Lieux d’entrain. & Off | Arthurbaldur http://www.arthurbaldur.fr Le songe d'une nuit d'hiver Fri, 17 Nov 2017 10:03:24 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.6 Reco Trail des Cabornis 2013 http://www.arthurbaldur.fr/2013/02/17/reco-trail-des-cabornis-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/02/17/reco-trail-des-cabornis-2013/#respond Sat, 16 Feb 2013 22:55:14 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6266 Compétitions, reconnaissances de parcours, entrainements collectifs, offs, les occasions ne manquent pas de courir en groupe. Ce samedi, c’était la première reconnaissance du Trail des Cabornis 2013 organisée par Terre de Running, Scott et les Gônes Raiders. Si vous avez loupé le coche, il y aura une session de rattrapage samedi prochain (23 février). Le […]

L’article Reco Trail des Cabornis 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Compétitions, reconnaissances de parcours, entrainements collectifs, offs, les occasions ne manquent pas de courir en groupe. Ce samedi, c’était la première reconnaissance du Trail des Cabornis 2013 organisée par Terre de Running, Scott et les Gônes Raiders. Si vous avez loupé le coche, il y aura une session de rattrapage samedi prochain (23 février). Le lendemain des Milmils ça va piquer un peu …

Reco Trail des Cabornis 2013Au menu de ce jour, le parcours du 25 km, enfin une partie seulement, pour le reste il faudra attendre encore un peu, nous le découvrirons le jour de la course. Les organisateurs sont un poil cachotiers, le parcours change chaque année et le tracé est dévoilé au dernier moment. Je n’ai jamais été déçu par la surprise.

Aujourd’hui, nous aurons parcouru 13 km et tout de même 540 m de D+. Suffisant pour s’occuper deux bonnes heures et pour se rappeler que ça peut grimper fort dans les Monts d’Or !

Il manquait un peu de visibilité sur les hauteurs, le soleil se faisait timide sous une brume persistante mais nous n’avons pas eu de pluie et la température était propice à l’effort. Par contre que de boue ! Le top de la boue, de la vraie, de la bonne, de celle qu’on ne trouve habituellement que sur les SaintéLyon les plus humides … je plains Pascal Giguet, il va avoir du pain sur la planche. Les belles Scott Kinabalu prêtées pour l’occasion ont perdu de leur superbe. Adieu couleurs bleu et orange, vive le marron, couleur dominante à l’issue de la reco !

Une sortie bien sympathique en tout cas où les occasions de papoter n’ont pas manqué.

Prochain rendez-vous vendredi prochain en nocturne dans les rues de Lyon.
Ce sera les Milmils et c’est le off à ne surtout pas louper.

Trail des Cabornis (10 mars 2013) : le site.

A bientôt,

Arthurbaldur. 🙂

Les photos de la reco :

Reco Trail des Cabornis 2013

L’article Reco Trail des Cabornis 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/02/17/reco-trail-des-cabornis-2013/feed/ 0
Running Conseil : les samedis du jogging http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/20/running-conseil-les-samedis-du-jogging/ http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/20/running-conseil-les-samedis-du-jogging/#comments Thu, 20 Oct 2011 14:16:33 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=5203 Les Samedis du Jogging c’est maintenant aussi à Lyon. Venez nous retrouver deux samedis par mois … Les Samedis du Jogging c’est une matinée conviviale et gratuite pendant laquelle quelques athlètes du Team Running Conseil encadrent petits et grands, coureurs réguliers et coureurs occasionnels, pour répondre à vos questions, vous donner des conseils, partager leur […]

L’article Running Conseil : les samedis du jogging est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Les Samedis du Jogging c’est maintenant aussi à Lyon.

Venez nous retrouver deux samedis par mois …

Les Samedis du Jogging c’est une matinée conviviale et gratuite pendant laquelle quelques athlètes du Team Running Conseil encadrent petits et grands, coureurs réguliers et coureurs occasionnels, pour répondre à vos questions, vous donner des conseils, partager leur expérience ou tout simplement faire un brin de causette lors de quelques foulées …

Au programme un footing avec éventuellement une petite séance : 3 groupes d’allure pour que chacun y trouve son compte.

Le rendez vous est fixé :
A Lyon à l’entrée principale du parc de Lacroix Laval à 9h30.

Voici le calendrier prévisionnel des Samedis du Jogging : 22 octobre / 5 novembre / 19 novembre/ 3 décembre / 10 décembre.

Voilà, la première séance aura lieu ce weekend. Associer sport et convivialité, elle est pas belle la vie ?

Arthurbaldur. 🙂

L’article Running Conseil : les samedis du jogging est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/20/running-conseil-les-samedis-du-jogging/feed/ 2
Le Grand Trail du St-Jacques : la reco http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/04/le-grand-trail-du-st-jacques-la-reco/ http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/04/le-grand-trail-du-st-jacques-la-reco/#comments Tue, 04 Oct 2011 21:22:43 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=5072 Je vous l’avais annoncé il y a quelques semaines. Après la SaintéLyon et le Lyon Urban Trail, les gars de chez Extra-Sports lancent une nouvelle épreuve en Haute-Loire : Le Grand Trail du St-Jacques (première édition en septembre 2012). Le tracé de cette longue balade de santé reliera le Domaine du Sauvage en Gévaudan au […]

L’article Le Grand Trail du St-Jacques : la reco est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Je vous l’avais annoncé il y a quelques semaines. Après la SaintéLyon et le Lyon Urban Trail, les gars de chez Extra-Sports lancent une nouvelle épreuve en Haute-Loire : Le Grand Trail du St-Jacques (première édition en septembre 2012). Le tracé de cette longue balade de santé reliera le Domaine du Sauvage en Gévaudan au Puy-en-Velais par le chemin mythique de Saint-Jacques de Compostelle (via Podiensis).

Au programme, 23 km, 43 km ou 65 km (en fait ce sera probablement plus proche des 70 km) en solo et une formule relais à 3 coureurs. Bref, il y en aura pour tous les goûts.

J’ai eu le privilège de participer à un weekend repérage avec l’équipe d’Extra. Ca bosse dur chez Extra, même le weekend, mais le travail est plaisant et l’esprit potache. Bref, il y a de la joie et de la bonne humeur. Objectif : repérer les lieux, valider les variantes qui tuent, trouver les singles tracks qui déchirent sur la base des sentiers du GR 65.

Pour ce faire nous avons effectué un repérage sur deux jours :

  • Le domaine du Sauvage – Monistrol d’Allier le vendredi (38 km, 545 m de D+ et 1200 m de D-).
  • Monistrol d’Allier – Le Puy-en-Velay le samedi (35 km, 965 m de D+ et 945 m de D-).

Entre les deux, un repos bien mérité à Monistrol au gite de la Tsabonne et l’occasion de découvrir le team Extra dans un cadre plus intime. Quelques scoops : chez Extra, on adore les chats, un peu moins les courgettes et pas du tout le Tonga. Et si le sport est leur domaine de prédilection, la musique prend une place importante dans leur vie : j’ai été bercé une partie de la nuit par la douce mélodie d’un concerto pour flûte nasale … Allez, je n’en dirai pas plus.

Le domaine du Sauvage – Monistrol d’Allier :
Le Grand Trail du St Jacques [gpxelevation=hide]

Monistrol d’Allier – Le Puy-en-Velay :
Le Grand Trail du St Jacques [gpxelevation=hide]

La course :

Monstrueuse. Cette course va être monstrueusement géniale. Mais attention, il va falloir être un coureur complet, aussi à l’aise sur terrain roulant que dans les parties très techniques des Gorges de l’Allier. Gros mental indispensable pour le final surtout pour les imprudents qui auront envoyé du lourd en début de course entre le Sauvage et Saugues. La montée à la Cathédrale sera une belle récompense pour tous.

Les données chiffrées citées dépendront bien entendu du tracé final …

Le domaine du Sauvage – Saugues (Relais 1)

(23 km, 295 m de D+, 635 m de D-)

Le départ a lieu sur le site du Domaine du Sauvage, sur les crêtes de la Margeride. Imaginez une ferme du 16ème siècle aux murs de pierres perdue au milieu d’immenses champs bordés par les bois.

Attention, le profil descendant de cette première étape est propice au sur régime. Les organismes sont frais, les chemins agréables ne présentent aucune difficulté technique. Le tracé emprunte quelques passages en sous-bois, des sentes herbeuses et des chemins en bordure de pâtures. Quelques chemins blancs brulés par l’ardeur du soleil devront être négociés avec prudence en arrivant sur Saugues.

La zone de départ (domaine du Sauvage). La tour de la Clauze (Grèzes).

Le parcours est égayé par la traversée de petits hameaux comme les Chazeaux ou le Villeret d’Apchier que l’on aborde en longeant un petit ruisseau. Les amateurs de vieilles pierres se régaleront en découvrant la tour de la Clauze située sur la commune de Grèzes : un donjon octogonal du XIII ème siècle posé sur de gros blocs de granit.

Vous serez salué à votre arrivée à Saugues par un pèlerin sculpté dans le bois. Enfin, le bougre vous tourne plutôt le dos tout occupé qu’il est à accueillir ses collègues marcheurs. Un peu plus loin, prenez le temps d’admirer une seconde sculpture en bois plus imposante : l’arbre du pèlerin.

Le marché couvert de Saugues sera utilisé comme base de vie.

Saugues – Saint-Privat d’Allier (Relais 2)

(22 km, 785 m de D+, 820 m de D-)

Cette partie concentre les plus grosses difficultés de la course. Après avoir repris un peu de hauteur à la sortie de Saugues, le tracé chemine en plateau entre Rognac et le Vernet avant de plonger dans les gorges de l’Allier, d’abord en pente douce puis par une franche descente en lacet. La partie finale est relativement roulante, malgré la forte pente et la présence d’un escalier au niveau de la chapelle troglodyte de Sainte-Madeleine.


Montée sur Rochegude depuis les gorges de l’Allier.

