Arthurbaldur

Le songe d’une nuit d’hiver
Subscribe

La LyonSaintéLyon, les 3 & 4 décembre 2011

janvier 23, 2012 By: Arthurbaldur Category: Compétitions, Course à pied, Raid Nocturne



Une nouvelle édition de la LyonSaintéLyon s’achève. L’aboutissement d’une quasi année de préparation. La préparation du bonhomme bien sûr (ce n’est quand même pas rien de faire 136 km et 3000 m de dénivelé) mais également la préparation du Off lui-même qui requiert un minimum d’organisation même si le nombre de participants est faible.

La LyonSaintéLyon est une expérience unique en son genre à la croisée du off et de la compétition officielle. La plupart des coureurs connaissent la SaintéLyon au moins de nom et un grand nombre ont déjà participé à cette course mythique qu’est la doyenne de l’ultra.

Avec la LyonSaintéLyon, les participants découvrent le parcours de jour en petit groupe avec un maximum de convivialité. Tout a été pensé pour leur facilité la vie : sacs d’allègements pris en charge le matin au départ du Off, retrait des dossards effectué par Michel Sorine en personne (directeur associé d’Extra-Sports), ravitaillements basés sur le partage que l’on pouvait qualifier de gastronomique cette année. Chaque participant devait apporter quelques victuailles en privilégiant si possible des produits de sa région d’origine. Jambon cru, saucisson, plateau de fromages particulièrement fourni, nombreux gâteaux, fruits frais et secs, nougat … Je ne vous ferai pas le décompte exact pour ne pas vous faire saliver et puis la liste est bien trop longue. Je vais devoir ouvrir de toute urgence une épicerie fine !

(suite…)


La LyonSaintéLyon, le 4 décembre 2010 : le retour

mars 01, 2011 By: Arthurbaldur Category: Compétitions, Course à pied, Raid Nocturne

« Walt Disney et les légendes arthuriennes se sont télescopés dans les Monts du Lyonnais ce premier weekend de décembre. Nous retrouvons Blanche Neige et ses 7 chevaliers aux abords du Hall d’Expositions de Saint-Etienne à l’issue d’un off de 68 km qui les a conduits de Lyon à Saint-Etienne pour se rendre au départ de la doyenne de l’ultra. La balade s’est déroulée sous les meilleurs auspices. Un ciel bleu immaculé pour réjouir leurs pupilles et un soleil généreux pour réchauffer leur corps. Le verglas n’était pas encore de la partie ou si peu et c’est une neige tassée qui a soutenu leurs pas pendant une grande partie du tracé au cœur des paysages enneigés des Monts du Lyonnais. »

Pour ceux qui ont loupé le début : La LyonSaintéLyon, le 4 décembre 2010 :
l’aller

Petit intermède people

Il n’y a pas foule dehors du moins de ce côté du hall. Ah si, une personne descend d’une voiture. Cette silhouette, cette doudoune bleue … mais oui c’est Michel Sorine en personne ! Bon, il n’était pas là spécialement pour nous on s’en doute (ça occupe son homme d’organiser une SaintéLyon) mais ça fait rudement plaisir de le voir. On papote un moment histoire de lui raconter comment s’est passé l’aller, les conditions météo, le terrain et puis il immortalise notre petit groupe en nous prenant en photo sous l’arche de départ.

On va essayer de ne pas perdre trop de temps. Je sais par expérience que c’est une denrée rare et précieuse qu’il ne faut pas gaspiller. Après une rapide concertation, nous optons pour le retrait des dossards. Une fois la partie administrative effectuée, nous aurons l’esprit serein pour le réconfort.

On rentre dans le hall. Il y a foule, ça brasse dans tous les sens, ça piaille, ça gesticule à tout va … L’animateur nous met le grappin dessus. Il a du mérite cet homme-là, il faut de la salive pour faire ce métier et des trucs à raconter sinon tu as vite fait de partir en boucle et les répétitions ça lasse son monde à la longue. Notre truc, c’est du pain béni pour lui, de quoi occuper son micro une bonne dizaine de minutes. Les gens applaudissent. Je ne sais pas si on mérite vraiment tout cela mais il faut bien avouer que c’est valorisant et puis c’est toujours plaisant d’être encouragé. D’ailleurs ça a le mérite de créer « des vocations » … Tidgi a découvert la LyonSaintéLyon comme ça en 2009.
(suite…)


La LyonSaintéLyon, le 4 décembre 2010 : l’aller

février 19, 2011 By: Arthurbaldur Category: Compétitions, Course à pied, Raid Nocturne


Franchement, c’est pas le pied ?

