant mais je suis parti déjà depuis 1h20. Il vaut mieux être raisonnable. Je rebrousse chemin. Il est temps de rentrer. Ce sera plus rapide dans ce sens. 55 minutes tout au plus. Il faut dire que je me suis fait plaisir en redescendant sur le village de la Cluse-et-Mijoux depuis le fort.

Il paraît qu’il faut envoyer un peu dans les descentes pour se préparer à la Montagn’Hard dixit l’ami Biscotte.

Ok, bien compris. 😉

Share This