Un sentier étroit en balcon dominant les eaux de l’Allier nous conduit ensuite à l’entrée de Monistrol d’Allier, petit village niché au cœur des gorges, dans une forêt de chênes et de hêtres qui peine à masquer le gris des anciennes coulées de lave et l’aspect tourmenté des falaises de basalte.

Après avoir traversé l’Allier sur une passerelle métallique construite par Eiffel, il vous faudra gravir le versant opposé par une montée rude et technique pour atteindre la chapelle de Rochegude. La découverte du panorama depuis les hauteurs sera un moment fort de la course.


La Tour de Rochegude.

Le tracé se fait ensuite plus paisible avec un cheminement très agréable en sous-bois. De quoi reprendre des forces pour l’ascension finale du château de Saint-Privat d’Allier. Le ravitaillement est installé dans la cour du château qui surplombe les maisons du village.

Saint-Privat d’Allier – Le Puy-en-Velay (Relais 3)

(26 km, 440 m de D+, 690 m de D-)

Cette portion débute par une longue montée avec un passage au point le plus haut de la course (Alt : 1215 m) après le village du Chier (prononcer chère). Après une courte traversée en sous-bois, on redescend sur le village de Montbonnet. Dès lors, le tracé se fait essentiellement à découvert ce qui ne facilitera pas la performance par forte chaleur. D’autant que le tracé comporte quelques lignes droites qui nécessiteront un gros mental et un peu de physique en réserve.


Les gorges de la Dolaizon.

A noter, le passage à proximité de la chapelle de St-Roch (Montbonnet) et de l’église de Saint-Christophe sur Dolaison, construite en brèche volcanique rougeâtre.

L’arrivée sur le Puy est effectuée en longeant les gorges de la Dolaizon sur le plateau. La vue y est particulièrement agréable de part et d’autre du village de la Roche. Le profil est descendant mais la pente reste très faible jusqu’aux abords du Puy.

Après une descente cassante sur bitume, vous pénétrez dans le centre historique du Puy sous les acclamations des touristes et après un ultime effort dans la montée pavée de la rue des Tables (mine de rien ça grimpe) vous arriverez au pied de la Cathédrale du Puy-en-Velay. Sa façade occidentale vous domine du haut d’un escalier monumental de 102 marches. On se sent tout petit.

L’arrivée est située à quelques centaines de mètres plus loin au stade Massot, ce qui permet de bénéficier de toutes les structures de cet équipement sportif et notamment des douches.

Vous aurez alors bien mérité votre cadeau finisher … mais que sera-t-il ? Votre poids en lentille verte du Puy, une bouteille de Verveine du Velay ou un buff en dentelle ? Il faudra patienter jusqu’en septembre 2012 pour le savoir.

Inscriptions :

En attendant, les inscriptions seront ouvertes à partir du 21 octobre 2011 sur le site officiel du Grand Trail du St-Jacques.

Je serai bien entendu au départ de la course et avec le dossard numéro 1, s’il vous plait. Celui-là, c’est sûr, je le mets sous verre ! Pensez, un dossard élite, je devrais pouvoir faire illusion sur une bonne dizaine de mètres ! Il faut espérer pour le succès de la course que je ne sois pas le premier à l’arrivée, ça ne serait pas très bon signe pour ce qui est de la densité du peloton.

L’équipement :

Evitez d’emmener vos gros sabots et le pare buffle, les chemins empruntés sont globalement très roulant si l’on occulte la remontée technique des gorges de l’Allier pour rejoindre la chapelle de Rochegude. Préférez des chaussures de trail légères avec un bon amorti ou mieux encore des chaussures de route dotées d’une semelle pas trop lisse.
Et purée, n’oubliez pas votre casquette et votre crème solaire … les petits chemins en pouzzolane sous le cagnard vous rôtissent un coureur aux petits oignons en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Voilà qui s’annonce prometteur. J’ai hâte de découvrir le tracé final en condition de course. En attendant, j’aurai passé un excellent weekend et ajouté quelques kilomètres au compteur. Quand je pense que Michel Sorine s’est enquillé le semi de Run In Lyon le dimanche matin … Il a la santé le bougre.

A bientôt sur les chemins du Saint-Jacques …

Arthur. 🙂

Pour plus d’informations :
Site officiel : Le Grand Trail du St Jacques
La page facebook : La page du St Jacques

Récapitulatif :
Temps : 12h45
Distance : 71 km
Dénivelé positif : 1520 m
Dénivelé négatif : 2145 m

L’article Le Grand Trail du St-Jacques : la reco est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2011/10/04/le-grand-trail-du-st-jacques-la-reco/feed/ 30
Sur les traces du Lyon Urban Trail http://www.arthurbaldur.fr/2011/03/30/sur-les-traces-du-lyon-urban-trail/ http://www.arthurbaldur.fr/2011/03/30/sur-les-traces-du-lyon-urban-trail/#comments Wed, 30 Mar 2011 20:55:52 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=4485 Tidgi, le Blob et Arclusaz. Des pingouins sur la place des Terreaux … Pour la première fois depuis la création du Lyon Urban Trail, je ne serai pas de la fête. La proximité avec les 24h de St-Fons (une petite semaine après) m’oblige à faire montre d’un peu de modération dans mes envies d’escaliers. A […]

L’article Sur les traces du Lyon Urban Trail est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Tidgi, le Blob et Arclusaz. Des pingouins sur la place des Terreaux …

Pour la première fois depuis la création du Lyon Urban Trail, je ne serai pas de la fête. La proximité avec les 24h de St-Fons (une petite semaine après) m’oblige à faire montre d’un peu de modération dans mes envies d’escaliers. A vrai dire, c’est surtout ma méforme actuelle et mes petits bobos de coureurs (fait pas bon vieillir) qui me contraignent à un peu plus de sagesse. J’avais bien envisagé de faire le parcours du 23km en footing tranquillement … mais franchement doucement ce n’est pas vraiment crédible, ce serait comme demander à un Tazounet de se préparer rapidement …

Hé hé, je suis vraiment une canaille. 😆

Reconnaissance du Lyon Urban Trail :

Alors pour ne pas succomber à la frustration, j’ai pris plaisir à participer à la reconnaissance officielle du LUT organisée conjointement par Extra Sports et par Running Conseil le 20 mars. L’occasion de revoir quelques têtes connues et d’en découvrir d’autres tout ce qu’il y a de plus inconnues. A priori, nous étions censé reconnaitre le tracé du 23km mais de toute évidence nous avons taillé quelque peu dans le gras du parcours plus ou moins volontairement. Ce n’est pas bien grave, nous aurons fait une balade sympathique d’environ 18 bornes et 690m de D+ dans les rues de Lyon et sous le soleil de surcroît. Que demande le peuple ?


Le parc de la Cerisaie.

J’ai été sage sur la première partie du tracé (bon tout est relatif, ils sont partis comme des fous furieux et fallait bien suivre) et puis une fois chauffé, je me suis laissé prendre au jeu et j’ai quelque peu accéléré. On peut même dire que j’ai fini quasi au taquet pour redescendre de la Croix-Rousse. Quand je vous dis que je ne sais pas résister. Faut dire que ça fait vraiment du bien de se défouler avec tout plein de camarades de jeu (une centaine environ).

C’est anecdotique, mais une fois de plus je me suis caillé en attendant le départ de la balade. A croire que jouer au pingouin est désormais un passage obligé … Je veux de la chaleur bordel !

[vimeo 21384065 nolink]

 

Off qui va bien spécial Arthur :

La balade avec mes compères lutins n’a pas calmé ma soif d’escaliers bien longtemps, la frustration ne tarde pas à réapparaitre. En bon samaritain toujours prêt à soutenir son potos dans les moments difficiles, Biscotte me suggère illico d’organiser une petite sauterie nocturne dans les rues de Lyon. Comprendre par sauterie le fait de progresser par petits bonds successifs dans les escaliers lyonnais. Voilà une idée qu’elle est bien. Difficile de résister. Oslo, n’en a aucunement l’intention, Biscotte non plus.

Vendredi soir, 20h30. Nous voilà donc trois compères au départ de cette longue sortie nocturne. J’ai préparé le tracé de la balade soigneusement dans la semaine sur OpenRunner. Que du bon ou presque. Cela me fait rudement plaisir de faire découvrir ou redécouvrir à mes acolytes mes parcours d’entrainement. Bon, ils connaissaient forcément la majeure partie des lieux empruntés mais je peux me targuer de leur avoir fait découvrir quelques endroits assez surprenants. La campagne à la ville.


La vue sur Lyon by night depuis l’esplanade de Fourvière.

Le parcours était scindé en deux parties bien distinctes.

Une première partie plutôt localisée sur les pentes de Fourvière. C’est mon lieu de prédilection pour les séances avec du D+. Un incontournable pour préparer ma carcasse aux grimpettes qui m’attendent … Du grand classique sur cette partie. Une petite boucle pour descendre au niveau de Saint-Pierre de Vaise permet un échauffement dans une pente modérée avant de passer aux choses sérieuses. Des escaliers bien sûr avec la montée du Greillon, la montée de la Sarra, la montée Nicolas de Lange, la montée des Chazeaux, la montée des Epies. Du bitume qui fait chauffer les cuisses ou qui vous tabassent la carcasse suivant le sens emprunté avec la montée monseigneur Decourtray et la montée du Télégraphe. Du bucolique avec l’ancienne piste de ski de la Sarra. Des pavés avec la montée du Gourguillon. Et puis, purée, une vue sur Lyon by night à vous faire péter les pupilles avec l’incontournable esplanade de Fourvière … mais c’est loin d’être le seul point de vue intéressant.

On aura eu quelques surprises sur cette première partie. L’accès de la piste de la Sarra au point bas était exceptionnellement fermé. C’est rare mais ce n’était pas la première fois que je me retrouvais comme un couillon devant une porte fermée après avoir descendu joyeusement les 80m de D+ qui me séparaient du point haut. Et bien on n’allait pas se laisser embêter par une bête porte … Et nous voilà à la queue leu leu sur le mur d’enceinte pour rejoindre le poteau électrique providentiel qui nous permettra de rejoindre la rue quelques mètres plus bas … T’en voulais du technique ? Ben voilà, t’en as eu ! Moi qui ais le vertige, pourquoi je me lance toujours dans des trucs à la con !


