Semi Marathon de Lyon 2007

C’est ma troisième participation au Semi Marathon de Lyon et le troisième semi à ajouter à mon expérience de coureur.
Malheureusement pas de progression cette fois-ci, pas de régression non plus d’ailleurs, tout juste une confirmation de mon temps de l’année dernière avec 30 secondes de plus au temps réel.


Préparation, tout ce qu’il y a de plus classique …

Pour ce qui est de la préparation, j’ai préparé ce semi avec un plan 503 (semi marathon 4 séances par semaine sur 7 semaines). Je commence à stabiliser mon passage à 4 séances de course à pied. Dans quelques temps, j’essaierai de replacer une séance de VTT 1 semaine sur 2. J’essaierai cela pour la préparation de la SaintéLyon 2007. De toute façon, je ne pense pas aller un jour au-delà de 5 séances hebdomadaires. Ca me semble un peu chaud après au niveau récupération … et au niveau relationnel avec bobonne … oups avec ma moitié d’amour.

J’ai un peu bousculé le plan pour avoir un peu de jus pour la Lyon Free VTT mais juste en intervertissant 2 semaines. Comme d’habitude j’ai arrangé à ma sauce les vitesses du plan en prenant en compte ma VMA, mes allures objectifs, le tout de manière à avoir une pyramide de vitesse à peu prêt équilibrée et raisonnable pour mon niveau.

%VMAVitesseAllure
10017,03’31
95163’45
90154’00
85144’36
80134’37
75125’00

Sinon comme d’habitude, sparadrap pour les bouts de sein et crème anti-frottement classique pour les pieds.

Côté ravitaillement, ravitaillement personnel avec 1 gel au départ, au 10ième, au 15ième et au 18ième un gel coup de fouet. L’année dernière je m’étais contenté d’eau et je pense que j’avais eu un petit coup de moins bien à la fin à cause de cela.

Chalenge sportif, pique-nique et farniente au programme …

Le week-end s’est annoncé sous les meilleures hospices avec un chalenge sportif dans la matinée, un pique-nique et une bonne farniente prévue dans l’après-midi en compagnie de mes compagnons de course habituels et de leurs familles.

Le samedi a été consacré au petit rituel du retrait du dossard et à la visite du village de la course. L’occasion de revoir en chair et en os Biscotte et Nours que je n’avais pas vus depuis le 10 km de Bron. Il y avait beaucoup de monde, plus que l’année dernière. Petite attente avant d’obtenir un sac du coureur un peu moins fourni qu’en 2006 … un t-shirt, un déodorant, une éponge … le tout dans un sac fourre-tout motif camouflage avec le logo de l’armée de terre. Pas de petites bouteilles cette année, à la place une éponge ! Pas trop compris le coup de l’éponge !

Chalenge sportif certes, mais envolé pique nique et adieu farniente …

Le déluge de la nuit a fait s’évanouir notre beau programme de l’après-midi. Envolé pique nique, adieu farniente. Il pleut encore pendant que je prends mon petit déjeuner. Je décide de ranger le débardeur au profit d’un maillot un peu plus couvrant et je joue un peu au styliste en confectionnant le dernier cri du vêtement de pluie avec un sac ooshop pour les connaisseurs. Je n’ai pas eu à m’en servir … ouf.

Je retrouve Biscotte et son pote Xavier vers 8h00 pour un petit tour du parc de la tête d’Or en guise d’échauffement. J’en profite pour te souhaiter un bon marathon du Luberon Xavier, au plaisir de te revoir pour la SaintéLyon.

Aux environs de 8h30 nous prenons place dans le sas de départ comme prévu. Plus de 4000 coureurs, ça commence a faire … J’ai vidé mon premier gel, le polar est prêt, le ballon du menu d’allure en 1h30 est juste devant. Je sais qu’il est fiable pour l’avoir suivi en avril ou il était meneur d’allure en 3h30. Une petite montée d’adrénaline au moment ou le peloton se resserre vers l’avant et c’est le départ. Un départ … plutôt lent, quand même 37 secondes pour passer la ligne.
Je surveille pas mal le polar pour contrôler l’allure, il faut pas mal se faufiler au début, j’ai tout de suite perdu de vue Xavier, aperçu un court instant Biscotte. Je pense qu’il est derrière à ce moment.

