Arthurbaldur http://www.arthurbaldur.fr Le songe d'une nuit d'hiver Fri, 17 Nov 2017 10:03:24 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.6 L’Echappée Belle (Intégrale), les 26,27 et 28 août 2016 http://www.arthurbaldur.fr/2016/09/03/lechappee-belle-integrale-les-2627-et-28-aout-2016/ http://www.arthurbaldur.fr/2016/09/03/lechappee-belle-integrale-les-2627-et-28-aout-2016/#respond Sat, 03 Sep 2016 19:40:56 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=7222 L’article L’Echappée Belle (Intégrale), les 26,27 et 28 août 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Echappée Belle 2016 - Intégrale

Je me suis fait croqué (presque avec soulagement il faut bien l’avouer) par la barrière horaire du Pas de la Coche. Une petite demi-heure de retard, finalement pas grand-chose lorsque l’on s’amuse à chercher son chemin de nuit dans un dédale de roches. Lenteur désespérante. La chaleur y est sans doute pour quelque chose encore qu’il ne faisait pas si chaud sur les hauteurs, moins en tout cas qu’en juillet dernier sur le sentier de la Fouly (X-Alpine). Peut-être le fascia latta de mon genou droit, qui entre gêne et douleur limite parfois mon plaisir en descente depuis quelques années ou le manque d’entrainement sur un terrain similaire ou bien tout simplement que ce truc à la con (et quelques autres) n’est pas fait pour moi. Pas de regrets si ce n’est de ne pas avoir pu déguster un petit « dinausorus » au sommet du Col de Moretan. Je me suis régalé des paysages sublimes de Belledonne (j’ai eu le temps), j’ai passé une sympathique journée et énorme progrès pour cette quatrième année : j’ai enfin pu dormir comme un loir à Aiguebelle la veille de l’épreuve. Voie ferrée, autoroute, clim du carrefour market, même pas (plus) peur, les bouchons d’oreilles sont ton ami !

Un conseil pour les générations futures : ne jamais s’arrêter à Jean Collet (ça je le savais depuis 2013) mais jamais non plus au Habert d’Aiguebelle ! Le temps a une fichue tendance à se dilater quand on attend en se caillant et qu’on rêve de pouvoir s’allonger. Un arrêt au habert c’est attendre les derniers concurrents (plus lent que moi ben oui ça existe) et les serres files, rejoindre le Pré de l’Arc en marchotant avec une vingtaine d’ankylosés somnolant (moi compris) pendant 3 km de sentiers type Belledonne facile, attendre la navette pour le Pleynet en rang d’oignons sur un poteau téléphonique, serrer ses bâtons, la poignée de la porte et ses fesses pendant 40 minutes de virages (pause vomito compris véridique) négociés à la savoyarde par un podologue promu chauffeur pour l’occasion, attendre la navette pour Aiguebelle, résister à l’endormissement pendant une heure de trajet et prendre une douche du bout de l’orteil tant l’eau était bouillante. Je vous passe le montage de la tente (2 secondes) et le gonflage du matelas (le v2 aime un minimum de confort) … après un arrêt au habert vers 22h30, j’ai retrouvé la quiétude de ma Quechua vers 6h30 (8 heures mine de rien), l’ultra n’est pas un long fleuve tranquille !

Cet après-midi, je me suis dit que je retournerai bien faire un tour dans Belledonne.
Arthur sort de ce corps …

Un énorme merci aux bénévoles et aux organisateurs de l’Echappée Belle.

Arthur. 🙂

L’article L’Echappée Belle (Intégrale), les 26,27 et 28 août 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2016/09/03/lechappee-belle-integrale-les-2627-et-28-aout-2016/feed/ 0
Le Trail Verbier St-Bernard, les 9 & 10 juillet 2016 http://www.arthurbaldur.fr/2016/08/16/le-trail-verbier-st-bernard-les-9-10-juillet-2016/ http://www.arthurbaldur.fr/2016/08/16/le-trail-verbier-st-bernard-les-9-10-juillet-2016/#respond Tue, 16 Aug 2016 19:37:53 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=7166 L’article Le Trail Verbier St-Bernard, les 9 & 10 juillet 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

X-Alpine 2016

3 fois finishers de la boucle, 3 fois à la ramasse sur l’X-Alpine. Constat sans appel : trop juste physiquement et pas assez de mental pour compenser. Purée, mais pourquoi je me suis récupéré un moteur à 2 balles ? Ca tient pas le chaud, ça patine dans la semoule dans les montées et faut ronger son frein dans les descentes pour le ménager ! Et le pire c’est que ça se dégrade d’année en année. Pffft, j’ai la rogne de m’être fait refilé cette daube.

Je ne lâche pas l’affaire pour autant … ‪#‎tvsb2017‬

L’article Le Trail Verbier St-Bernard, les 9 & 10 juillet 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2016/08/16/le-trail-verbier-st-bernard-les-9-10-juillet-2016/feed/ 0
L’Hivernale des Coursières, le 10 janvier 2016 http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/12/lhivernale-des-coursieres-2016/ http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/12/lhivernale-des-coursieres-2016/#comments Tue, 12 Jan 2016 20:34:15 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=7081 L’article L’Hivernale des Coursières, le 10 janvier 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

Hivernale des Coursières 2016

Inespéré … C’est le premier mot qui me vient à l’esprit à l’issue de cette petite balade hivernale. Automnale des Coursières serait sans doute plus approprié rapport à la météo. L’affaire avait mal commencé : régler l’alarme de son réveil en ne modifiant que les minutes … un acte manqué selon Marie-Hélène. Je suis tout de même arrivé à temps pour la photo souvenir du LUR. Second club en terme de participation, les luriens étaient venus en force aux Coursières, nous avons même été récompensés par des lots : deux frontales Led Lenser (SEO3 + SEO5), deux manchons Booster BV Sport et une paire de lunette Julbo. Plutôt sympa. Ajouté à cela le gargantuesque ravito d’arrivée, la soupe maison courges/pommes de terre, la bière, le vin chaud, c’est sûr, nous reviendrons (bon cela dit nous revenons chaque année).

L’inespéré c’était plutôt côté sportif. Engagé sur le 15 km avec cinq de mes compères Luriens nous avons fait un départ boulet de canon à froid. Pas d’échauffement et placé sous l’arche de départ, vous voyez ce que je veux dire ? Terrible pour une vieille carcasse comme la mienne. J’avais les guiboles toutes cotonneuses dès la première montée et il m’a fallu un bon moment pour digérer ce départ à la noix. La suite que du bonheur : plaisir, bonnes sensations au rendez-vous. J’ai commencé par rattraper Bernard. Le temps d’une petit récup dans sa roue (enfin ses semelles) et hop j’ai plié l’affaire « Bernard » vite fait bien fait dans la première descente qui suivait.