Arthurbaldur, Oslo et Biscotte.

Autre déboire : la fermeture de l’esplanade qui nous aura privé de la descente dans les lacets des jardins du Rosaire. Dommage, la traversée du parc est magnifique la nuit avec la vue sur la presqu’ile. Bon, curieusement l’accès sera à nouveau possible lors de notre second passage sur les hauteurs … Ouf !

Dernier petit couac, mais là je ne pouvais guère faire de miracles, la borne à eau idéalement située au kilomètre 10 de notre parcours (devant le cimetière de Loyasse) est restée sèche à toutes nos sollicitations. Pas bien grave, on refera le plein un peu plus tard …

La seconde partie était localisée sur Sainte-Foy-lès-Lyon, une agréable commune nichée sur les hauteurs Lyonnaises. J’ai l’habitude d’y gambader pour mes footings pépères.

J’ai profité de l’occasion pour qu’Oslo révise un peu le tracé de la SaintéLyon avec la montée Saint-Laurent et le chemin de Fontanières puis avec le chemin de Montray plus connu dès lors qu’on évoque la montée de St-Foy et le ravitaillement des aqueducs de Beaunant. On aura bien envoyé dans la longue ligne droite du chemin de Montray avec le compère Oslo ! Suffisamment pour semer l’ami Biscotte. Soit disant, une voiture l’aurait gêné, l’obligeant à ralentir … Ca vous parait crédible cette histoire ? 🙄 :mrgreen:


Arthurbaldur et Oslo.

Il y a bien moins de dénivelé sur cette partie et nous avalons avec regret nos derniers escaliers dans le chemin des Villas et la montée du Petit Ste-Foy. Par contre nous y gagnons nettement au change côté nature. Nous enchainons la traversée des parcs (parc du Brûlet, parc du Mont-Riant) et les chemins bucoliques comme le sentier du Fort avant de nous immerger totalement dans les bois. La Poncetière, la Gravière, les Razes, Chantegrillet, le chemin des Sources , autant d’endroits étonnants à quelques minutes d’une zone urbaine pourtant assez dense.

Pour clore la balade, Biscotte m’a offert un sprint fort sympathique … Le bougre est parti d’un peu trop loin et j’ai pris plaisir à le croquer tout cru. Ce n’est que justice, ma cure hivernale de vin chaud aura servi à quelque chose à moins que ce ne soit les cross ?

La soirée s’est terminée devant un plat de pâtes. Le saucisson et la mousse étaient de la partie et il y avait même du Saint-Nectaire en dessert apporté par l’ami Biscotte ! Miaou, je me méfierais si j’étais toi, ça sent la filière parallèle à plein nez cette histoire !

Alors les compères, il vous a plu ce off made in Arthur ?

Arthurbaldur. 🙂

Sur les traces du Lyon Urban Trail

Récapitulatif :
Temps : 3h
Distance : 23 km
D+ : 680 m

L’article Sur les traces du Lyon Urban Trail est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2011/03/30/sur-les-traces-du-lyon-urban-trail/feed/ 10
Off du Nivolet, le 13 juin 2010 http://www.arthurbaldur.fr/2010/06/23/off-nivolet-2010/ http://www.arthurbaldur.fr/2010/06/23/off-nivolet-2010/#comments Wed, 23 Jun 2010 19:52:02 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=3515 Ce weekend, je suis de retour sur les sentiers du Nivolet Revard pour un Off avec mes compères du GCO (Gang des Chaussettes Oranges). La balade était prévue de longue date. Le jour même de la course officielle, après avoir pataugés longuement dans la boue dans la joie et la bonne humeur, nous avions décidé […]

L’article Off du Nivolet, le 13 juin 2010 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Ce weekend, je suis de retour sur les sentiers du Nivolet Revard pour un Off avec mes compères du GCO (Gang des Chaussettes Oranges). La balade était prévue de longue date. Le jour même de la course officielle, après avoir pataugés longuement dans la boue dans la joie et la bonne humeur, nous avions décidé de revenir sur le site avec Tazounet pour le redécouvrir sous une météo plus clémente. Enfin, quand je dis redécouvrir, il faudrait plutôt dire découvrir pour l’ami Tazounet …
Hé hé, je suis vraiment un affreux ! :mrgreen: 😆

Biscotte est également de la partie. Il a fini par céder à mes invites répétées … Post sur le forum Athlète Endurance, sms, messagerie téléphonique, il faut de la persévérance pour arriver à joindre l’ami Biscotte mais j’ai tout de même fini par l’avoir et monsieur sera des nôtres. Plus on est de fou, plus on rigole.

J’avais prévu de faire une longue sortie en rando course à trois semaines du Trail Verbier St Bernard avec un dénivelé conséquent et un profil comportant une longue montée en continue. Cela me semblait être séance tout indiquée pour préparer le bonhomme un minimum aux 20 km de montées qui nous attendent entre Issert et le col de Fenêtre début juillet. Ce off dans le massif des Beauges répondrait parfaitement à cette attente.

L’occasion de tester le matos pour Verbier :

J’ai décidé de faire la balade avec ma tenue complète de warrior. Rien de bien extraordinaire côté fringue, je n’allais pas courir en jean de toute façon, c’est surtout du côté du sac à dos que ça se passe. Et hop, me voilà donc à remplir celui-ci avec le matériel obligatoire exigé par l’organisation.
Deux lampes avec les piles de rechange, une couverture de survie, un sifflet (facile, il est intégré au sac), une bande élastique adhésive, une réserve alimentaire, une veste imperméable, une paire de gants, un pull manches longues d’au minimum 150g … De prime abord, on pense à un truc épais mais en fait mon t-shirt finisher des templiers est déjà bien plus lourd ! J’opte tout de même pour une micro-polaire, il fait froid la nuit en montagne … Le souvenir d’une monstrueuse caillante à Arnuva l’année dernière est encore très présente dans mon esprit.

J’ajoute à cela un buff, un paquet de mouchoir en papier (non, je ne suis pas enrhumé mais ça manque de feuillus en altitude), un petit pot de Nok, un tube d’arnica 9ch, une aiguille de seringue, une ampoule d’éosine, une compresse, un pansement double peau (en espérant ne pas avoir d’ampoules), ma carte d’identité, un billet de 20 euros et mon portable.

Bon, c’est la merde … Mes petites affaires tiennent dans mon diosaz 10l mais il a pris un sacré embonpoint qui se fait sentir au niveau du dos surtout après avoir inséré ma poche eau. Et puis j’imagine déjà la galère pour les opérations de rechargement en eau … Aller je transfère tout dans mon 17l !

Le tracé du off :

J’ai préparé un parcours aux petits oignons. La quintessence du parcours officiel de la course du Nivolet Revard. J’ai choisi comme point de départ Fournet ce qui m’a permis de supprimer la portion depuis Voglans dont le seul intérêt à mes yeux est d’étirer le peloton en début de course.

La première partie du tracé jusqu’à la Croix du Nivolet est commune avec la course. On chemine dans le Bois du Fournet vers le sud avant de gravir un goulet pentu par un sentier en lacets pour franchir la première barre rocheuse et accéder à la ligne de crête que l’on longe vers le Nord. La traversée du Bois du Fournet n’est pas balisée mais il suffit de rester en lisière du bois. On passe au-dessus de Pragondran devant l’aire de départ des parapentes et on rejoint le Plan Petout. La pente s’accentue peu à peu à l’approche du Passage du Croc qui nous permet de franchir la seconde barre rocheuse et d’accéder sur le plateau à proximité des bâtiments d’une colonie de vacances.

Off Nivolet

A l’approche des Chalets du Sire, le plateau dénudé nous offre un magnifique point de vue sur le bassin de Chambéry. On aperçoit au loin la Croix du Nivolet à l’extrême limite visible d’une troisième barre rocheuse qui débute au niveau des Chalets. L’essentiel du dénivelé positif est fait mais le reste du tracé n’est pas pour autant plat, loin s’en faut. D’ailleurs la trace, toujours commune avec la course, bascule vers la droite en descente pour cheminer au pied de la falaise par un chemin très agréable quand il n’est pas boueux. On s’est lâchés avec la Biscotte sur cette partie. Ca fait du bien.

Aux Grands Prés, la Croix nous domine, plantée là, juste devant nous, au sommet d’un piton rocheux qui surplombe la vallée. Elle paraît encore plus gigantesque avec cet angle de vue.
On accède à la Croix par le Pas de l’Echelle histoire de mettre un peu de piquant au parcours avec ce passage aérien mais parfaitement sécurisé par un câble comme on peut en trouver sur les via ferrata. J’ai trouvé ce passage beaucoup moins impressionnant que le jour de la course. Probablement parce que les rochers étaient bien moins glissants. Bon, j’ai tout de même pris le temps de plier mes bâtons pour qu’ils ne m’encombrent pas dans les échelles.

Nous quittons le tracé de la course officielle en bifurquant au nord-est pour rejoindre directement la Feclaz sans repasser par les Chalets du Site. Le sentier en terre, qui nous y mène à travers la Forêt de Charvette, est parsemé de nombreuses pierres qui rendent les poses de pieds hasardeuses et nécessitent une bonne concentration.

A la Feclaz, il y a un point d’eau dans un wc public sur la gauche en bordure de la départemental D206A avant le croisement avec la départementale D913. C’est le moment de vous initier à la pratique de l’apnée …

A la sortie du village, on emprunte le sentier du Parcours aventure qui débute au niveau de la jonction entre les départementales D913 et D913B. La sentier chemine parallèlement à la départementale avant de bifurquer plein ouest en direction du Col du Pertuiset. Le belvédère du Revard n’est pas au programme de ce off, il fallait bien trancher dans le vif pour limiter la durée de la balade.

La descente du Col du Pertuiset est technique et pentue à souhait surtout au début pour passer la barre rocheuse. Ensuite la descente se poursuit par de larges lacets en sous bois. On ne poursuit pas sur Mentens mais on revient au sud entre les deux barres rocheuses pour descendre sur Merry par le Malpassant. Cette longue traversée du nord au sud m’a semblé interminable et pourtant elle ne manque pas d’intérêt.

