A défaut d’être une réussite, ma balade autour du Mont-Blanc m’aura permis de tester quelques produits techniques dans les meilleures conditions qui soient … c’est-à-dire les pires. Pluie, froid et neige étaient au rendez-vous en début de course. L’occasion d’éprouver les gants imperméables inscrits dans la liste du matériel obligatoire.

Bestseller de la marque, les gants Ultra Grip utilisent la technologie brevetée SealSkinz. Cette technologie consiste en une construction unique à trois couches sans couture. Celle-ci vous garantie une protection optimale des mains contre l’humidité et la transpiration par temps froid et humide. Même lorsqu’il fait chaud, la sueur est évacuée loin du corps à travers la membrane imperméable respirante.

L’élasticité du textile et la coupe près du corps, assurent un ajustement parfait et permettent de conserver une bonne dextérité des mains.

Des picots antidérapants disposés sur la paume et les doigts assurent une bonne prise en main par temps humide.

L’intérieur est en laine Merino pour une meilleure évacuation de la transpiration et une excellente performance thermique.

Un niveau de protection thermique est indiqué pour chaque produit SealSkinz. Les gants Ultra Grip Gloves sont notés 2 sur une échelle de 1 (temps doux) à 5 (froid extrême).

Conditions de test : Ultra-Trail du Mont-Blanc 2011 et … douche/seau d’eau à la maison !

J’avais prévu d’utiliser des sur-moufles Raidlight imperméables et respirantes (membrane MP+) en les combinant avec une paire de gants de soie. Une solution à deux couches idéale sur le papier. Mais voilà, ce produit conçu dans l’urgence après la publication du matériel obligatoire de la course a fait l’objet d’un rappel : les coutures n’étaient pas étanches ce qui est somme toute assez gênant pour un produit censé être imperméable. Je devais procéder à un échange au salon de l’Ultra-Trail à Chamonix mais j’ai constaté à mes dépends qu’une personne indélicate avait préférée vendre les quelques sur-moufles réservées pour l’échange.

Aux vues des conditions météo annoncées, je me suis empressé d’acheter des gants SealsSkinz sur les conseils de mon compère Patrovite. Des gants imperméables et chauds … j’allais en avoir bien besoin !

La qualité de fabrication est irréprochable, les gants s’avèrent très confortables et les picots antidérapants permettent une prise en main particulièrement efficace des bâtons. Les gants semblent donc parfaits …

Oui mais …

Oui mais voilà, après 3 heures passées sous la pluie, je me suis retrouvé avec des gants aussi mouillés à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je peux vous assurer que la laine Merino douce et chaude s’avère être très désagréable et froide une fois mouillée et qu’il ne faut pas espérer que tout cela sèche rapidement vu l’épaisseur et l’étanchéité des gants … Aux Contamines, les gants sont allés illico dans le sac pour ne plus en ressortir et j’ai dû me contenter de la faible protection thermique de mes gants de soie.

Il est arrivé le même déboire à Patrovite mais curieusement, les menottes de Cécile Bertin alias Barbie ont été préservées de toute trace d’humidité.

Une fois rentré, un test complémentaire à grand renfort de pommeau de douche et de seau d’eau m’a permis de comprendre un peu mieux cette inégalité de traitement.

Les gants sont effectivement totalement étanches et cela même si on les plonge dans l’eau mais la membrane imperméable s’arrête à la base du poignet. Pour éviter que l’eau ne pénètre dans le gant (elle n’en ressortira plus par la suite du fait de la membrane), il faut impérativement protéger le tissu côtelé non imperméable qui recouvre le poignet (d’autant qu’il a tendance à faire éponge) et empêcher bien entendu les infiltrations directes de l’eau qui coule le long du bras. J’avais retroussé les manches de ma veste goretex pendant un moment parce que j’avais un peu chaud … voilà très certainement l’origine de ce problème d’étanchéité. Ils n’ont pas encore découvert les petits élastiques ici et là comme chez Pampers.

Caractéristiques :
Technologie 3 couches sans couture.
Imperméable et respirant.
Excellente performance thermique de la laine Merino.
Coupe près du corps, textile élastique.
Coloris : existe en noir, vert et jaune fluo.
Taille : XS à XL.
Poids : 50g x2 en taille XL.

Prix : 44 €.

Composition :
Intérieur : 84% Laine Merino, 14% Nylon, 2% Elasthanne
Membrane Porelle imperméable et respirante
Extérieur : 96,5 Nylon, 3,5% Elasthanne.

Les plus :
Qualité de fabrication, membrane Porelle imper respirante, chaleur de la laine Merino, picots antidérapants.

Les moins :
Tissu côtelé du poignet non imperméable.

Share This