Je ne sais pas si c’est l’effet Hoka (je viens d’investir dans une paire de Mafate Speed) mais je me suis rarement autant lâché en descente. Purée, dérouler mes grandes gambettes sans que ça tabasse, c’est franchement royal. 2’47 au kilo. Bon ok juste une pointe, les pneus ont changé pas la cylindrée. Tant et si bien que je suis revenu sur compère Biscotte après l’avoir eu un bon moment en ligne de mire. Là on frise déjà l’inespéré mais je me suis bien gardé de faire le malin, j’étais à la limite de l’asphyxie ! Va rester discret toi en ventilant comme un bœuf asthmatique, tu parles qu’il m’a vu venir la Biscotte avec mes grosses Mafates.

hivernale-des-coursieres-009

Je ne me faisais guère d’illusion sur notre finish. La dernière côte n’allait pas arranger mes affaires, mes petits cuissots de V2 ne font pas le poids face aux jambons sur-vitaminés du compère. Une seule possibilité. Et vas-y que je te place une mine dans la dernière descente … un bon kilo à tenir en apnée, ça va faire mal. Ben je confirme ça fait mal partout. Faut être un peu con pour jouer au jeune coq. Un truc à se faire péter une durit mais purée qu’est-ce que c’est bon pour les neurones. La petite côtelette de fin de parcours m’a laissé exsangue, je m’attendais vraiment à voir débouler la Biscotte sourire aux lèvres : « raté mon poulet ». Ben rien, j’ai franchi seul la ligne d’arrivée …

Bigre, la biscotte n’est plus ce qu’elle était. Monsieur saute de rocher en rocher comme un cabri à l’Echappée Belle, la course la plus technique de l’hexagone et nous fait un remake de la Mudday en sa vautrant dans la boue copieuse des Monts du Lyonnais. M’enfin, on ne va quand même pas investir dans un baby’trotte ? Bon aller promis, j’essaierai de ne pas en parler pendant un an.

Dommage, on a loupé un truc là …

Récapitulatif :
Temps : 1:30:25
Distance : 15 km
D+ : 480m
D- : 510m

Classement général : 193/792
Classement Catégorie : 15/84 V2H

Le site web :
Le site web :
Hivernale des Coursières

L’article L’Hivernale des Coursières, le 10 janvier 2016 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/12/lhivernale-des-coursieres-2016/feed/ 2
L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 29 et 30 août 2015 http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/08/lechappee-belle-traversee-nord-2015/ http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/08/lechappee-belle-traversee-nord-2015/#comments Fri, 08 Jan 2016 13:57:10 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=7033 L’article L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 29 et 30 août 2015 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

L'Echappée Belle 2015

L’Echappée Belle ou l’apprentissage de la patience. Il en faut une sacrée dose quand on progresse à l’allure d’une mamie asthmatique : 1,91 km/h entre le Chalet du Léat et le Col de Morétan, 3 km/h de moyenne au final ! Avec la chaleur, je me suis pris un gros éclat, le genre maousse costaud qui vous cloue le popotin sur une touffe d’herbe dès lors que vous apercevez une parcelle d’ombre. Je ne vous dis pas la guéguerre entre mes neurones au ravito de Super Collet. Au choix : une délicieuse mousse bien fraiche en compagnie de JB qui venait de rendre son dossard ou bien continuer en mode larve for a long long time … ben oui 46 km restant à 3km/h de moyenne ça fait vachement réfléchir.

Finalement j’ai continué, faut croire qu’on est un poil maso ou surtout que les paysages sont beaux. J’ai bien fait, pas si con le cerveau, dès lors que le soleil s’est décidé à lâcher du mou la forme est revenue rapidement et la banane avec. Dans la descente des Férices, j’ai envoyé du gras. Je sais, ça va vous faire marrer avec une moyenne de 3 km/h, mais pourtant je vous le jure, un instant de grâce m’a transformé en véritable cabri. Quel bonheur de courir. En passant, on vous répète à longueur de temps que Belledonne c’est technique, que c’est impossible de courir … ben je vous le dis : y a pas plus roulant que les vingt dernières bornes. Du bonheur si vous avez suffisamment de niaque pour courir.

En 2016 je serai bien tenté par un départ de Vizille … Oh purée mais comment ai-je pu penser ça ne serait-ce qu’un instant ?!

Arthur finisher heureux de la Traversée Nord.
Temps 26:22:17 135/171 13/19 VH2.

PS : un énorme merci à Florent et à toute son équipe. Bravo.

L’article L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 29 et 30 août 2015 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2016/01/08/lechappee-belle-traversee-nord-2015/feed/ 1
Le Trail Verbier St-Bernard, les 11 & 12 juillet 2015 http://www.arthurbaldur.fr/2015/07/14/le-trail-verbier-st-bernard-2015/ http://www.arthurbaldur.fr/2015/07/14/le-trail-verbier-st-bernard-2015/#respond Tue, 14 Jul 2015 18:00:51 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6929 L’article Le Trail Verbier St-Bernard, les 11 & 12 juillet 2015 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>

X-Alpine 2015

Y a pas à dire, l’épreuve n’usurpe pas son nom d’X-Alpine. Avec le passage au sommet de Catogne et la montée à Orny par Arpette et le Col de la Breya on retrouve des terrains similaires à Belledonne et à l’Echappée Belle. Comprendre : j’ai vachement marché et pas souvent couru si ce n’est dans la première descente sur Sembrancher. Mais purée, l’effort en vaut la chandelle, les panoramas qui s’offrent à la vue aux deux nouveau points hauts sont à tomber. C’est dur mais c’est beau et je tiens à remercier les organisateurs pour la qualité des épreuves proposées. Good job.

Côté bonhomme c’est nettement moins folichon, je me suis pris un gros éclat dans la descente d’Orny. La chaleur sans doute mais probablement aussi une petit hypo. J’ai attendu que ça revienne à la Fouly, j’ai même commencé la montée aux Lacs de Fenêtre mais rien, nada. Obligé de me poser un moment sur le chemin pour récupérer avant de redescendre. Au lieu de cogiter, je ferai mieux de manger, je suis vraiment crétin. Un peu déçu, j’étais pris d’office à l’UTMB en 2016 et faut que ça tombe l’année ou j’ai pas mon taff de points. Pffft. J’ai rencontré Vincent sur le sentier de la Fouly, au lieu de papoter, j’aurai du lui piquer ses gambettes.

Un énormissime bravo à Anthony et Thierry et un demi bravo de consolation aux autres LURiens.

Arthur qui n’aime pas du tout gonfler les stats des abandons mais qui lâche pas l’affaire 2016. 😉

L’article Le Trail Verbier St-Bernard, les 11 & 12 juillet 2015 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2015/07/14/le-trail-verbier-st-bernard-2015/feed/ 0
Le 10 km de l’Horloge, le 14 septembre 2014 http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/15/le-10km-de-lhorloge-2014/ http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/15/le-10km-de-lhorloge-2014/#comments Mon, 15 Sep 2014 20:07:44 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6531 Ca c’est fait … J’avais envisagé de me préparer sérieusement pour cette première édition mais la tentation d’une dernière course en montagne en tant que vétéran 1 a été la plus forte. Une Echappée Belle plus tard (il y a deux semaines déjà), me voilà au départ d’un 10 bornes en plein cœur de Tassin. […]

L’article Le 10 km de l’Horloge, le 14 septembre 2014 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
le-10km-de-lhorloge-2014-01

le-10km-de-lhorloge-2014-02

Ca c’est fait … J’avais envisagé de me préparer sérieusement pour cette première édition mais la tentation d’une dernière course en montagne en tant que vétéran 1 a été la plus forte. Une Echappée Belle plus tard (il y a deux semaines déjà), me voilà au départ d’un 10 bornes en plein cœur de Tassin. Changement de genre radical ! Je ne me suis pas présenté au départ d’une telle épreuve depuis le 7 mars 2010, date de mon meilleur chrono sur la distance (41’04), c’est dire. Pas de sac à dos, pas de barrières horaires et un unique ravito qu’il vaut mieux zapper si l’on veut espérer être un minimum performant, un truc de fou, non ?