La descente par le Malpassant n’a rien à envier au Col du Pertuiset au niveau technicité et pourcentage de la pente. Les quelques câbles mis en place sont les bienvenus pour faciliter la descente car les gravillons et la raideur de la pente rendent l’accroche pour le moins précaire. Le passage n’est pas spécialement aérien mais il vaut mieux éviter de glisser par ici, on ne sait pas trop où s’arrêterait la glissade. En tout cas, ce sentier doit décrocher la palme pour le nombre de lacets et la rapidité avec laquelle ils s’enchainent !

On ne descend pas jusqu’à Mery. On ne va quand même pas revenir à Fournet par la route ! On préfère prendre un chemin de traverse qui nous amène en surplomb du village et se termine malheureusement en cul de sac. En fait presque en cul de sac car après nous être engagés dans la végétation assez dense à cet endroit nous rejoignons un sentier à peine tracé qui nous permet de rejoindre enfin Fournet. Je dis enfin car la balade a été un peu plus longue que prévu. Les 29km et 1530 m de dénivelé positif se sont transformés sur le terrain en 32km et 1860m de dénivelé. Il nous aura fallu 5h47 pour en venir à bout. Oups, c’est beaucoup plus que prévu. Madame soleil a dû prendre un coup de chaleur pour se vautrer de pratiquement deux heures … On se demande comment du reste vue la météo du moment. Mon inconscient y est probablement pour quelque chose, j’avais prévu initialement de faire une sortie de plus de cinq heures alors se limiter aux 3h30 qu’espérait Tazounet …

Aller, je pense que mes compagnons ne m’en voudront pas de cette petite rallonge, le parcours méritait que l’on mouille sa chemise un peu plus longtemps. D’ailleurs, j’ai hâte de pouvoir y retourner, j’aimerais me faire en enfilade le Malpassant et le Passage du Croc depuis Mery. Plus de 1000 m de D+ pour une distance d’environ 4300 m, le bonheur à l’état pur pour les cuisses.

En tout cas, la balade ne nous a pas coupé l’appétit, j’avais une de ces dalles et je ne vous parle pas de ma pépie. Bien sympa cette petite mousse fraiche après l’effort. Merci Biscotte. Au fait, j’ai ton décapsuleur …

[dailymotion xds70h_off-nivolet_sport nolink]

Et le bilan de cette journée ?

Une réussite bien sûr sur le plan humain. La vidéo est là pour le prouver : qu’est-ce qu’on peut se fendre la gueule ensemble ! C’est excellent pour le moral, il n’y a pas de doute.

Côté parcours : une balade de 5h aurait été suffisante mais bon je ne vais pas m’étendre sur le sujet histoire de ne pas me faire pourrir par mes petits camarades. Fermez les yeux et imaginez-les sautillants et piaffants d’impatience à l’idée de me pourrir gaiement. Les bougres !

Côté matériel : je trouve mon sac un peu lourd et je ne vois malheureusement pas ce que je peux enlever. J’ai un peu affiné la liste. J’ai éliminé la casquette par exemple en la remplaçant par un buff qui devrait être suffisant pour me protéger de la fraicheur de la nuit et me protéger du soleil la journée. Je sais, c’est anecdotique, ça ne va pas chercher bien loin côté poids. J’ai bien peur qu’il faille investir dans un matériel plus onéreux si l’on veut pouvoir grappiller avec succès des grammes supplémentaires.

Côté bonhomme : le bilan est mitigé. J’ai eu une forme excellente les trois premières heures ce qui correspond à peu de chose près à notre arrivée au pied de la croix. Malheureusement, cela n’a pas duré. Je ne tiens pas la distance et mes capacités s’effondrent par la suite. Le manque de fraicheur est une raison évidente à ce manque de pêche. Je crains malheureusement que cette fatigue ne soit pas due à mon entrainement pour Verbier mais plutôt la conséquence d’un manque de récupération après le duo Nivolet-Revard / Ultra des Coursières.

J’ai cruellement senti ce manque de physique dans les descentes. Malgré une allure modérée, mon genou droit a gardé quelques souvenirs désagréables du Malpassant. J’ai été obligé d’alléger mon entrainement cette semaine en supprimant la séance de fractionné (15x100m) et en remplaçant ma séance escaliers dans les pentes de Fourvière par un footing tranquille avec l’Ours Toulousain (Grumlie était de passage chez moi avant de se rendre dans le massif des Aravis).

La priorité pour Verbier est désormais le repos. Objectif : se faire des jambes toutes neuves pour ne pas être abandonné sur le bord des sentiers par une Biscotte sans pitié. Il m’a prévenu du reste : «  si tu fais trop le boulet, je te plante … ». Quand je vous le dis qu’il est sans pitié … 😉

@rthurbaldur.

Récapitulatif :
Temps : 5h47′
Distance : 32 km
D+ : 1860 m

Quelques photos :

Off Nivolet

L’article Off du Nivolet, le 13 juin 2010 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2010/06/23/off-nivolet-2010/feed/ 14
Off Mont d’Or – Dent de Vaulion http://www.arthurbaldur.fr/2009/10/19/off-mont-dor-dent-de-vaulion/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/10/19/off-mont-dor-dent-de-vaulion/#comments Mon, 19 Oct 2009 19:02:17 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=2324 Et un bon steak de Bison garanti première fraicheur, on peut m’sieur avant l’UTMB ? The North Face Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), un périple autour du Mont Blanc de 166 km et 9400 m de dénivelé positif, une course mythique, le Saint Graal du trailer en mal de montagne. Chaque année plus de 2300 coureurs […]

L’article Off Mont d’Or – Dent de Vaulion est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Off Mont d'Or - Dent de Vaulion
Et un bon steak de Bison garanti première fraicheur, on peut m’sieur avant l’UTMB ?

The North Face Ultra-Trail du Mont-Blanc (UTMB), un périple autour du Mont Blanc de 166 km et 9400 m de dénivelé positif, une course mythique, le Saint Graal du trailer en mal de montagne. Chaque année plus de 2300 coureurs prennent le départ de l’épreuve malgré la démesure de l’épreuve avec le même espoir en tête : franchir la ligne d’arrivée à Chamonix.

Ils seront nombreux à échouer dans leur quête (j’en ai fait l’expérience cette année : The North Face Ultra-Trail du Mont-Blanc, le 28 août 2009) mais ceux qui auront réussi à terminer le parcours dans un délais de 46 heures auront l’immense joie d’être Finisher de l’UTMB.

L'ami BoucolasAlors, qui sont ces coureurs de l’impossible ? Des surhommes ? Des coureurs ordinaires sur entraînés ? Quel est leur secret ?

J’ai rencontré l’un d’eux cette année en la personne de Boucolas. Le secret de la réussite de ce Bisontin élevé au comté et à la saucisse de Morteau ? Le bon air frais du haut Doubs ma bonne dame et l’entraînement dans les paysages superbes et vallonnés qu’offre ce département.

Un moment crucial de son entraînement fut cette sortie en Off le dimanche 9 août 2009, 3 semaines avant notre périple autour du Mont Blanc.

Une balade de 32 km et 1795 m de dénivelé positif pour relier le village des Longevilles Mt d’Or et le sommet de la Dent de Vaulion en suisse via le sommet du Mont d’Or. Une sortie de près de 5h20 qui a contribué à la réussite de l’ami Boucolas fin août. Finalement, on peut dire qu’il est Finisher grâce à moi. Je vais peut-être lui réclamer la moitié de sa polaire pour la peine ou une bière pression bien fraiche à la Boissaude. :mrgreen:

Bon, j’arrête le délire. Ce laïus n’était qu’un prétexte pour vous montrer les quelques séquences vidéo prises à l’occasion de cette balade. Je vous préviens, ça tangue … 😉

[dailymotion xaun70_off-mont-dor-dent-de-vaulion-doubs_sport nolink]

Le parcours :

Pour les curieux qui voudraient en savoir plus sur le parcours :
Rando Course : Mont D’or – Dent de Vaulion, le retour !

Quelques photos :

Off Mont d’Or – Dent de Vaulion

Récapitulatif :

Durée : 5h20
D+ : 1795 m
Distance : 32 km

L’article Off Mont d’Or – Dent de Vaulion est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/10/19/off-mont-dor-dent-de-vaulion/feed/ 2
Off Mamanpat dans le Bugey http://www.arthurbaldur.fr/2009/07/21/off-mamanpat-bugey/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/07/21/off-mamanpat-bugey/#comments Tue, 21 Jul 2009 18:48:04 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1807 Purée, je suis à la ramasse sur tous les fronts en ce moment … Ma liste des trucs à faire s’allonge comme un jour sans fin. Alors vous voudrez bien m’excuser, mais pour une fois, je vais faire court. Ce dimanche, c’était jour de Off. Pas n’importe quel Off, une cuvée spéciale Mamanpat dans le […]

L’article Off Mamanpat dans le Bugey est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Off Mamanpat Bugey

Purée, je suis à la ramasse sur tous les fronts en ce moment … Ma liste des trucs à faire s’allonge comme un jour sans fin. Alors vous voudrez bien m’excuser, mais pour une fois, je vais faire court.

Ce dimanche, c’était jour de Off. Pas n’importe quel Off, une cuvée spéciale Mamanpat dans le Bugey théoriquement sur le parcours du Trail de Douvres. Je dis théoriquement car nous avons eu le droit au traditionnel jardinage somme toute assez classique sur ce genre de sortie. Cette phase jardin était particulièrement réussie. Descentes abruptes, ronces et barbelés sont venus égayer la sortie et ont mis à rude épreuve le matériel de certains. Et oui même les coupes vents Raidlight font profil bas face aux barbelés …

Outre cette approche ludique du jardinage nous avons eu le plaisir de découvrir ou re-découvrir le petit hameau de Brey de Vent (je n’ai toujours pas pu tester la crêperie), le Château des Allymes (une ancienne place forte en pierres d’aspect assez massif), le sommet du Mont Luisandre (805 m d’altitude, ben oui c’est le Bugey, pas les Alpes), le passage dans la Roche Fendue (vraiment étonnant) en suivant un parcours en majorité en sous-bois histoire de se protéger de l’ardeur du soleil.

