Arthurbaldur

Le songe d’une nuit d’hiver
Subscribe

Archive for the ‘100 km’

Les 100 km de Millau, le 25 septembre 2010

décembre 18, 2010 By: Arthurbaldur Category: 100 km, Compétitions, Course à pied

La belle et la bête.

Le 100 km de Millau est une épreuve de course à pied sur route goudronnée appartenant à la famille du grand-fond. C’est le plus vieux 100 kilomètres français. Il se dispute à Millau tous les derniers samedis du mois de septembre depuis 1972.

Comme chaque année, l’épreuve part de Millau pour une première boucle de part et d’autre de la rivière Tarn, correspondant à la distance du marathon. Elle conduit les coureurs à l’entrée des Gorges du Tarn avant un retour sur Millau. Puis les concurrents s’élancent vers Saint Affrique pour un aller-retour avec à chaque fois l’ascension de l’incontournable route de Tiergues où se fait souvent la différence. Cette deuxième partie du parcours donne également l’occasion aux concurrents de passer à deux reprises sous le célèbre Viaduc de Millau, le plus haut du monde.

Voilà, ça c’est pour la petite description qui va bien, issue du site officiel.

Pour être tout à fait honnête, faire un 100 km était loin d’être en tête de mes priorités sportives. Il y a tant de courses à effectuer en pleine nature, de sentiers à découvrir. Dans ces conditions, pourquoi se décider à franchir le pas ? Et bien par curiosité, parce qu’il faut croire que je suis définitivement accroc aux trucs à la con et parce que l’occasion fait le larron.

Mes compères Oslo et Tazounet ont décidé de participer aux 100 km de Millau.
L’attrait d’un weekend festif, le plaisir de partager quelques pâtes et de trinquer, une mousse à la main, avec des personnes de bonne compagnie, il ne m’a pas fallu longtemps pour me décider. Et puis, quant à faire un seul et unique 100 km (ce ne sera certainement pas le cas du reste) autant que ce soit à Millau. Voilà pour le premier effet kiss cool.

Le deuxième effet kiss cool s’est produit quand l’ami Jean Mik m’a annoncé son désir de jouer au suiveur haut de gamme. Autant vous dire que ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Je me suis empressé de recueillir sa griffe au plus vite avant qu’il ne change d’avis. C’est qu’il faut être un peu fêlé pour envisager de rester le cul collé sur une selle de vélo pendant … longtemps on va dire. Un truc à rester fâcher définitivement avec son amour propre. Surtout à l’allure d’escargot envisagée par votre humble serviteur.


Le dossard qui va bien sur le t-shirt qui va bien …

Tazounet a réussi à convaincre un deuxième fêlé en la personne de Michaël. J’imagine bien le truc au téléphone : « Salut Michaël, ça va ? Dis-donc, ça fait un bye qu’on s’est pas vus. Ca te dirait de faire une petite balade coolos en vélo histoire de se voir ? » Sûr que pour l’allure, c’était coolos, pour la durée de la balade moins sûr.

C’est à quatre (Tazounet, Michaël, Jean Mik et moi) que nous quittons l’Arbresle dans la Tazmobile, à savoir le camping-car tout confort de l’ami Tazounet. Faut avouer que c’est bien pratique et sans doute la meilleure solution pour limiter l’inflation du budget sport. Oslo quant à lui jouera au poor lonesome runningboy et descendra à Millau par ses propres moyens.

La météo est une abomination. Nous ferons une partie du trajet sous des trombes d’eau et le ciel gardera une couleur quelque peu déprimante le reste du temps. Humide et froid voilà un bon résumé de la situation. Ce n’est guère motivant pour une balade de 100 bornes. Je ne regrette pas d’avoir pris la veste de pluie … Cela dit, le moral reste bon, la perspective de ce weekend entre potes y est pour beaucoup.

Nous arrivons à Millau vers 17h, ce qui nous laisse largement le temps de retirer les dossards et de papoter avec Oslo, Teraflop et Régine. Des vrais pipelettes ces coureurs !
Ensuite, c’est l’apéro d’avant course et la p’tite mousse qui va bien accompagnée, pour l’occasion, d’une saucisse sèche offerte par Jean Mik. Sympathique la production locale de saucisse, un vrai rayon de soleil pour amateur de bonne chair. Une bonne pasta plus loin et il est temps de faire un gros dodo. Tazounet a fixé le réveil à 6h30, ce qui devrait nous laisser suffisamment de marge pour être au parc de la Victoire à 8h30.

Enfin, c’est ce que je pensais avant de sombrer dans les bras de Morphée … Il s’avère que la marge prévue ne sera pas de trop. On ne va pas le changer notre Tazounet, faut toujours qu’il fasse sont dernier pipi juste avant de partir …
(suite…)