Le premier kilomètre est effectué en 6′ … zut il y a quelque chose qui cloche là … le second en 3′ !
C’est quand même pas compliquer de mesurer un parcours ! Bon a priori, je suis pile poil dans l’allure pour 1h35. Le ballon 1h30 lui est déjà loin.

L’homme du jour me dépose tranquillement …

Ca y est, cette première partie du parcours dans le parc de la tête d’or est terminée, c’est parti pour la remontée des quais en direction du centre ville. Il me semble que c’est là que l’homme fort du jour m’a tranquillement déposé sur place. Je n’ai pas essayé de suivre Nours, juste eu l’idée de le faire … 😉 Je me suis dit que je rattraperai peut-être mon retard vers la fin comme au 10 km de Bron. Ben pas vraiment.

Rien de particulier dans le centre ville, des sensations habituelles de coureurs, les jambes un peu lourdes mais tu t’accroches parce que tu sais que ça ne vas pas durer, que dès l’arrivée passée, tu vas oublier le côté inconfortable pour garder juste l’envie de recommencer. J’ai essayé de maintenir à peu près mon allure mais je n’avais pas mon lièvre Biscotte cette année pour me donner le bon tempo. Je comptais sur le polar parce que j’avais encore oublié dans la voiture mon petit mémo des temps de passage mais je me suis aperçu après coup que son calibrage actuel avait tendance à surestimer un peu ma vitesse.

J’ai la surprise de croiser Biscotte …

Au retour sur les quais, j’ai eu la surprise de croiser Biscotte. Il avait de l’avance le bougre. Je pensais qu’il était encore dans les temps pour faire un bon chrono. J’avais un sacré crochet à faire avant d’arriver à sa position. Je me suis accroché jusqu’à l’entrée du parc à une féminine qui avait une allure bien régulière. C’est un truc qu’il m’a appris. 😀
Taz était à l’entrée du parc pour nous encourager mais je ne suis pas sûr qu’il m’ait repéré.
Je ne pensais pas revenir sur Biscotte et j’ai été surpris de me retrouver derrière lui dans le parc de la tête d’Or au niveau de l’Orangerie. J’avoue que ça m’a mis la pêche de l’avoir rattrapé. Je lui ai proposé de s’accrocher et j’ai pensé finir avec lui mais il m’a encouragé à partir devant. De toute façon, il ne restait pas grand chose avant l’arrivée, tout au plus 2 km.

C’est sensé être du 100% VMA … ou presque 😉

J’ai moins souffert que l’année précédente et je n’ai pas subi de coup de barre dans la dernière partie du parcours. Je me suis même fait plaisir à la fin sur les 200 derniers mètres avec un bon petit fractionné à 100% VMA.

[google 1927722251222796552 Semi Marathon de Lyon 2007]L’arrivée comme un barge par la gauche.

Dans ces conditions je regrette de ne pas m’être un peu plus défoncé. J’ai été quelque peu freiné par le souvenir des mauvaises sensations au 10 km de Bron où l’association départ trop rapide et chaleur m’avaient valu une bonne claque à partir du 4ième kilomètre et une fin de parcours assez désagréable.

A défaut de pique-nique …

Malgré ce chrono un peu décevant, Taz m’a quand même accordé cette fameuse bière dont on avait été privé au Cabornis. Bière qui a bien failli nous passer sous le nez faute d’un ouvre bouteille … Mais il a de la ressource cet homme-là. Le muret en pierre, les clés, les dents … tout y est passé pour nous offrir enfin la bonne petite mousse attendue.

The five is dead …

La journée s’est toutefois un peu moins bien terminée dans la mesure où l’avant de la Super 5 de Marie-Hélène a rencontré d’un peu trop près l’arrière d’un autre véhicule. Pas de bobo pour les occupantes c’est déjà ça … mais on est dans l’attente de la conclusion de l’expert pour l’avenir de la five.

Pas cool, le cochon rose n’avait pas besoin de cela …

Récapitulatif :

1h38’24 » réel 1h37’47 »
Rang Gen. 824/4003 Rang Cat. 196/729 VH1

Cadeau Semi Marathon de Lyon 2007Cadeau Semi Marathon de Lyon 2007
Le t-shirt …Le sac fourre tout !

Le site : Le Semi Marathon de Lyon

Share This