J’ai perdu pas mal de temps sur le premier kilomètre, pas suffisamment bien placé, des détails dont on oublie l’importance avec le manque de pratique. Et l’allure 10, parlons-en de l’allure : panique à bord au niveau des gambettes et du palpitant … « Mais purée qu’est-ce qu’il fout ce con ?! ».
Parti trop vite (sur une base de 40’), j’ai eu bien du mal à stabiliser ma vitesse avant de prendre une petite claque derrière les oreilles aux environs du 6ème kilomètre : les jambes ne rouspétaient plus, elles étaient passées en douce à mon allure marathon. Bon je me suis tout de même réveillé sur la fin avec un chouette sprint à la mode Arthur. Au final : 43’48. Pas brillant, brillant mais avec 0 entrainement, il y a certainement moyen de faire pire. Quand je pense qu’Arnaud voulait me filer le dossard n° 1, j’ai eu chaud sur le coup, le premier fait tout de même 30’34 !

Côté parcours c’est top, le tracé est nettement plus roulant que celui de l’ancienne course (Foulées Tassilunoises) et on peut dire que c’est quasiment plat. Ma Polar me donne 45m de D+, un dénivelé réparti sur l’ensemble du parcours que l’on ne sent pas du tout. Bien différent de la sensation que l’on avait en passant par la rue Depéret ! Et pour ne rien gâcher, le ravito à l’arrivée était rudement bien garni en sucré et en salé … Bref, une première au top et une épreuve qui va très vite prendre de l’ampleur.

Purée ce que ça fait du bien un petit décrassage du moteur. Un grand merci Arnaud et bravo à JC Mercier pour cette première course sur ses nouvelles terres.

@rthurbaldur. 🙂

Récapitulatif :
Temps : 43’48 »
Distance : 10 km
D+ : 45m (mais Arnaud va me financer une montre qui annonce 15m !)

Classement général : 119/533
Classement Catégorie : 35/187

Le site web : 10km de l’Horloge

Le 10km de l`horloge 2014 - Le Cadeau
Le t-shirt …

L’article Le 10 km de l’Horloge, le 14 septembre 2014 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/15/le-10km-de-lhorloge-2014/feed/ 2
L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 30 et 31 août 2014 http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/04/lechappee-belle-traversee-nord-les-30-et-31-aout-2014/ http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/04/lechappee-belle-traversee-nord-les-30-et-31-aout-2014/#comments Thu, 04 Sep 2014 09:35:34 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6522 85 bornes et 5900 m de D+ dans Belledonne sans entrainement, faut bien l’avouer : c’est vraiment un truc à la con ! Le physique est là en pratiquant toute l’année, mais purée, n’est pas bouquetin qui veut. Sauter de bloc en bloc pendant des heures dans les pierriers vous sapent les gambettes aussi bien […]

L’article L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 30 et 31 août 2014 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Echappée Belle - Traversée Nord 2014

echappee-belle-2014-02

85 bornes et 5900 m de D+ dans Belledonne sans entrainement, faut bien l’avouer : c’est vraiment un truc à la con ! Le physique est là en pratiquant toute l’année, mais purée, n’est pas bouquetin qui veut. Sauter de bloc en bloc pendant des heures dans les pierriers vous sapent les gambettes aussi bien que le mental. Purée que de caillasses ! Et quand nous quittions les sommets dénudés, pour retrouver les forêts en basse altitude les cailloux laissaient place à la boue. Des bourbiers dignes d’une SaintéLyon arrosée. Faut aimer quoi d’autant que le plaisir dure longtemps entre chaque ravito : 5h30 bien tassé. Alors, est-ce que la balade vaut le prix d’un tel effort ? Oh que oui sans l’ombre d’un doute. J’en voulais de la montagne, des paysages somptueux et partager une belle aventure avec mon binôme de choc ? Et bien j’ai été copieusement servi ! Merci Biscotte Grillée.

Arthur, Finisher heureux de la Traversée Nord. 🙂

Récapitulatif :
Temps : 25h33
Distance : 85 km
D+ : 5992 m
Classement 107/138 (205 partants)

Le site : L’Echappée Belle

Quelques photos :

Echappée Belle

L’article L’Echappée Belle (Traversée Nord), les 30 et 31 août 2014 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2014/09/04/lechappee-belle-traversee-nord-les-30-et-31-aout-2014/feed/ 4
Y a bon les offs ! http://www.arthurbaldur.fr/2014/02/17/y-a-bon-les-offs/ http://www.arthurbaldur.fr/2014/02/17/y-a-bon-les-offs/#respond Mon, 17 Feb 2014 20:44:32 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6499 Je profite d’un petit creux dans mon emploi du temps de ministre (enfin de président du Lyon Ultra Run c’est tout comme) pour vous inviter à participer à deux offs qu’il serait vraiment dommage de louper. L’ambiance y est bonne, l’allure adaptée à tous, ça raffermit vos gambettes et ça vous fait pétiller le neurone. […]

L’article Y a bon les offs ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Y a bon les offs

Je profite d’un petit creux dans mon emploi du temps de ministre (enfin de président du Lyon Ultra Run c’est tout comme) pour vous inviter à participer à deux offs qu’il serait vraiment dommage de louper. L’ambiance y est bonne, l’allure adaptée à tous, ça raffermit vos gambettes et ça vous fait pétiller le neurone. Rien de mieux qu’un bon off pour faire le plein d’endorphine et engranger de la bonne humeur pour la semaine.

Reconnaissance Trail des Cabornis – 22 Février

Reconnaissance Trail des Cabornis 2014Quand ? : Samedi 22 février à 9h00.
Où ? : Salle des fêtes de Chasselay.
Reconnaissance du parcours de 10 km et du 20 km.

Informations : www.trail-cabornis.fr

Comme chaque année, les organisateurs du Trail des Cabornis vous proposent une reconnaissance des parcours (10 et 20 km) encadrée par le team Terre de Running et les Gones Raideurs. L’occasion d’une sortie agréable dans les Monts d’Or en bénéficiant de l’émulation du groupe.

Vous aurez la possibilité de tester les chaussures Scott et de déguster les produits GO2.

La sortie est ouverte à tous et gratuite mais l’inscription est obligatoire. Pour s’inscrire, cliquez ici.


T.A.L.C. – 22 & 23 Mars

TALC 2014Quand ? : Samedi 22 mars à 11h00.
Où ? : Piste de la Sarra.
Pour un tour, pour une heure, pour six heures ou pour 24 heures sur le parcours de l’Ultra Boucle de la Sarra.

Informations : www.ultraboucledelasarra.com

Le T.A.L.C consiste à parcourir le maximum de distance en 24 heures sur le parcours de l’Ultra Boucle de la Sarra. L’objectif est d’effectuer l’équivalent d’une CCC (101 km et 6100 m de D+). Pas de dossard, pas de classement, pas de diplôme, pas de sono, pas de dodo. Un off pur et dur. Ce qui n’empêche pas la convivialité d’avoir sa place. Pour un tour, pour une heure, pour six heures ou pour 24 heures, chacun est invité à accompagner et à encourager les futurs circadiens de la Sarra.

Notre partenaire Led Lenser France fournira à chacun des coureurs des lampes frontales H7R.2 en test pour affronter sereinement la nuit sur les hauteurs de la Sarra.

