Histoire de ménager ma carcasse rouillée de vétéran, j’ai décidé de faire un peu plus de VTT cette année. Je devrais écrire refaire du VTT car ma pratique du deux roues s’était réduite comme peau de chagrin au fur et à mesure que j’augmentais le temps consacré à la course à pied. Les vases communicants. J’ai donc ressorti mon rockrider 9.3 2004 encore rutilant pour faire quelques séances bien sympathiques. Des trucs bien chauffe-cuisses, certes, mais en principe moins traumatisants du fait de l’absence de chocs. Hum … absence de chocs, cela reste à vérifier !

J’avais prévu notamment de refaire le parcours de la SaintéLyon en VTT le dimanche 1er mai avec les compères Jeanmik et Tazounet. Bon d’accord, je le reconnais, ça tourne à l’obsession cette SaintéLyon. Je cours SaintéLyon, je pense SaintéLyon, je … Bon, on ne va pas rentrer dans les détails.


Tazounet et Arthurbaldur. Ben m… t’es bien grand sur cette photo !

Mais bon, voilà … les compères ne sont plus ce qu’ils étaient. Jeanmik était d’astreinte (difficile de s’éloigner dans ces conditions) et Tazounet était plus que frileux à l’idée de rester percher plus de 7 heures sur la selle de son vélo deux semaines seulement après le marathon d’Annecy. Faire le parcours tout seul était nettement moins attrayant que la perspective d’une virée entre potes. Tazounet m’a probablement senti fort dépité et m’a proposé de participer à la Croisée des Monts du Lyonnais.
Une randonnée VTT organisée par le club VTT des Monts sur les sentiers des … Monts du Lyonnais. On s’en serait douté vu le nom.

Différents circuits sont proposés aux participants au départ de Saint-Martin en Haut avec un départ libre entre 7h00 et 10h00. Nous avons coupé la poire en deux avec l’ami Tazounet en optant pour un parcours de 46 km et 1480 m. Un bon compromis entre mon envie d’effort long et sa phase de récupération post marathon.

18eme Croisée des Monts du Lyonnais 2011[gpxelevation=hide]

Les paysages traversés étaient somptueux. Certains connus, d’autres moins ou pas du tout. Nous avons emprunté une partie du tracé de la SaintéLyon au niveau de Sainte-Catherine avec le sentier de la grotte de la Madone puis la traversée du bois du Châtelard. Et puis il y a eu le passage à Larajasse, le château de Lafay …


Le château de Lafay. Paysage paisible s’il en est …

Le terrain était tout ce qu’il y a de plus varié. Des chemins plus ou moins larges, des sentiers plus ou moins techniques, des descentes de folie et des montées à vous faire regretter d’avoir des cuisses. Le tout abrité sous les frondaisons ou en plein cagnard à traverser les prairies. Une mention particulière pour la descente sur la Bâtie (au dessus de Saint-Romain-en-Jarez) … Purée la caillasse ! J’ai les avants bras qui vibrent rien d’y repenser. Quand je pense que le Tazounet n’a pas de suspension arrière … Remarquez, il n’était pas question pour autant de rester le cul posé sur la selle. C’était un coup à se retrouver avec une selle au niveau du nombril !

La montée qui a suivi valait son pesant d’or. Technique et pentu à souhait. Et hop séance de portage … enfin poussage parce que le bonhomme commençait à fatiguer. J’avoue que j’ai un peu tiré la langue sur la fin du parcours et que la distance a amplement suffi à mon bonheur. Je remercie d’ailleurs chaudement Tazounet d’avoir crevé ce qui m’a permis de me refaire une santé en l’attendant. J’ai un scoop : Tazounet est vachement plus efficace pour changer une chambre à air que pour se préparer le matin. Bon par contre, nous sommes aussi branques l’un que l’autre pour ce qui est de regonfler un pneu. Z’ont pas grand chose dans les bras les totos ! Bon, on va dire que c’était la pompe qui merdait …


L’est rapide le Tazounet … pour changer de chambre à air s’entend.

En tous cas, le VTT procure de belles montées d’adrénaline. Ca fouette le sang. Enfin, ça fouette tout court. Avec les descentes et la rencontre inopportune avec les branches, je suis revenu avec des jambes et des bras que n’aurait pas reniés un pénitent.

Côté miam miam, c’était Byzance, avec des ravitaillements espacés d’une quinzaine de bornes environ et suffisamment garnis pour combler les plus grosses fringales. Saucissons, fromages, yaourts à boire, pains d’épices, chips, pâtes de fruits. Bref du salé et du sucré pour tous les goûts de la nature. Côté boissons, pas mal de sirops, il y en avait un peu de toutes les couleurs et bien dosés (faiblement) pour éviter tout écœurement . Et bien sûr de l’eau pour faire le plein des poches à eau … Avec la chaleur et l’effort, je serai obligé de refaire le plein. Pourtant, j’avais également un bidon de 80cl d’hydrixir. Un vrai trou sans fond !

A la fin du parcours, après l’atelier lavage de VTT (ben ouais, j’ai réussi à trouver de la boue malgré la sécheresse), le bonhomme a pu reprendre des forces grâce à un casse-croûte offert par l’organisation.

Une randonnée fort sympathique (peut-être moins pour mes cuisses) avec une organisation bien rodée. Je vous la conseille d’autant que vous n’allez pas grever votre budget : 10 € suivant le parcours emprunté. Et pour le prix, vous repartez même avec une casquette ou un t-shirt au choix. Bon c’était un t-shirt coton, faut quand même pas pousser.

Ca a du bon le cross training …

Arthurbaldur. 🙂


La casquette en cadeau.

Récapitulatif :
Distance : 46 km (44,2 km GPS)
Dénivelé positif : 1480 m (1315 m GPS)
Durée : 4h19 dont 43′ de pauses, crevaison comprise (mais ça n’a pas été l’arrêt le plus long)

Le site : VTT des Monts

Quelques photos :

18eme Croisées des Monts du Lyonnais
Share This