Mon équilibre est précaire, j’ai peur de chuter, d’avoir mal. Je m’accroupis. Les pieds joints, je me laisse glisser tant bien que mal dans la pente verglacée à la suite d’un compagnon d’infortune. Je suis fatigué, peu à l’aise dans cet exercice casse-gueule. Ooooooooh, je vais trop vite … Une branche providentielle freine ma course. La collision qui semblait inévitable n’aura pas lieu. Je me relève rapidement, mes jambes flageolent. Au milieu du chemin, deux coureurs progressent sur les fesses jouant la carte de la prudence. Leur amour-propre n’est pas leur priorité du moment. D’autres jouent les Weissmuller et passent d’arbre en arbre en s’agrippant aux branches. Deux faisceaux lumineux me dépassent rapidement et déboulent dans la pente en se jouant du terrain. Gauche, gauche … Des relais. Comment font-ils ? Le tableau est surréaliste !

J’ai une révélation, un éclair de lucidité : je suis barge ! Tandis que le genre humain est profondément endormi, blotti dans la douce chaleur d’une couette, je suis là, dans la rigueur d’une nuit hivernale au plus profond du bois d’Arfeuille à glisser sur ce chemin pentu transformé en piste de bobsleigh. Et le pire c’est que j’aime ça ! Je suis un grand malade et contagieux de surcroît pour avoir entrainé à ma suite sept camarades de jeux dans ce long périple qu’est la LyonSaintéLyon.

La genèse

Mais revenons quelques mois en arrière, à la genèse du projet. En 2006, lors de ma première SaintéLyon, j’ai découvert l’existence de la LyonSaintéLyon. J’étais en train de papoter tranquillement, assis sur les gradins dans le hall d’exposition quand on me révéla l’existence de ce off. Dès 2003, sous l’impulsion de Yoyo, des coureurs gentiment fondus du ciboulot avaient effectué l’aller Lyon-Sainté à pied pour se rendre au départ de la course officielle. Des fondus ou plutôt des ultrafondus puisque tous étaient membres du forum éponyme. Le mythe était né. Ce jour-là, j’ai tourné la tête à plusieurs reprises en direction des portes du hall en attendant le départ de la course mais rien, pas d’UFO cette année. Il n’y a pas eu de LyonSaintéLyon en 2006. Et pourtant, c’est bien une part de rêve qui m’a été offerte ce jour-là.

En 2009, Biscotte m’a suggéré de faire l’aller-retour avec lui. Je n’y avais jamais songé ! La LyonSaintéLyon, c’était une légende, un truc pour faire rêver les grands gamins que nous sommes, une histoire qu’on se raconte le soir à la veillée autour du feu, tout sauf un truc tangible. Biscotte a entrouvert la porte, je m’y suis engouffré avec empressement. Ce 4 décembre 2009 fut le passage du rêve à la réalité … je peux vous dire que je l’ai senti passé ! :lol:
Cela dit, j’ai vraiment apprécié la balade d’autant que j’ai eu la fierté d’être le seul finisher cette année. Premier de la LyonSaintéLyon et quasi dernier de la SaintéLyon !


Blanche neige et les 7 nains.

En 2010, j’ai décidé d’inviter d’autres personnes à partager la balade en ma compagnie. Les objectifs étaient multiples : l’envie de partager cette expérience avec d’autres coureurs connus ou inconnus d’une part car une passion n’a de sens que si elle est partagée. Et d’autre part offrir à mon tour à d’autres Arthurs en puissance leur part de rêve. Après avoir découvert la doyenne, chacun découvre qu’il peut s’offrir une double ration du mythe s’il le désire, quoi de plus motivant ?
Et puis on ne sait jamais, on murmure que l’aller-retour pourrait devenir officiel à l’occasion du 60 eme anniversaire de la course. Si c’est le cas, je serai prêt !

Rassembler un groupe de 8 personnes n’a pas été une mince affaire. Les coureurs assez barges pour courir 136 km en plein hiver pour le simple plaisir de l’effort et la beauté du geste ne sont pas légion. Bon, c’est vrai que la LyonSaintéLyon est légèrement plus confidentielle que la doyenne malgré mes efforts pour communiquer à son sujet. Le jour où l’on verra des 4 x 3 pour la LyonSaintéLyon dans les rues de Lyon, j’aurai du soucis à me faire, il ne faut surtout pas que je dépasse les 500 coureurs ! :lol:
(suite…)