Le T.A.L.C. est ouvert à tous et gratuit mais l’inscription est obligatoire. Pour s’inscrire, cliquez ici.

Pour préparer le T.A.L.C., je vous invite également à faire quelques « ultra boucles » en ma compagnie le samedi 1er mars de 15h00 à 19h00 et le dimanche 2 mars de 7h00 à 12h00.

A très bientôt,

Arthur. 🙂

L’article Y a bon les offs ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2014/02/17/y-a-bon-les-offs/feed/ 0
Lampe Frontale Led Lenser SEO7R http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/25/lampe-frontale-led-lenser-seo7r/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/25/lampe-frontale-led-lenser-seo7r/#comments Mon, 25 Nov 2013 09:29:55 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6479 L’année dernière, je vous avais parlé de la H7, une frontale de la marque Led Lenser que j’avais eu l’occasion de tester pendant ma préparation à la LyonSaintéLyon 2012. Cette année, la LyonSaintéLyon a changé de nom pour devenir la 180. Le principe reste le même : faire le trajet Lyon Saint-Etienne à pied pour […]

L’article Lampe Frontale Led Lenser SEO7R est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Lampe Frontale Led Lenser SEO7R

L’année dernière, je vous avais parlé de la H7, une frontale de la marque Led Lenser que j’avais eu l’occasion de tester pendant ma préparation à la LyonSaintéLyon 2012. Cette année, la LyonSaintéLyon a changé de nom pour devenir la 180. Le principe reste le même : faire le trajet Lyon Saint-Etienne à pied pour se rendre sur le lieu de départ de la SaintéLyon, avant de prendre part à la course officielle pour le retour, en se joignant aux milliers de coureurs participants. Une balade de 150 km et 3900 m de D+ qui nécessite un minimum de préparation.

C’est une SEO7R qui m’a accompagné pour ma préparation 2013. Entrainements solitaires ou collectifs avec Terre de Running, reconnaissances du tracé avec le Lyon Ultra Run, chaque sortie nocturne a été l’occasion de tester le vaisseau amiral de la gamme SEO Led Lenser.

Avec leurs couleurs pimpantes, leurs plastiques transparents et leur design compact, les frontales SEO ont un petit côté jouet/gadget vite dissipé une fois prise en main. Les quelques pièces mobiles (focus, orientation verticale du faisceau) coulissent avec facilité et sans jeu, l’ensemble donne une impression de solidité et de rigidité de très bonne facture malgré l’utilisation quasi exclusive du plastique pour limiter le facteur poids. Le bloc LED et le bloc d’alimentation réunis dans un même boitier, l’absence de fil et l’unique bouton de commande concourent à une apparente simplicité. A l’usage, la SEO7R fourmille de fonctionnalités et son pilotage par microcontrôleur l’apparente plus à la H14 qu’à la H7, plus basique.

lampe-frontale-led-lenser-seo7r-02

Smart Light Technology (SLT)

Un microcontrôleur piloté par un bouton unique sur le dessus de la lampe permet d’accéder séquentiellement aux différents modes d’éclairage de la lampe et aux choix du mode de consommation énergétique. Il permet également de verrouiller la frontale pour son transport. Un détail qui vous évite de tomber en panne sèche suite à des allumages intempestifs de la frontale (dans votre sac par exemple). Le bouton unique permet également de basculer du mode d’éclairage « White » (LED blanche) au mode d’éclairage « Red Night Vision » (LED rouge).

Modes d’éclairage principal

Une pression sur le bouton et vous êtes en pleine puissance (mode Power). 220 lumens. Une puissance suffisante pour bénéficier d’un large faisceau tout en conservant une portée adaptée à une pratique engagée. Bon ok, je ne suis pas un coureur spécialement rapide mais se lâcher dans la descente du Bois des Marches (sans doute une des parties les plus techniques du nouveau tracé de la SaintéLyon avec le Bois de la Dame) est un véritable plaisir avec un éclairage digne de ce nom et si ça peut m’éviter de finir avec une cheville en vrac … Ce mode sur-vitaminé offre une autonomie de 3 heures et des poussières avec la batterie lithium fournie. Autant vous le dire, à l’entrainement, pas besoin de faire dans la dentelle, c’était éclairage au max tout le temps.

A nouveau une pression sur le bouton et vous passez en mode Dim. Une pression en continue sur le bouton permet de régler la puissance d’éclairage en continu. A l’extinction de la frontale, le mode est conservé pour une prochaine utilisation. Bien pratique ! Cela permet d’augmenter considérablement l’autonomie de la lampe tout en conservant une puissance suffisante. Dans ce mode, c’est vous qui choisissez votre ratio puissance/autonomie. Bon soyons réaliste, pour atteindre les 20 heures d’autonomie annoncée, il faudra limiter la puissance au minimum (15 % environ).

Le troisième mode (Automatic Dim) est similaire au mode Réactive Lighting de la concurrence. Un capteur (à gauche de la LED principale) adapte automatiquement la puissance en fonction de la luminosité ambiante et de la présence d’objets dans le champ de vision immédiat. La variation de puissance est flagrante quand on passe d’un éclairage distant à un éclairage de proximité comme une carte de rando par exemple. L’objectif n’est pas tant d’augmenter l’autonomie en adaptant continuellement la puissance (le capteur de luminosité consomme lui-même de l’énergie pour son fonctionnement) mais d’éviter l’éblouissement provoqué par la réflexion sur un objet avec une lumière trop puissante. La lecture de carte est grandement facilitée.

Le dernier mode (Signal) est un éclairage clignotant lent. Un mode que j’utilise lors de la 180 pour notre sécurité sur les portions ouvertes à la circulation.

Modes d’éclairage secondaire « Red Night Vision »

La SEO7R possède une LED supplémentaire (à droite de la LED principale) pour un éclairage rouge anti-éblouissement. La couleur rouge et sa puissance limitée permettent de conserver l’adaptation de l’œil à la vision nocturne (pupille dilatée). Je l’ai testé efficacement pour récupérer ma goretex (quelle pluie ce dimanche dernier) dans ma chambre sans réveiller Madame … Ouf !
Une fonction clignotement est également disponible.

Modes de gestion de l’énergie

Ils conditionnent la manière qu’a la frontale d’utiliser l’énergie. Deux modes sont disponibles : un mode Energy Saving (mode économique) qui optimise l’autonomie de la lampe et un mode Constant Current (mode d’alimentation permanente) pour lequel l’intensité lumineuse reste constante.
J’avoue m’être contenté du mode par défaut (Energy Saving), difficile de tester toutes les combinaisons possibles en quelques séances.

N’hésitez pas à modifier les différents réglages. Aucun risque de faire une boulette, il suffit d’enlever le bloc d’alimentation (batterie ou piles) pour réinitialiser la frontale.

lampe-frontale-led-lenser-seo7r-03

Advanced Focus System

Une bague sur l’avant de la lampe permet de régler l’angle d’ouverture du faisceau lumineux en continu. On passe d’un cône très étroit au contour contrasté à un cône très large au contour diffus.
Personnellement je n’utilise pas toute la course possible de la bague, je préfère un faisceau large qui offre une bonne visibilité latérale. La puissance de la frontale est suffisante pour conserver une excellente portée avec un faisceau à son maximum de largeur. A noter l’amélioration de la lentille de dispersion par rapport à la H7. Les quelques cercles plus sombres qui apparaissaient suivant le réglage du focus ont totalement disparu.