[youtube Hj1CbuzmBmM Off Mamanpat dans le Bugey]

Ben oui, il a fait beau même très beau et ce n’était pas gagné si on se réfère aux prévisions météo de la veille qui annonçaient des averses dans la matinée. Pour une fois que Météo France se plante … 😉

Il y avait tout plein de monde, des blogueurs, des kikoureurs, des forumeurs d’Athlète Endurance, quelques membres illustres du GCO, des coureurs, quoi ! Une petite vingtaine en tout et pour tout, sans compter les familles. Des grands, des petits, des lents, des rapides et même des très rapides, des amateurs de Saint Nectaire et des moins amateurs, des buveurs de bière et des moins amateurs (heu, il y en avait vraiment ?), des connus voir très connus et d’illustres inconnus, tout ce petit monde réuni dans une même passion de l’effort et du réconfort.

Le réconfort, c’était le pique-nique à l’arrivée. Certains étaient si pressés d’attaquer cette phase du Off qu’ils ont préféré zapper l’assaut final du Mont Luisandre (il ne restait pas grand-chose pourtant) … Je ne citerai pas de nom. Bon allez si, juste un : Tazounet. Il s’est préparé une excuse. Il voulait rejoindre madame au plus vite pour la rassurer. C’est que le jardinage, ça prend du temps.

Off Mamanpat Bugey

La perte de calories engendrée par ce long effort commun a été rapidement compensée par maintes préparations culinaires toutes aussi bonnes les unes que les autres. Repus, notre esprit a été maintenu en éveil par l’ami Gibus qui nous avait préparé un quizz sur le thème du trail dans l’Ain ce qui nous a valu à chacun le plaisir de gagner un lot offert généreusement par Badgone et Endurance Shop Villefranche. A nous, le t-shirt collector de feu le marathon de Lyon, la casquette fétiche Crédit Agricole et autres lots de valeur. Il y avait quelques trucs bien sympathiques : lunettes, sandales, bouteilles de vin !
Mes trois bonnes réponses (le plus pur des hasards) m’ont permis de gagner un magnifique porte-clés mousqueton aux couleurs du GCO ! Oh Saint Badgone, sois en infiniment loué …

Bref, un off réussi. Et puis, ce n’est quand même pas courant de pouvoir devancer Benoît Laval dans la montée du Mont Luisandre et d’arriver à suivre (péniblement) Maud Giraud dans la descente du même mont ! C’est que ça va vite ces petites bêtes. 😉
Je me suis régalé. J’avais besoin de courir un peu pour oublier mes récents déboires à la Montagn’Hard et puis il faut que j’accumule quelques kilomètres pour fin Août.

Alors, c’est bien le trail Libellule ?

Merci Mamanpat. 😀

PS : M… j’ai oublié de réclamer ma crêpe au Nutella à Mamanpat. Tu te rappelles que tu m’en dois une depuis le Nivolet ? En plus la crêperie était juste à côté. Argh !

Quelques photos :

Off Mamanpat dans le Bugey

L’article Off Mamanpat dans le Bugey est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/07/21/off-mamanpat-bugey/feed/ 8
Off Athlète Endurance dans les Monts d’Or http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/26/off-athlete-endurance-dans-les-monts-dor/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/26/off-athlete-endurance-dans-les-monts-dor/#comments Tue, 26 May 2009 20:28:50 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1598 La course à pied, fabuleuse génératrice de bonne humeur. De gauche à droite : Taz le Diable, Arthurbaldur, Boucolas, Bourgui et JeanMik. Séquence souvenir … C’était le 18 avril 2009 dans les Monts d’Or. Souvenir lointain déjà. Nous étions cinq. Prêts à en découdre dans la joie et la bonne humeur. Il y avait là […]

L’article Off Athlète Endurance dans les Monts d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Off dans les Monts d'Or
La course à pied, fabuleuse génératrice de bonne humeur. De gauche à droite : Taz le Diable, Arthurbaldur, Boucolas, Bourgui et JeanMik.

Séquence souvenir … C’était le 18 avril 2009 dans les Monts d’Or. Souvenir lointain déjà. Nous étions cinq. Prêts à en découdre dans la joie et la bonne humeur.

Il y avait là :

Taz le Diable dit « Tazounet » en pleine préparation pour le 101 km des Coursières des Hauts du Lyonnais,

Boucolas dit … euh « le fromager » ambassadeur franc-comtois de valeur en passe de nous faire découvrir ou redécouvrir les attraits gustatifs du terroir du Doubs,

Bourgui dit « la force tranquille » (ben oui pour finir en moins de 8h30 au 100km de Millau, il faut en avoir un peu dans les jambes !),

JeanMik dit « Papy JeanMik » (l’avait qu’à pas naître avant moi) dans le rôle du GO qui a tout prévu (de la carte au 1/25 du parcours imprimée pour chacun des participants jusqu’à son inscription au Trail des Cabornis en mars pour reconnaître le terrain et nous éviter tout risque de jardinage. Peine perdue, nous adorons tous les joies du jardin) et enfin votre humble serviteur …

Arthurbaldur dit « Arthur le grand » dixit Bourgui (et non ce n’est pas une nouvelle crise de mégalo de ma part) en pleine préparation du trail du Nivolet Revard, objectif secondaire dans ma lente mais néanmoins efficace préparation (on y croit) aux gros objectifs de l’été.

L’objectif de ce rassemblement de valeureux coureurs ? Courir bien sûr.

Le monde est (parfois) bien fait, n’est-ce pas ? Il y a des terrains de jeux fabuleux comme les Monts d’Or avec du vallonné en veux-tu en voilà. De quoi se faire péter les mollets au D+. Et puis il y a des jours où la météo est clémente (ce n’était pas gagné). Vous ajoutez à cela quelques coureurs ayant l’amour de la pente et la soif de découvrir ou de faire partager leur chez eux et vous obtenez un Off réussi. De quoi faire le plein d’ondes positives et le plein de calories …

Off dans les Monts d'Or
JeanMik dans la jungle des Monts d’Or. Une des rares photos sans l’option floue !

Mais aussi se rencontrer et partager notre plaisir.

Après avoir achevé une première phase sportive, quand même 30km et 1315m de D+ au compteur pour une durée de 4h36, jardinage et pause compris, nous sommes passés avec empressement à la seconde phase du programme.

C’est avec recueillement que nous avons dégusté un excellent comté accompagné par un non moins excellent Côte du Jura importé du cœur du Doubs par l’ami Boucolas. Nous avons également découvert les talents de cuisinier de JeanMik, expert dans la préparation du pain d’épice « spécial coureur ». Il faut entendre par spécial coureur le truc qui se digère rapidement mais qu’il faut éviter d’ingérer quotidiennement sous peine de voir votre médecin péter une durit à la lecture des résultats de votre prochaine analyse de sang.

On a même eu le droit à la bière … mais est-ce que c’était nécessaire de le préciser ?

Certains se demanderont les raisons de cette exhumation tardive de souvenirs … Ben, j’ai juste une vidéo sous le coude. Je ne vais quand même pas la laisser dormir dans un coin égoïstement d’autant que l’on y aperçoit une authentique Caborne, ça c’est pour l’aspect découverte du patrimoine, mais l’on y découvre surtout les qualités de descendeur du sieur Bourgui. Remarquez bien que j’aurais pu également citer ses qualités de grimpeur …

C’est court mais c’est normal : il va vite.

[youtube 8k9rEUNU8wQ nolink]

Souvenir lointain, je le disais un peu plus haut. Mais l’un des participants a eu le courage, dans les jours qui suivirent cette sortie épique, de narrer nos aventures par écrit. Ce coureur n’est autre que Bourgui qui m’a autorisé à vous faire découvrir ici son récit :

Le récit de Bourgui :

Couzon au Mont d’Or, lieu de départ de la ballade. On se retrouve tous sur un parking à côté du barrage. 3 représentants officiels du GCO : Arthurbalbur, Jeanmik et Taz sont là pour nous faire découvrir les Monts d’Or à Boucolas et moi. Tous les deux, on n’en mène pas large. Oui car nous n’avons pas de chaussettes oranges et l’on guette la réprimande à chaque fois qu’ils ouvrent la bouche les gugusses. Bon finalement il n’en a rien été, ils ont su faire preuve de mansuétude.

Jeanmik, qui officie en tant que guide, nous a tous préparé un roadbook sous pochette plastique où est tracé la parcours du trail des cabornis que nous allons essayer de suivre. La grande classe. Mais autant le dire tout de suite, peu vont s’en servir (qui a dit personne) à part notre GO.

En fait, nous allons essayer de suivre le marquage au sol fait par les organisateurs des cabornis. Jeanmik nous avait prévenu qu’il s’était perdu le weekend précédent lors de sa reco. On va vite comprendre pourquoi. Comme ces gens, des pervers sans doute, ont pris un malin plaisir à dénicher d’improbables chemins ou sentes, la tâche va être ardue. En plus, les traces vertes commencent sérieusement à s’effacer. Ces écolos avec leurs produits biodégradables … pffff.

Le début nous fait passer dans le bourg de Couzon. Taz, fin connaisseur des routes du coin, fait remarquer qu’il était possible de longer les quais pour nous éviter cette partie. « Oui mais par là, il y a plus de dénivelé » Jeanmik sait très bien ce que, tous, nous recherchons en venant ici. Et nous allons pas être déçus.

Le 1er chemin rencontré nous fait vite comprendre que nous allons marcher bien des fois cet après-midi. Ce chemin sera le seul que je trouverai médiocre à cause de la présence d’un stand de tir un peu glauque. Ensuite ce ne sera que du plaisir. Avec beaucoup de monotraces, un petit pierrier et des descentes géniales. Quelques hésitations ça et là mais nous avons réussi à tenir la trace originelle pendant un bon bout de temps jusqu’à l’ascension d’une volée de marches perdues au milieu de la nature. Arrivés en haut, sacré effort d’ailleurs c’est le seul endroit où je me suis « rentré dedans » pour parvenir à mes fins, à savoir courir (trottiner et/ou sauter est plus juste) jusqu’en haut, nous nous sommes trompés. Plus de traces visibles, il fallait en fait traverser un champ, nous avons opté pour le magnifique chemin qui montait.