Réglage de l’orientation verticale

C’était le point faible de la H7. Le système a été considérablement amélioré. La tenue est excellente (même en bougeant énergiquement la tête) et le nombre de positions intermédiaire permet un réglage très fin. 9 positions contre 3 pour la H7.

lampe-frontale-led-lenser-seo7r-04 lampe-frontale-led-lenser-seo7r-05

Alimentation

Une batterie est fournie avec la frontale mais on peut également utiliser comme source d’énergie trois piles ou trois accumulateurs au format AAA.
La batterie peut être rechargée directement dans la frontale ou en dehors sur le secteur ou via une prise USB. Un accessoire non fourni permet de recharger la batterie sur l’allume-cigare de la voiture. Une petite LED passe du rouge au vert quand la batterie est chargée.

A noter que la batterie de la SEO7R peut être utilisée sur les SEO5. Elle peut être achetée séparément sur le site de Led Lenser France. C’est également une bonne alternative pour augmenter l’autonomie sans avoir recours à des piles AAA.

Petit truc qui démontre bien le souci du détail lors de la conception du produit : la possibilité d’enlever le bandeau pour le laver en machine. Un petit détail certes mais assez révélateur de la qualité de l’ensemble.


Comparatif rapide par rapport à la H7

Les plus :
– Le format compact facilite la mise en place de la lampe et concourt à sa robustesse et à sa fiabilité (pas de risques d’endommager le fil d’alimentation). Le bloc d’alimentation séparé de la H7 se justifie surtout avec une alimentation plus lourde comme sur la nouvelle H7R.2 (4 piles AAA) ou la H14 (4 piles AA).

– Le faisceau lumineux plus large.

– Les différents modes d’éclairage et notamment l’éclairage clignotant, un vrai plus en terme de sécurité pour une pratique en bord de route.

– Le réglage de l’orientation verticale du faisceau plus fiable et plus précis.

– Le prix.

Les moins :
– Le réglage de l’intensité lumineuse est plus délicat à effectuer en courant mais ce petit problème est facilement contournable en réglant l’intensité du mode Dim au préalable. Après réglage, la valeur de l’intensité est conservée pour ce mode lors du prochain allumage de la frontale.

– L’autonomie à pleine puissance est en retrait mais la puissance disponible est plus importante. L’autonomie de la SEO5 est plus importante avec une puissance similaire à la H7.


Conclusion

La SEO7R est la lampe idéale pour vous accompagner quotidiennement à l’entrainement. C’est également un excellent choix pour une course nocturne telle que la SaintéLyon mais en veillant à adapter la puissance de la lampe en fonction de la technicité du terrain pour augmenter son autonomie et en prenant une batterie ou un jeu de piles de secours (idéalement des piles lithium).

Caractéristiques :
Poids à vide : 69g
Poids avec batterie fournie : 92g
Poids avec piles alcalines : 103g
Poids avec piles lithium : 92g
Autonomie à pleine puissance avec la batterie fournie : 3h.
Autonomie à 15 % de la puissance avec la batterie fournie : 20h.
Portée : 130m
Puissance : 220 lumens
Led haute qualité Nichia ou Cree

Prix : 79,90 € TTC
Garantie : 5 ans

La boutique Led Lenser France.

L’article Lampe Frontale Led Lenser SEO7R est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/25/lampe-frontale-led-lenser-seo7r/feed/ 5
Raid’L, le 13 octobre 2013 http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/02/raidl-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/02/raidl-2013/#comments Fri, 01 Nov 2013 22:00:53 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6451 17ème au classement, ça pète. Bon, sur 32 participants, c’est tout de suite moins extraordinaire. Cela dit, pour une première participation à un raid multisports, ça aurait pu être bien pire. Côté course à pied (12,2 km et 300 m D+ en 1h06), je n’ai pas trop forcé. Un poil quand même sur la fin […]

L’article Raid’L, le 13 octobre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Raid'L 2013

17ème au classement, ça pète. Bon, sur 32 participants, c’est tout de suite moins extraordinaire. Cela dit, pour une première participation à un raid multisports, ça aurait pu être bien pire.

Côté course à pied (12,2 km et 300 m D+ en 1h06), je n’ai pas trop forcé. Un poil quand même sur la fin parce que je me sentais bien et que je n’ai pas résisté à la tentation de mettre un peu la pression à mes p’tits camarades de jeu.

Raid'L 2013

Côté VTT (24,6 km et 740 m D+ en 2h08) les choses ont été nettement plus compliquées. Faut dire qu’avec 70 km au compteur depuis janvier 2011 (oui, j’ai bien dit 2011) fallait pas s’attendre à des merveilles ! J’ai fait illusion sur la première moitié du tracé. Les cuisses piquaient un peu mais je serrais les dents dans les coups de cul et quel plaisir d’envoyer du lourd dans les descentes. Un vrai plaisir d’avoir un tout suspendu. Et puis tout d’un coup, plus rien dans les guiboles. Les cuisses version guimauve et l’estomac qui crie famine. Enorme fringale. J’envoyais toujours autant dans les descentes mais la moindre bosselette me clouait littéralement au sol. Dans Brut de Fleurs , il y a fleurs pour les sourires des jolies organisatrices du Raid’L mais purée, il y a aussi brut pour les difficultés du parcours VTT … Parait qu’il faut rouler un peu, ça aide !
Je pense n’avoir jamais autant goinfré à un ravito une fois passée la ligne d’arrivée ! Pensée pleine de reconnaissance de mon estomac à Cerise et Potiron, partenaire de l’épreuve.

Un petit mot sur la dernière réjouissance au programme : 1000 m en aviron qu’on pourrait résumer par : « un grand moment de solitude ». 5-6 mouvements bien exécutés, l’engin se met à filer, ouah c’est chouette ce truc, le pied … et pan, désynchronisation totale et hop une pelle qui reste dans l’eau, le truc qui se met à tanguer, à tourner … Aucune oreille délicate à portée de voix, heureusement ! J’ai fini par retrouver la terre ferme. Et bé, il y a du boulot, le bonus temps ce sera pour une autre fois. C’était sympa d’avoir pu essayer.

En tout cas, je suis vraiment content de cette matinée. Je reviendrai. Un grand merci les Brut de Fleurs, à bientôt.

Arthur. 🙂

Récapitulatif :
Course à pied :
Temps : 01h06’31 »
Distance : 14,20 km
D+ : 303 m

VTT :
Temps : 02h08’20 »
Distance : 24,60 km
D+ : 742 m

Classement : 17/32.
Classement homme : 15/24

Le site : Raid’L

L’article Raid’L, le 13 octobre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/11/02/raidl-2013/feed/ 2
LUT by Night ! http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/18/lut-by-night/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/18/lut-by-night/#respond Fri, 18 Oct 2013 19:20:44 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6443 La nuit, la ville comme vous ne l’avez jamais vue ! On l’espérait depuis de long mois … Et voilà c’est fait ! Le 20 septembre 2014, vous serez quelques milliers à vous élancer pour la première édition du Lyon Urban Trail by Night. Escaliers interminables, ruelles escarpées, parcs et jardins verdoyants , vous avez […]

L’article LUT by Night ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
LUT by Night !

La nuit, la ville comme vous ne l’avez jamais vue !

On l’espérait depuis de long mois … Et voilà c’est fait ! Le 20 septembre 2014, vous serez quelques milliers à vous élancer pour la première édition du Lyon Urban Trail by Night.

Escaliers interminables, ruelles escarpées, parcs et jardins verdoyants , vous avez aimés la touch fun et ludique du Lyon Urban Trail ? Vous allez adorer sa déclinaison nocturne. Les pentes la nuit, c’est un régal permanent, Lyon n’est pas la ville des lumières pour rien.

Deux épreuves au programme : un 24 et un 13 km.

Purée, ce que ça va être bon cette histoire … 😛

Informations et inscriptions à partir du 15 décembre 2013.
lutbynight.com

LUT by Night !

L’article LUT by Night ! est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/18/lut-by-night/feed/ 0
Les Foulées Fleurinoises, le 22 septembre 2013 http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/02/les-foulees-fleurinoises-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/02/les-foulees-fleurinoises-2013/#comments Wed, 02 Oct 2013 21:19:15 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6424 Il est de ces courses auxquelles on ne pense pas forcément quand on prépare sa planification annuelle. Peut-être est-ce dû à leurs caractéristiques plus modestes (distance, dénivelé) bien éloignées des grands rendez-vous montagnards de l’été, ou bien au manque d’exotisme des paysages de nos proches campagnes, ou bien encore à une communication sur l’événement plus […]

L’article Les Foulées Fleurinoises, le 22 septembre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Les Foulées Fleurinoises 2013

Il est de ces courses auxquelles on ne pense pas forcément quand on prépare sa planification annuelle.
Peut-être est-ce dû à leurs caractéristiques plus modestes (distance, dénivelé) bien éloignées des grands rendez-vous montagnards de l’été, ou bien au manque d’exotisme des paysages de nos proches campagnes, ou bien encore à une communication sur l’événement plus limitée, faute de budget ou par volonté délibérée de conserver une épreuve à dimension humaine.

Et voilà qu’en bon larron vous profitez d’une occasion pour participer à l’une d’entre elles. La météo s’annonce bonne, les copains seront présents, bref vous auriez tort de vous priver, un peu d’exercice, c’est toujours bon à prendre !

Et là surprise! Cette petite course nature sans prétention se révèle à vous comme la plus précieuse des pépites. Quel bonheur ces Foulées Fleurinoises !

Passons rapidement sur l’organisation, elle est sans faille, que dire de plus ?
Ici tout est simple, sans galère et cela commence dès votre arrivée par un parking dimensionné à la juste mesure de l’évènement. Un simple détail certes mais agréable. Vous descendez de votre voiture et vous voilà plongé dans une nouvelle dimension, un monde où l’orange est maitre et où la chouette s’active en plein jour. Vous êtes entouré d’une multitude de bénévoles aux couleurs de l’AJC (club organisateur). Ca s’affaire, ça vous sourit, ça vous accueille dans la joie et la bonne humeur. Plus tard, ces mêmes bénévoles ne ménageront pas leurs efforts pour vous encourager tout au long du parcours. Bons sang, mais combien sont-ils ?

Chouette parmi les chouettes, l’organisateur, David Billot, vous accueille à son tour, la main tendue, un large sourire éclaire son visage. Vous êtes un VIP ? Un ami de longue date ? Non, chacun d’entre nous bénéficie de ce même allant, de cette même générosité.

Les Foulées Fleurinoises

Le retrait des dossards est une affaire promptement menée sous la houlette de quelques bénévoles. Compère Oslo, boulimique de km s’il en est (plus de 7000 km annuel), a même renoncé à quelques séances de footing pré-spartathlon pour venir officier derrière le comptoir. Content de t’avoir revu l’ami.

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas participé à une épreuve aussi courte. C’est fou ce que le peloton est différent de mes dernières courses. Je me suis fait plusieurs fois cette réflexion sans arriver à cerner le truc. Facile pourtant, c’était blindé de féminines ! Une sur quatre coureurs. Je n’ose même pas évoquer ici le ratio constaté sur mes derniers ultras …

Le parcours de la course est fort sympathique. Plutôt varié avec une alternance de passages en sous-bois et de passages à découvert qui nous ont offert de beaux points de vue sur les environs. Des chemins plutôt roulants, quelques passages sur bitume et un ou deux points plus techniques qui demandaient un peu plus de vigilance … enfin technique on se comprend. Et bien dosé avec un dénivelé raisonnable. Comprendre : les montées ne sont pas bien grosses, pas bien pentues, mais purée, qu’est-ce qu’on les sent quand on va vite !

Pour ce qui est de ma course elle-même, force est de le constater, le physique n’est pas à la hauteur des espérances du bonhomme. J’ai bien tenté de suivre compère Tidgi mais l’affaire a vite tourné en eau de boudin. Deux kilomètres de course et les jeux étaient faits : mes gambettes avaient toutes les caractéristiques d’un coton-tige, avec beaucoup de coton et sans la tige. Compère Jean-Yves s’est empressé de me faire subir le même sort un peu plus loin avec toute la délicatesse et la retenue qui le caractérisent : on parle un moment avec son compère, on s’enquiert de sa forme et on s’assure qu’il va bien avaler la prochaine Valda. Au premier ravito le bougre avait déjà une bonne longueur sur moi. Bon, je ne peux pas leur en vouloir : se faire maraver par Arthur, c’est leur hantise. Ils savent par expérience qu’ils vont l’entendre souvent et fort longtemps.

Rien de bien extraordinaire dans les minutes qui suivirent, je déroulais tranquillement mes gambettes quand la pente était favorable et je tentais de survivre dès lors qu’elle s’inversait, en m’occupant l’esprit : un crewstach, deux crewstachs … mince, aucune crewstouffs aujourd’hui ?

Les Foulées Fleurinoises

Le fait marquant du jour s’est produit un peu plus tard à quelques encablures du second ravitaillement. Une ombre, légèrement en retrait sur ma droite, je tourne la tête … « Coucou ! » Oh purée ! Le traitre ! L’infâme ! C’est le sieur Blache ! Pris en flagrant délit, en pleine tentative de poutrage sur ma personne. Le félon a tenté d’appliquer sans vergogne une de mes tactiques préférées : une approche discrète de la cible avant de sonner l’hallali sous la forme d’un « Coucou mon poulet ! » du meilleur effet. Le cri qui tue, secret des initiés, son impact est terrible sur le mental du maravé. Heureusement pour moi, cette jeune pousse ne maitrise par encore toutes les arcanes de l’art pédestre. La connaissance n’est rien sans l’expérience, dit-on. L’effet escompté n’est pas au rendez-vous. Sans doute la conséquence d’une formule incomplète (ne pas négliger l’importance du poulet quand il est question de vitesse) ou plus sûrement le fait d’une certaine vigilance de ma part. Vue ma propension à trainer les pattes en montée, je surveillais inconsciemment mes arrières.

La performance ne serait qu’une affaire de motivation ? On pourrait le croire. Les jambes sont toujours aussi flagada mais la tête refuse le moindre compromis. Allez, on se bouge, y a urgence !
Me voilà contraint de faire fissa au second ravito, un comble ! J’accélère un poil l’allure pour déposer l’inopportun. Mince, coup dur : non seulement le Blache est toujours présent mais il parle toujours !
Le bougre, son entrainement pour la Réunion porterait-il ses fruits ?

Bien obligé de se sortir les doigts … Pas très classieux, je le concède. Promis, je n’imagerai pas mes propos. Nicolas a fini par céder face à une telle supériorité arthurienne. Je ne baisse pas la garde pour autant, il reste un petit coup de cul (encore) dans un sentier raviné (j’ai reconnu le finish avec Tidgi lors de l’échauffement). La boîte à coucou ne réapparait pas. Du tout bon pour moi.