A partir de là, l’improvisation, mais de la bonne, grâce à la mémoire d’Arthur et Taz, va guider nos pas. Ça va devenir plus roulant. Quelques montées vont se faire en courant et la vitesse moyenne va progresser. Un passage à Poleymieux, joli village où maître Arthur va nous faire la leçon sur les cabornes. Le Mont Verdun où se trouve une base militaire importante, on en apprend des choses au cours de ces OFF, sera aussi une de nos cibles.

Une incartade dans un no man’s land, pas très bien conseillés que nous étions par un représentant de chez Salomon (des pieds à la tête avec cette marque), nous vaudra un jardinage bien piquant. Je ne sais pas comment s’appellent ces arbustes mais ils m’ont lacéré les avant-bras, les enfoirés.

La descente sur le village de St Fortunat puis ce sera l’ascension du Mont Thou. Pas pu se faire la terrible montée qui était prévue vu que nous sommes arrivés sur le mauvais versant. Dommage. Enfin je dis dommage mais bon ça m’allait bien comme ça. Nous étions déjà à 1300m+ donc les bosses, les montées et autres cochonneries, j’en avais mon compte. Il nous restait que de la descente normalement. Et ça, c’était bien tant je me suis régalé, j’ai passé mon après-midi à faire les descentes assez vite histoire de m’entrainer pour ma prochaine compétition.

Un détour par Albigny pour finir notre périple. Je finis avec Taz qui a pris les devants pour éviter un sprint d’Arthur. 😀 Je stoppe le chrono à un peu plus de 4h30 pour environ 30 bornes et 1340m+ (la différence des relevés altimétriques vient à mon avis des périodes de « jardinage »). Bien content de la ballade et de ma bonne forme.

Le temps de faire un brin de toilette derrière la voiture, je me retourne et que vois-je, Boucolas qui a dressé la table. C’était simplement parfait. Je me suis assis sur le rebord du coffre à côté d’Arthur, mon morceau de comté, mon verre de vin blanc et là une douce sérénité m’a envahi. J’adore la course à pied.

Merci les copains. ❗

Et voilà … Alors, elle est pas belle la vie ? 😀

L’article Off Athlète Endurance dans les Monts d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/26/off-athlete-endurance-dans-les-monts-dor/feed/ 14
Rando course : retour sur le tour http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/22/rando-course-retour-sur-le-tour/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/22/rando-course-retour-sur-le-tour/#comments Thu, 21 May 2009 22:05:05 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1577 Retour sur le tour du Mont d’Or (Doubs). Après un aller-retour virtuel éclair à Cannes pour la montée des marches, je me suis empressé de rejoindre un de mes spots de course préféré : le Mont d’Or (Doubs). Au programme du weekend : un repas de famille le samedi soir, histoire de faire le plein […]

L’article Rando course : retour sur le tour est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Le tour du Mont d'Or

Retour sur le tour du Mont d’Or (Doubs).

Après un aller-retour virtuel éclair à Cannes pour la montée des marches, je me suis empressé de rejoindre un de mes spots de course préféré : le Mont d’Or (Doubs).

Au programme du weekend : un repas de famille le samedi soir, histoire de faire le plein de nourritures terrestres et de bonne humeur et une rando course le dimanche matin pour éliminer les excès de la veille et faire tourner un peu le compteur de D+. C’est qu’il ne faut pas perdre de vu les promenades estivales.

Un peu dur le réveil ce dimanche matin mais quand on aime … J’avais une boucle toute trouvée pour réaliser la séance prévue dans mon plan d’entrainement : le Tour du Mt d’Or. Je ne refais pas un topo complet du parcours, vous pouvez vous référer à ce billet : « Rando Course : Le tour du Mont d’Or » pour avoir les détails.

J’ai quand même pris le temps de faire le tracé du parcours avec mes petites mimines. C’est que je n’ai pas de Garmin moi.

Le tour du Mont d’Or

Seul petit changement, j’ai préféré revenir sur le village de Métabief en empruntant la piste rouge de la Berche plutôt qu’en passant par la route. C’est un vrai délice de dévaler le mur inférieur de la piste à proximité du mur d’escalade. Un peu casse-gueule certes mais délicieux assurément. En plus, c’était tout bénef en ajoutant un peu de dénivelé !

J’ai pataugé un moment au niveau de la ferme du Cernois. Il faut prendre le chemin de droite qui redescend légèrement en direction du Nord. On ne le voit pas depuis la ferme, par contre on voit très bien le chemin de gauche qui va droit sur les roches en partant au sud-ouest. Un peu de jardinage, juste ce qui faut avant de se résoudre à pauser le sac et à vérifier mon chemin sur la carte.

[dailymotion 15719695 nolink]Le Tour du Mont d’Or en vidéo.

Au final, une sortie de 3h08 pour une distance de 17,4 km et un dénivelé positif de 1183m. Pas de quoi fouetter un chat (pardon Miaou) côté vitesse mais c’est normal, je ne vais pas aller bien vite à la Montagn’Hard.

Côté météo, je me suis régalé. Un peu de vent c’est vrai mais un soleil radieux qui réchauffait l’atmosphère avec modération. Bref le temps idéal pour courir et en prendre plein les mirettes. La vue sur la chaîne des Alpes était à couper le souffle, à moins que ce soit la montée ?

A faire et à refaire …

Quelques photos :

Rando Course : Tour du Mt d'Or.

Récapitulatif :

Durée : 3h08
D+ : 1183 m
Distance : 17,4 km

L’article Rando course : retour sur le tour est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/22/rando-course-retour-sur-le-tour/feed/ 8
Cluse-et-mijoux – Grand Taureau http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/02/cluse-et-mijoux-grand-taureau/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/02/cluse-et-mijoux-grand-taureau/#comments Sat, 02 May 2009 08:42:01 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1487 Le Château de Joux. Qu’est-ce qu’un Arthur peut bien faire lorsqu’il est en villégiature aux Longevilles Mont d’Or petit village du Haut Doubs ? Hé bien, il se ressource au cœur de ses racines familiales … heures de sommeil en retard, stress qui s’accumule peu à peu … A chaque fois, il y a du […]

L’article Cluse-et-mijoux – Grand Taureau est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLe Château de Joux.

Qu’est-ce qu’un Arthur peut bien faire lorsqu’il est en villégiature aux Longevilles Mont d’Or petit village du Haut Doubs ? Hé bien, il se ressource au cœur de ses racines familiales … heures de sommeil en retard, stress qui s’accumule peu à peu … A chaque fois, il y a du boulot pour évacuer tout cela ! S’immerger dans un océan de vert, faire le plein de nature. Quel meilleur moyen pour remonter son tonus à son niveau maximal ?

Cette alternance de pâturages, de bosquets, de forêts et de clairières est un régal pour l’œil. Apaisement de l’âme, sérénité. La faune n’est pas en reste. Il n’est pas rare de croiser quelques chevreuils, une harde de chamois ou de lever la tête tandis qu’un milan ou une buse vous survolent.

Alors qu’est-ce qu’il fait Arthur ? Hé bien, il va courir pour en profiter au maximum. Et ça tombe bien parce qu’il a grandement intérêt à accumuler un peu de dénivelé …

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauDimanche 12 avril 2009

Je veux éviter la neige encore bien présente sur les sommets. Je décide de faire une sortie au départ de la Cluse-et-Mijoux. Le village est situé à proximité de la cluse de Pontarlier à une altitude un peu plus basse que celle des Longevilles Mt d’Or. Il est dominé d’un côté par le château de Joux et de l’autre par le fort Malher (un bastion avancé du fort du Larmont). Mon objectif du jour est de relier le Grand Taureau, le sommet de la montagne du Larmont.

La Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau La Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau

A gauche, le sentier qui part en contrebas de fort (côté falaise) est désormais interdit du fait du risque de chutes de pierre. A droite, à proximité de Chasal du Creux.

Un sentier balisé (GR5) s’élève rapidement en lacet en direction du fort. La montée offre de beaux points de vues sur le Château de Joux. Il est bien dommage que le sentier qui part en contrebas du fort (côté falaise) soit désormais interdit au public du fait du risque de chutes de pierre. Il avait de la gueule et tout plein de marches d’escaliers pour le fun.

Ca commence fort dès le départ, 150m de D+ avalé pour 1500m parcourus. J’ai un vttiste en point de mire pour me motiver. Je gagne du terrain inexorablement sur lui pourtant je ne vais pas bien vite. Quelque chose comme 7km/h. Je l’ai doublé avant d’arriver au fort. Un mec en vélo, ça n’aime pas trop se faire doubler par un piéton … enfin moi je n’aimais pas ! On a eu le temps d’échanger quelques mots avant que je le lâche « Bon allez, j’y vais. Salut. » :mrgreen:

Bon de toute façon, il allait forcément finir par me reprendre un peu plus tard.

La Cluse-et-Mijoux - Grand TaureauLa forêt de Grand Bois.

Une portion un peu plus plate m’amène au lieu dit Les Jantets. C’est un lieu de promenade pour les habitants de Pontarlier. Il faut slalomer de temps en temps pour éviter un groupe de personnes mais ce n’est pas gênant. Après avoir coupé la route qui mène au Larmont, il faut traverser la cour d’une ferme avant de poursuivre en direction de Chasal du Creux. Très « campagne » cette cour. Le sol est un mélange de boue et de fumier dans lequel je m’enfonce … Le chemin qui suit n’est pas des plus secs. C’est même franchement humide dès lors que le chemin est dans une zone peu exposée aux rayons du soleil.