Le tintement de la cloche annonce le dernier kilomètre. Je me sens pousser des ailes, l’heure de la mousse approche. Je fais le forcing sur le final pour dilapider mes dernières forces et gagner une petite place au scratch (vraiment désolé mais faut pas me tenter) et c’est le passage sur la ligne d’arrivée dans la salle même du gymnase.

Bigre, ça nettoie bien les bronches cette histoire. Je suis même obligé d’aller m’allonger quelques secondes pour récupérer ! Purée, elle est bien loin l’époque des cross à la Feyssine !

Nicolas est arrivé quelques minutes, pardon, quelques secondes après moi. Mince, seulement ? Sa félonie a vite été pardonnée à grand renfort de Vouvray : il fêtait son anniversaire. Il sait nous parler cet homme-là, preuve s’il en est, qu’il maitrise certains sujets.

Les Foulées Fleurinoises

Assez parlé d’effort, place au réconfort. Quelques tables ont été installées dehors, à proximité de la buvette. On peut refaire les niveaux en encourageant les derniers arrivants et en profitant de la chaleur d’un soleil généreux. Le pied. Revenons à la qualité de l’organisation à travers celle du mâchon. Pâtés en croûte, saucissons, salades diverses. Tout cela fleure bon les produits régionaux et la bière offerte (je devrais dire les) vient compléter un tableau déjà idyllique.

Une chouette matinée, de chouettes bénévoles, une chouette course alors en quittant le petit monde de la l’AJC Fleurieux, un seul mot nous vient à l’esprit :

Merci. 🙂

Récapitulatif :
Temps : 01h12’16 »
Classement : 109/367.
Classement VH1 : 44/108
Distance : 14,35 km
D+ : 290 m

Le site : Les Foulées Fleurinoises

Les Foulées Fleurinoises
Le bonnet et les gants en cadeau. Il y avait aussi des barres de céréales, des pâtes de fruits et des fruits secs … mais j’ai tout mangé !

L’article Les Foulées Fleurinoises, le 22 septembre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/10/02/les-foulees-fleurinoises-2013/feed/ 1
L’Echappée Belle (Ultra Traversée du Massif de Belledonne), les 30, 31 août et 1 septembre 2013 http://www.arthurbaldur.fr/2013/09/02/lechappee-belle-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/09/02/lechappee-belle-2013/#comments Mon, 02 Sep 2013 18:33:38 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6399 Mauvaise donne … Les Lacs Roberts. Magnifique … Je ne connaissais pas le massif de Belledonne si ce n’est dans sa version hivernale quand je m’élançais, skis alpins aux pieds, sur les pistes de Chamrousse ou des 7 Laux. Ambiance lunaire des paysages de haute montagne, sommets déchiquetés des grand pics, multiples lacs aux couleurs […]

L’article L’Echappée Belle (Ultra Traversée du Massif de Belledonne), les 30, 31 août et 1 septembre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Mauvaise donne …

L échappée Belle 2013

L'Echappée Belle 2013
Les Lacs Roberts.

Magnifique … Je ne connaissais pas le massif de Belledonne si ce n’est dans sa version hivernale quand je m’élançais, skis alpins aux pieds, sur les pistes de Chamrousse ou des 7 Laux. Ambiance lunaire des paysages de haute montagne, sommets déchiquetés des grand pics, multiples lacs aux couleurs improbables … oui magnifique, sauvage et même quelque peu austère avec cette végétation pour le moins clairsemée.

140 km et 10000 m de dénivelé positif sur les sentiers (et bien souvent l’absence de sentiers) du massif de Belledonne, j’avoue avoir quelque peu sous-estimé la difficulté quand je me suis inscrit dès l’ouverture des préinscriptions pour cette première édition de l’Echappée Belle. A la lecture plus récente du roadbook et des récits des reconnaissances effectuées, j’ai pris conscience un peu tardivement que l’épreuve serait loin d’être une balade de santé. Hum, il était encore loin du compte le père Arthur !

L'Echappée Belle 2013
Un aperçu des sentiers de Belledonne.

Quelle claque une fois sur le terrain ! T’en voulais du technique, des pierriers, du gros bloc et des esquisses minimalistes de singles ? Ben t’en as eu jusqu’à plus soif ! Je n’étais clairement pas préparé pour ce type de balade. Les sentiers des Monts du Lyonnais et des Monts d’Or sont bien éloignés de ces petites plaisanteries belledonniennes. Habituellement, je compense mes pauvres capacités en montée en déroulant mes longues guiboles sur le plat et dans les descentes. Et bien pour cette fois, je n’ai pas déroulé grand-chose ! La lassitude de ne pas avancer, de ne pas maitriser mon sujet s’est vite installée. Je me serai quand même bien éclaté dans la descente de la Croix de Belledonne en me lâchant sur les courtes portions enneigées.

Résultat, j’ai rendu mon dossard au refuge Jean Collet après 10h52 à jouer les traine-papattes. Pas de problème physique si ce n’est une légère inflammation du fascia lata au genou droit, pas de problème non plus côté barrière horaire (allongée de surcroît) mais une absence totale d’envie. Un peu frustré par cet échec, je dois bien l’avouer mais j’aurai au moins l’avantage de pouvoir reprendre rapidement l’entrainement faute de m’être beaucoup donné !

Bon cela dit, c’est une sacrée belle épreuve et je tire mon chapeau à Florent Hubert et à toute son équipe pour s’être lancé et avoir mené à bien une telle aventure !

L'Echappée Belle 2013
La montée au Col de Freydane.

Ah oui ! J’oubliais, un conseil. Si vous participez à la seconde édition de l’Echappée Belle, évitez d’abandonner à Jean Collet ! Encadré par deux secouristes, notre petit groupe de coureurs aura mis près d’1h20 pour rejoindre Pré Marnet, le point le plus proche accessible aux véhicules. Purée, quelle caillante avec la fatigue une fois la nuit tombée ! Je vous fais grâce de l’attente de la navette (1h30 environ) et de l’absence de rapatriement prévu pour Vizille. Merci à cette famille grenobloise qui a bien voulu faire un crochet jusqu’au Château pour me permettre de récupérer ma voiture. Ne restait plus alors qu’à retourner à Aiguebelle, à dormir quelques heures dans le coffre de ma Megane (un poil raide) et à patienter longuement sur le site en attendant l’arrivée d’Oscar Perez … Bon pour être honnête, j’attendais surtout le rapatriement de mon sac coureur resté à Fond de France. On dit que l’ultra est une école d’humilité, sans doute, mais ça vous forge surtout une sacrée patience !

A très bientôt sur des sentiers plus roulants …

Arthur un poil déconfit mais ça ne dure jamais bien longtemps. 🙂

Récapitulatif :
Temps : 10h52
Distance : 43.9 km
D+ : 3928 m, D- : 2892 m
Abandon au refuge Jean Collet.

Le site : L’Echappée Belle

Quelques photos :

Echappée Belle 2013

L’article L’Echappée Belle (Ultra Traversée du Massif de Belledonne), les 30, 31 août et 1 septembre 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/09/02/lechappee-belle-2013/feed/ 3
Soldes… le grand départ http://www.arthurbaldur.fr/2013/06/25/terre-de-running-soldes-ete-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/06/25/terre-de-running-soldes-ete-2013/#respond Tue, 25 Jun 2013 21:08:35 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6386 Les Soldes prennent leur départ Mercredi 26 Juin chez Terre de Running. Notre partenaire vous propose les plus grandes marques de chaussures et textile entre -20% et -50%. Quelques exemples : New Balance 1080 : 105 euros au lieu de 150 Mizuno Rider : 98 euros au lieu de 140 Asics Nimbus : 112 euros […]

L’article Soldes… le grand départ est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Terre de Running Soldes été

Les Soldes prennent leur départ Mercredi 26 Juin chez Terre de Running.

Notre partenaire vous propose les plus grandes marques de chaussures et textile entre -20% et -50%.

Quelques exemples :

New Balance 1080 : 105 euros au lieu de 150
Mizuno Rider : 98 euros au lieu de 140
Asics Nimbus : 112 euros au lieu de 160
Mizuno Ultima : 91 euros au lieu de 130
Mizuno Cabrakan : 98 euros au lieu de 140
Stinson Evo 136 : euros au lieu de 170
Asics Kayano 123 : euros au lieu de 170
Asics GT 2000 91 : euros au lieu de 130

Retrouvez l’ensemble des prix dans les magasins Terre de Running de Lyon, Limonest, Grenoble et Saint-Etienne. A noter l’ouverture d’un nouveau magasin Terre de Running à Puteaux – La Défense.
Infos, adresse et horaires sur www.terrederunning.com/#/Puteaux


TDR Lyon – 8, rue de la Barre – 69002 Lyon – 04.72.77.53.85
TDR Limonest – 1682, RN 6 – 69760 Limonest – 04.72.54.62.73
TDR Grenoble – rue des Montagnes de Lans – Espace Comboire – 38130 Echirolles – 04.76.22.25.98
TDR Saint-Etienne – 7, rue Traversière – 42000 Saint-Etienne – 04.77.90.57.66


L’article Soldes… le grand départ est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/06/25/terre-de-running-soldes-ete-2013/feed/ 0
Le Trail des Forts de Besançon, le 12 mai 2013 http://www.arthurbaldur.fr/2013/05/15/le-trail-des-forts-de-besancon-2013/ http://www.arthurbaldur.fr/2013/05/15/le-trail-des-forts-de-besancon-2013/#comments Wed, 15 May 2013 20:30:43 +0000 http://www.arthurbaldur.fr/?p=6356 J’ai fait les forts ! J’ai fait surtout l’effort, un max d’efforts pour venir à bout d’un parcours qu’on pourrait qualifier de rugueux s’il n’avait pas été aussi boueux ! Plutôt rustique le Trail des Forts avec cette météo capricieuse ! Il m’aura fallu une bonne dose d’énergie pour en venir à bout et toute […]

L’article Le Trail des Forts de Besançon, le 12 mai 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
Trail des Forts de Besançon-2013

Le Trail des Forts de Besançon 2013

J’ai fait les forts !

J’ai fait surtout l’effort, un max d’efforts pour venir à bout d’un parcours qu’on pourrait qualifier de rugueux s’il n’avait pas été aussi boueux ! Plutôt rustique le Trail des Forts avec cette météo capricieuse ! Il m’aura fallu une bonne dose d’énergie pour en venir à bout et toute ma science de la glisse. J’ai rarement vu autant de boue sur un trail. La SaintéLyon peut aller gentiment se rhabiller et ce n’est pas faute de mal la connaitre avec 7 participations à mon actif. J’ai beau fouiller dans mes souvenirs, cette 10ème édition des forts se situe très certainement dans le haut du pavé de mes expériences dantesques ou plutôt bouesques.

Avec mes compagnons de jeu, nous avons bien espéré passer au travers des vicissitudes du climat en attendant le départ. Le temps était frais, le ciel couvert mais le site de la Rodia, nouveau lieu de départ et d’arrivée de la course, était encore sec comme un ultime défi aux prévisionnistes qui annonçaient de la pluie en début de matinée.

Las, peu après le départ, la pluie s’invitait à la balade et donnait raison à Météo France. La température était suffisamment clémente pour que je laisse ma veste gore dans mon sac. Encore que, une fois trempé de la tête au pied, c’était parfois un peu limite quand le vent se faisait sentir.

Le parcours était plutôt roulant (enfin il devait l’être par temps sec), notamment entre les forts de Bregille et de Chaudanne, avec cette longue portion en demi-cercle le long des quais pour contourner le vieux Besançon. Une première partie du tracé, d’ailleurs assez urbaine, jusqu’au fort de Rosemond, avec toujours quelques habitations en ligne de mire. Un je ne sais quoi de trail urbain somme toute assez classique pour un lyonnais abonné comme moi au Lyon Urban Trail. Il y avait d’ailleurs quelques marches sur le parcours mais la comparaison s’arrête là, à l’exception des escaliers de la citadelle et autres forts, elles étaient souvent constituées de rondins de bois.

Le Trail des Forts de Besançon 2013

La seconde partie était nettement plus rustique avec des montées et des descentes velues, rendues périlleuses par la boue. Les mains étaient parfois mises à contribution pour les passages les plus délicats. Sympa de se retrouver avec une gangue de terre en guise de gants mais entre les menottes et le popotin, le choix était vite fait, une simple question d’amour propre. Vous m’excuserez dans ces conditions ne pas avoir fait beaucoup de photos.

J’ai bien vite renoncé à décompter les forts rencontrés. Ils étaient souvent prétexte à un petit tournicota sur un chemin de ronde ou dans une douve ou même encore dans un tunnel bien sombre qui m’aurait presque fait regretter ma H7. Un, deux, trois, quatre forts avant de me laisser aller au plaisir simple de courir sur les singles et autres sentiers du tracé, sans plus me préoccuper de distance, de temps passé. Et puis, je suis arrivé à la citadelle devancé par le rythme entrainant d’un ensemble de percussions.

[youtube wb1zT-owLNQ]

Vraiment magnifique cette petite incartade dans la citadelle et notamment le passage sur les remparts. Le point de vue vertigineux sur la ville et ses environs est de toute beauté. A nos pieds, en contrebas des remparts et des falaises, le Doubs et les vestiges industriels de la Rodia, désormais transformée en espace culturel, semblent encore bien lointains.

Une descente musclée et un bon kilomètre plus loin et je franchis la ligne d’arrivée en 6h25.

Ca y est, j’ai fait les forts !

Merci à Chloé, Patricia et Alex pour leur compagnie fort sympathique.
Un grand merci aux organisateurs et aux bénévoles, ça ne devait pas être toujours très drôle avec cette pluie.
Un grand merci à Extra pour leur invitation
Et une mention spéciale à Patricia pour ses Muffins … une véritable tuerie.

Au fait, bonne surprise, j’ai obtenu un fortissimo de bronze !

Arthurbaldur. 🙂

Le Trail des Forts de Besançon 2013 - Cadeau
Le t-shirt finisher (il y avait également une belle paire de gant en cadeau).

Récapitulatif :
Temps : 06h26’34 »
Classement : 256/415.
Classement VH1 : 97/139
Distance : 46 km
D+ : 1945 m

Le site : Le Trail des Forts de Besançon

L’article Le Trail des Forts de Besançon, le 12 mai 2013 est apparu en premier sur Arthurbaldur.

]]>
http://www.arthurbaldur.fr/2013/05/15/le-trail-des-forts-de-besancon-2013/feed/ 3