Au niveau de Chasal du Creux, je rejoins le Sentier montagnard du Grand Taureau. C’est tout du moins le premier panneau que je rencontre faisant mention de ce sentier. C’est un circuit en boucle sur le Larmont. J’aurais dû regarder la carte avant. Arrivé au sommet je me suis contenté de rentrer par le même chemin qu’à l’aller. Je n’avais pas envie que la balade s’allonge inconsidérément au risque d’y laisser quelques plumes. Le jardinage n’était pas au programme du jour.

La Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau La Cluse-et-Mijoux - Grand Taureau

A gauche, les crêtes du Larmont. A droite, l’arrivée du GR5 à la Cluse-et-Mijoux.

Il y a quelques plaques de neige transformée pour apporter un peu de variété dans mes appuis en amont de la Grange Ferry. Je rentre dans la forêt du Grand Bois. Elle porte bien son nom.

La pente n’a pas été bien forte depuis les Jantets. On suivait plus ou moins les courbes de niveau en contrebas des crêtes du Larmont. Il va falloir les rejoindre maintenant. Droit dans la pente ou presque. Il y a beaucoup de neige par ici et ça ne facilite pas ma progression. Heureusement que j’ai pris les bâtons. La température a chuté sensiblement. Les rayons du soleil n’atteignent pas le sol par ici et la masse neigeuse accentue cette impression de fraîcheur. L’effort physique s’accentue aussi. Ca compense !

La Cluse-et-Mijoux – Grand Taureau

J’atteins enfin la crête. Je retrouve le soleil mais il n’est pas tout seul. Le vent s’est invité, un peu envahissant à mon goût. Le sommet ne doit plus être très loin maintenant mais je suis parti déjà depuis 1h20. Il vaut mieux être raisonnable. Je rebrousse chemin. Il est temps de rentrer. Ce sera plus rapide dans ce sens. 55 minutes tout au plus. Il faut dire que je me suis fait plaisir en redescendant sur le village de la Cluse-et-Mijoux depuis le fort.

Il paraît qu’il faut envoyer un peu dans les descentes pour se préparer à la Montagn’Hard dixit l’ami Biscotte.

Ok, bien compris. 😉

L’article Cluse-et-mijoux – Grand Taureau est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/05/02/cluse-et-mijoux-grand-taureau/feed/ 7
Le Mont Luisandre et le Château des Allymes http://www.arthurbaldur.fr/2009/04/04/mont-luisandre-et-chateau-des-allymes/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/04/04/mont-luisandre-et-chateau-des-allymes/#comments Sat, 04 Apr 2009 21:19:41 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1319 Un ancien lavoir dans le petit village de Douvres Sur les terres de Mamanpat … Et voilà, je suis enfin allé le voir de près ce fameux Château des Allymes. Depuis le temps qu’il me narguait du haut de sa colline. A chaque départ ou retour de vacances francomtoises, il me faisait de l’oeil alors […]

L’article Le Mont Luisandre et le Château des Allymes est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Le Mont Luisandre
Un ancien lavoir dans le petit village de Douvres

Sur les terres de Mamanpat …

Et voilà, je suis enfin allé le voir de près ce fameux Château des Allymes. Depuis le temps qu’il me narguait du haut de sa colline. A chaque départ ou retour de vacances francomtoises, il me faisait de l’oeil alors que je filais à ses pieds en voiture sur l’A42.
Il ne me narguera plus maintenant. J’en ai fait le tour et je l’ai même dominé du haut du Mont Luisandre, le sommet le plus haut du Bugey.

Mamanpat m’a offert l’occasion de découvrir « son tendre Mont Luisandre ». Entre nous, il n’est pas si tendre que cela. Son sommet est quand même à une altitude de 805m et les chemins qui y mènent sont rustiques à souhait. Le panorama qui s’offre à nous là-haut mérite vraiment que l’on dépense quelques calories. En plus c’est pour une bonne cause : accumuler du dénivelé pour mon programme estival.

Rendez-vous a donc été pris ce samedi matin avec Mamanpat et Artich à Douvres, charmant petit village de 915 âmes à quelques kilomètres d’Ambérieu en Bugey.
C’est la deuxième fois que je vois Mamanpat et je fais la connaissance d’Artich, Madame Artich comme me l’a présentée Pat la veille sur Facebook. Après les présentations d’usage nous partons à l’assaut du Mont Luisandre par le chemin le plus direct. Un régal pour les jambes. Il y a quelques portions bien caillouteuses. On en profite pour faire quelques photos et reprendre notre souffle.

Le Mont Luisandre
La croix au sommet du Mont Luisandre

Nous arrivons au sommet après une petite heure à trottiner. Il est matérialisé par une croix, au pied de laquelle Pat se prend en photo à l’issue de chaque ascension. Nous ne dérogerons pas à la tradition. Après une photo de l’équipe au pied de la croix en guise de preuve de notre effort accompli nous redescendons en direction du Château des Allymes que nous atteignons une dizaine de minutes plus tard.

Le voilà, ce fameux château ! Une ancienne place forte en pierre d’aspect assez massif. Les abords sont particulièrement bien entretenus. Nous en faisons le tour en partie. On découvre au loin le sommet et la croix que nous venons de quitter. Je pense que l’on va s’organiser une journée pique-nique dans les environs avec la famille. Les lieux sont vraiment plaisants.

Le Mont Luisandre
Le Château des Allymes

Bon, il est temps de redescendre sur Douvres tranquillement. Bilan de la balade : 1h45 sur les terres de Mamanpat et 570m de dénivelé positif avalés. Un parcours varié, un panorama splendide, un soleil estival, un ciel bleu, bref une sortie réussie.

Merci mesdames pour votre agréable compagnie.

[youtube DuyPUT0QUSo]

Quelques photos :

Douvres – Mont Luisandre

L’article Le Mont Luisandre et le Château des Allymes est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/04/04/mont-luisandre-et-chateau-des-allymes/feed/ 43
Sortie longue aux Longevilles Mt d’Or http://www.arthurbaldur.fr/2009/02/15/sortie_longue_longevilles_mt_dor/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/02/15/sortie_longue_longevilles_mt_dor/#comments Sun, 15 Feb 2009 21:37:31 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=1105 Tenue de warrior. Prêt à affronter les températures hivernales. Pendant que compère Taz s’amusait sur le bitume des Foulées San Priotes et battait à l’occasion son chrono sur la distance (toutes mes félicitations), votre humble serviteur profitait de conditions météo quasi idéales pour réaliser la dernière sortie longue de son plan de préparation pour « La […]

L’article Sortie longue aux Longevilles Mt d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Sortie longue aux Longevilles Mt d'Or
Tenue de warrior. Prêt à affronter les températures hivernales.

Pendant que compère Taz s’amusait sur le bitume des Foulées San Priotes et battait à
l’occasion son chrono sur la distance (toutes mes félicitations), votre humble serviteur profitait de conditions météo quasi idéales pour réaliser la dernière sortie longue de son plan de préparation pour « La Piste des Seigneurs ».

Grand soleil, ciel bleu, absence de vent. Heureusement car la température avoisinait les -17°c quand j’ai quitté le village vers 9h00. Je ne pense pas que j’aurais eu le courage de quitter la chaleur de la couette si la bise avait été de la partie. D’autant que le repas de famille bien chargé de la veille ne pesait pas du bon côté dans la balance. Mais là, il aurait été vraiment impardonnable de ne pas profiter de cette belle matinée dominicale.

Sortie longue aux Longevilles Mt d'Or
Le plaisir de faire sa trace dans une neige immaculée.

Au programme du jour : un crapahute dans une neige fraîche et légère à souhait.
Je suis monté en direction du sommet du Mt d’Or par les Cernilles puis par les fermes de la Barthelette et des Grangettes. Il m’a fallu pas moins de 1h15 pour avaler les 510m de dénivelé positif. Il faut dire que je me suis fait plaisir en faisant ma trace à travers bois. Pas un chat, quelques traces de lièvres tout au plus. Je suis redescendu à un rythme plus soutenu par la station de ski de Super Longevilles (station de Métabief) et la Combe pour rejoindre le village des Longevilles Mt d’Or.

[google -3134401576948062803 nolink]

Une sortie un peu plus longue que prévue (2h00 au lieu de 1h30) mais à une allure pépère digne d’une longue séance de rando course (neige oblige).

Quelques photos :

Sortie longue aux Longevilles Mt d’Or

L’article Sortie longue aux Longevilles Mt d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/02/15/sortie_longue_longevilles_mt_dor/feed/ 29
Au départ de Pollionnay … http://www.arthurbaldur.fr/2009/01/04/au-depart-de-pollionnay/ http://www.arthurbaldur.fr/2009/01/04/au-depart-de-pollionnay/#comments Sun, 04 Jan 2009 20:59:58 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=896 Histoire de varier les plaisirs, j’ai décidé d’effectuer mes séances longues à allure libre dans les Monts du Lyonnais. Ca me change un peu des séances avec de l’allure marathon que je pratique essentiellement dans le Parc de Lacroix Laval. Je me contente pour le moment de suivre le GR de pays du Tour des […]

L’article Au départ de Pollionnay … est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Au départ de PollionnayHistoire de varier les plaisirs, j’ai décidé d’effectuer mes séances longues à allure libre dans les Monts du Lyonnais. Ca me change un peu des séances avec de l’allure marathon que je pratique essentiellement dans le Parc de Lacroix Laval. Je me contente pour le moment de suivre le GR de pays du Tour des Monts du Lyonnais dont le balisage ne demande qu’à être suivi, ce qui a l’avantage de ne pas trop solliciter mes neurones une journée de repos dominicale.

Ce matin, j’ai opté pour un départ depuis le village de Pollionay, à 18km à l’ouest de l’agglomération lyonnaise. C’est un point de départ intéressant pour les sportifs pratiquant le VTT, le trail ou la randonnée car il permet de rejoindre rapidement le tracé du GR de pays du Tour des Monts du Lyonnais, véritable artère principale pour qui veut se balader le long des crêtes et passer par les grands classiques que sont les Col de Malval, Col de la Luère, Col de la Croix du Ban …

A noter, il y a une station de lavage pour les VTT … Bon, ce n’est pas du luxe vu la nature des terrains empruntés !

Arrivé à l’embranchement du Col de Croix du Ban, j’ai opté pour l’option Nord-Est en direction de Sourcieux-les-Mines pour un long aller-retour au delà de Mercruy. Revenu à la Croix du Ban, j’ai poussé jusqu’au Col de la Luère au Sud-Ouest histoire d’atteindre les 2 heures prévues pour cette séance.

Un temps plutôt frisquet mais un soleil magnifique … que demande le peuple ?
Allez la prochaine fois je me fais la boucle de Font Froide en prime.

Une balade d’environ 14km pour 615m de D+.
Au départ de Pollionnay

Quelques photos …

GR de Pays du Tour des Monts du Lyonnais

L’article Au départ de Pollionnay … est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2009/01/04/au-depart-de-pollionnay/feed/ 33
Rando Course : Mont D’or – Dent de Vaulion, le retour ! http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/24/rando-course-mont-dor-dent-de-vaulion-le-retour/ http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/24/rando-course-mont-dor-dent-de-vaulion-le-retour/#comments Sun, 24 Aug 2008 20:41:51 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=434 Samedi 16 août 2008, au programme du jour, la seconde grosse sortie en rando course prévue dans mon plan d’entraînement pour la CCC. L’objectif ? A nouveau la Dent de Vaulion. Oui je sais, j’aurais pu faire un peu plus original au niveau du trajet mais j’espérais avoir une vue dégagée sur les Alpes depuis […]

L’article Rando Course : Mont D’or – Dent de Vaulion, le retour ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Samedi 16 août 2008, au programme du jour, la seconde grosse sortie en rando course prévue dans mon plan d’entraînement pour la CCC. L’objectif ? A nouveau la Dent de Vaulion.

Oui je sais, j’aurais pu faire un peu plus original au niveau du trajet mais j’espérais avoir une vue dégagée sur les Alpes depuis ce sommet et j’avais envie de savoir le temps que je mettrai pour effectuer ce parcours sans sortir la carte pour vérifier mon chemin. J’avais quand même un peu ramé la dernière fois. En plus, pas de risque de mauvaise surprise au niveau de la durée du parcours … ce n’était pas le moment de se planter et de partir pour une balade de 8h00 !

Bon, côté vue dégagée, on a vu mieux surtout au sommet de la Dent ! Bref pas vraiment le beau temps espéré même si j’ai eu la chance de profiter de belles éclaircies surtout sur la partie française du circuit. J’ai aperçu quand même le Mont Blanc dans une trouée un court instant.

[youtube Yo6OirMr3nU]Bon, il n’y a pas de commentaires audio, la qualité est toujours au plus bas … mais il y des titres !!! 😆

La bonne surprise du jour est à classer dans la rubrique animalière … Beaucoup de chamois au programme, des chamois suisses cette fois et pas du genre effarouchés malgré la présence de chevreaux. Ils ne m’ont pas remarqué tout de suite. Pourtant je devais dégager un bon fumet après ma grimpette depuis Vallorbe ! Il faut croire que j’étais sous le vent … et qu’ils étaient myopes.

Côté chrono, c’est mieux. 5h29 au lieu de 6h04. Mais le polar me donnait une distance de 36 km et 1840m de D+ et pour cette fois 32 km et 1815m de D+ … Bonjour le jardinage la première fois. 😕

Dent de Vaulion
C’est un tracé à la main, je n’ai pas de gps, il y a donc probablement des petites erreurs et un peu plus de zig zag sur le terrain !!! C’était pour faire plaisir à WildInTheWoods … on va dire que c’est l’intention qui compte …😆

Récapitulatif :

Durée : 5h29
D+ : 1816m
Distance : 32km

Quelques photos :

Rando Course : Mont d’Or – Dent de Vaulion

L’article Rando Course : Mont D’or – Dent de Vaulion, le retour ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/24/rando-course-mont-dor-dent-de-vaulion-le-retour/feed/ 21
Rando Course : Le tour du Mont d’Or http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/15/rando-course-le-tour-du-mont-dor/ http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/15/rando-course-le-tour-du-mont-dor/#comments Fri, 15 Aug 2008 08:00:48 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=419 Je ne fais pas des balades de 6h00 tous les week-end. Au programme de ce dimanche matin une sortie longue de deux heures. Seulement deux heures ? Tout juste le temps de s’échauffer ! C’est ce que je pensais en débutant cette sortie en compagnie de ma sœur. La balade aura finalement durée trois heures. […]

L’article Rando Course : Le tour du Mont d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Je ne fais pas des balades de 6h00 tous les week-end. Au programme de ce dimanche matin une sortie longue de deux heures. Seulement deux heures ? Tout juste le temps de s’échauffer ! C’est ce que je pensais en débutant cette sortie en compagnie de ma sœur. La balade aura finalement durée trois heures. Trois heures d’efforts récompensés par une vue magnifique sur la chaîne des Alpes. Nous n’avons pas spécialement flâné le long du parcours mais j’ai un peu sous estimé le dénivelé et certains passages ne sont pas spécialement roulants.

Un petit rappel pour vous rafraîchir la mémoire. Le Mont d’Or est un sommet du massif du Jura, dans le département du Doubs, en Franche-Comté, à quelques kilomètres de Pontarlier et de la frontière suisse. Il s’élève à 1461 m d’altitude, sur les communes des Longevilles-Mont-d’Or et de Jougne. C’est un formidable lieu d’entraînement et de balades pour les amateurs de sport outdoor.

L’objectif du jour ? Le tour du Mont d’Or et plus précisément le tour des falaises du Mont d’Or au plus près. Je veux dire au plus près en empruntant des chemins balisés. Il est possible de cheminer au pied de la falaise en haut des éboulis mais dans ce cas il vaut mieux prévoir le casque et ne pas trop traîner. Et puis un peu de recul permet d’appréhender pleinement la beauté du site.

On peut également tronquer une bonne partie du circuit en utilisant le Sentier du Four qui n’est pas balisé pour des raisons de sécurité. C’est un retour direct au sommet du Mont d’Or par un couloir étroit où la falaise laisse place à une pente herbeuse particulièrement pentue. Il vaut mieux le pratiquer dans le sens de la montée … ou ne pas se tromper d’emplacement !

On peut également couper au plus près à chaque extrémité de la falaise … Mais quel intérêt ? Grimper en s’accrochant aux arbres ? Mieux vaut s’abstenir en tout cas en l’absence d’une bonne connaissance du terrain.

Le circuit au départ de Métabief :

La boucle sera effectuée dans le sens trigonométrique (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre pour les non matheux). On attaque donc par la crête et le retour sera effectué au pied de la falaise.


09h53 : Point de vue depuis le belvédère à proximité du chalet du Petit Morond. Les Aiguilles de Baulme et le suchet. En contrebas, la pâture de la ferme du Cernois.

Pour éviter une petite portion de route, rejoindre un premier balcon en lisière de bois en longeant le télésiège de la piste de luge d’été jusqu’à son arrivée. Passer sous la passerelle de la piste noire de descente VTT et suivre le balisage du GR5 qui grimpe rapidement dans les bois entre la piste rouge de la Berche et la piste noire de la Renversée. A mi-pente, vous couperez la route du Morond au niveau du Tournant des Canons (un demi cercle creusé dans la roche autour d’un piton rocheux). La route traverse la piste noire de ski alpin « la Renversée ». La vue sur Métabief est magnifique. Le sentier vous amène ensuite au Chalet du Petit Morond puis jusqu’au sommet du Morond où sont concentrées les arrivées des télésièges de la station de Métabief.


10h05 : Vue sur les Alpes depuis le sommet du Morond. Le sommet du Mont d’Or sur la droite.

C’est parti pour le chemin des crêtes en direction du sommet du Mont d’Or, lorsque le temps est clair, ouvrez grand vos mirettes, les Diablerets, le massif des Combins, les Dents du Midi, le massif du Mont Blanc, la chaîne des Aravis, tout y passe, de quoi dilater la pupille du plus blasé des randonneurs. Ca n’annonce pas du beau temps mais il faut profiter du moment.


10h23 : Le sommet du Mont d’Or n’est plus très loin.


10h33 : Elle est pas belle la vue ?

Quitter le GR5 à la hauteur du parking du Mont d’Or et poursuivre le long de la crête en suivant le balisage bleu jaune. Le sentier nous amène à proximité du refuge du Club Alpin Suisse. Traverser la frontière avec la Suisse pour rejoindre la ferme de Pralioux Dessus en direction de Vallorbe. Le parcours emprunte une route goudronnée très pentue qu’il faut quitter dans un virage pour poursuivre dans la direction de la Piquemiette. Le retour en France est effectué en passant la frontière au niveau de la borne 67.


11h35 : Un p’tit air de Grand Duc …

Le chemin se sépare en deux. Celui de droite, rejoint le Chalet de la Piquemiette (c’est l’option mousse/terrasse au chalet du pisteur) puis le village des Tavins. Celui de gauche, plus physique, rejoint le point haut du secteur de Piquemiette au pied des falaises (c’est l’option traileur, quoique …).
Il ne fait pas des chaleurs accablantes, on va opter pour le sentier de gauche qui va nous emmener à l’arrivée du télésiège des Roches. Pour les curieux, le Sentier du Four débute ici, « dre dans le pentu ». On va se contenter de longer la falaise en empruntant le haut de la piste noire de Piquemiette, puis une piste bleue sur la gauche et enfin la liaison avec le secteur du Troupezy.

[google 7632002962866402956 Les falaises]Un panoramique des falaises du Mont d’Or depuis le haut de la piste noire de Piquemiette.

Quitter les pistes de ski du Troupezy par un sentier en sous-bois en direction de la ferme du Cernois. Un embranchement permet également un retour sur Métabief un peu plus long par le Mont Ramey.
L’estomac commence à réclamer sa pitance, ce sera donc le Cernois …
Rejoindre ensuite la route du Morond pour un retour rapide à Métabief.

Récapitulatif :

Durée : 2h54
D+ : 1000 m
Distance : 16,1 km

L’article Rando Course : Le tour du Mont d’Or est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2008/08/15/rando-course-le-tour-du-mont-dor/feed/ 6